Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1Arkema – les chiffres à connaître avant la 21e journée

Avant le retour du championnat ce week-end, Footofeminin vous livre quelques statistiques et données à connaître autour des rencontres de la prochaine journée.




Reims – PSG (vendredi 20h45 – Multisport 1) : pluie de buts ou logique implacable ?

Verra-t-on un match explosif lors de cette 21e journée entre les deux attaques les plus efficaces de D1 Arkema ? Aussi bien du côté des Rémoises (20,2 xG* pour 32 buts inscrits) que des Parisiennes (64,2 xG pour 76 buts marqués), les joueuses voudront sans doute faire parler la poudre.

D’autant que depuis février, Reims est rentré dans le rythme du top 3 du championnat avec aucun revers lors de ses 5 dernières rencontres en D1 (4 victoires, un nul). Les Stadistes devront toutefois se montrer vigilantes derrière, notamment sur les coups de pied arrêtés (hors penalty).

Le SDR est en effet la deuxième équipe qui encaisse le plus de buts en proportion sur ces phases de jeu (12 sur 37 – 32,4%) là où le PSG reste encore le seul club à n’avoir pas encaissé le moindre but sur CPA dans la compétition.

Précision bonus : aucune équipe n’a disputé et remporté plus de duels défensifs que le Stade de Reims en D1 Arkema cette saison (53 remportés sur 99 disputés par match – 54%).

Bordeaux – OL (vendredi 20h45 – Multisport 2) : un choc décisif

Si le PSG devra se méfier, l’OL aura lui droit à un duel important en vue du titre avant l’affrontement final avec les Parisiennes à la fin du mois. Face aux Bordelaises, les coups de pied arrêtés pourraient également jouer leur rôle pour faire sauter le verrou adverse.

Lyon reste en effet la deuxième équipe qui inscrit le plus de buts en proportion sur ces phases de jeu (24 sur 69 – 34,8%) alors que le FCGB est le second club qui encaisse le moins de buts sur CPA en D1 (2 sur 18 – 11,1%). Les Lyonnaises devront en prime surveiller de près Khadija Shaw devant.

La meilleure buteuse du championnat reste aussi celle qui crée le plus d’occasion (1,83 par match) et se montre la plus dangereuse devant (0,90 xG par match) cette saison en D1, en plus d’être celle qui tire et cadre le plus (4,1 tirs par match pour 2,3 cadrés) au sein de l’élite après Catarina Macario. L’internationale américaine, qui s’est installée dans le rythme des meilleures depuis son arrivée, sera aussi à surveiller sur ce match.

Précision bonus : aucune joueuse n’a tenté et réussi plus de dribble que Delphine Cascarino cette saison en D1 Arkema (8 par match pour 5,4 réussis – 64%).

Le Havre – Paris FC (vendredi 20h45 – Foot +) : la dernière chance havraise

L’affrontement entre le HAC et le Paris FC revêt lui aussi une importance particulière pour l’un des deux clubs. C’est en effet la dernière occasion pour les hôtes de se rapprocher de la 11e place au classement et éviter de finir bons derniers du championnat.

Mais la tâche s’annonce difficile face à une équipe parisienne solide sur la phase retour (6 victoires et un nul en 9 rencontres) et qui semble intouchable quand elle se déplace ces derniers mois. Le PFC reste en effet sur 5 succès consécutifs à l’extérieur en D1 Arkema, du jamais vu depuis décembre 2013-juin 2014 pour le club parisien (6 victoires consécutives à l’époque hors de leur base).

Le Havre devra sûrement en prime faire sans Constance Picaud dans sa cage alors qu’après avoir affronté l’OL et le PSG lors des deux derniers matchs, il aura face à lui l’équipe présentant le troisième meilleur tir ratio** de la D1 Arkema (64,1%). Les Havraises sont prévenues.

Précision bonus : les matchs du Paris FC sont ceux ayant vu le plus de penalties être sifflés cette saison dans l’élite : 14 en 20 rencontres, dont 7 en faveur des Parisiennes (4 marqués) et 7 en leur défaveur (6 encaissés).

Dijon – Guingamp (vendredi 20h45 – Multisport 3) : briser la série

En forme en 2021, avec seulement deux revers face aux cadors parisiens et lyonnais, l’EAG compte bien en profiter pour vaincre sa malédiction. En 4 duels face à Dijon au sein de l’élite, jamais les Guingampaises ne sont parvenues à l’emporter (1 défaite, 3 nuls), les deux équipes parvenant en prime toujours à trouver le chemin des filets.

Mais comme face à Reims, les visiteuses pourront compter sur Solène Durand dans leur cage pour faire la différence : l’internationale française reste sur 6 clean sheet en 2021, se retrouvant seulement devancée par la parisienne Christiane Endler sur la même période. Le DFCO peut cependant garder espoir. Jamais les Dijonnaises n’ont enchaîné trois revers consécutifs à domicile en D1 depuis leur promotion dans l’élite en 2018.

Précision bonus : aucune joueuse n’a subi plus de fautes que la dijonnaise Léa Khelifi cette saison en D1 Arkema (2,8 par match).

Montpellier – Soyaux (vendredi 20h45 – Multisport 4) : à qui la faute ?

Du côté de l’Hérault ce vendredi, l’ASJ voudra enchaîner après avoir renouer avec le succès. Incapables de remporter deux rencontres de suite dans l’élite depuis décembre 2019-janvier 2020 (vs Marseille et Dijon), les visiteuses auront toutefois fort à faire.

Les affrontements entre le MHSC et l’ASJ ne penchent en effet pas en leur faveur : Soyaux n’a remporté aucun des 24 derniers duels entre les deux clubs, la dernière défaite montpelliéraine en D1 face à lui remontant à mai 2006 (victoire 3-1). Hors de leurs bases, il faut même remonter à janvier 2004 (victoire 3-1).

Reste que Montpellier traverse une année 2021 tout aussi délicate que celle de son adversaire : seulement deux victoires en 9 rencontres dans l’élite, les deux face aux relégables. Sachant que la nervosité risque aussi de jouer un rôle déterminant entre les deux équipes les plus fautives de D1 cette saison (13 fautes par match pour le MHSC, 14,3 pour l’ASJ), ces dernières étant logiquement les plus sanctionnées également (2,5 cartons jaunes par match côté Montpellier, 2,1 côté Soyaux).

Fleury – Issy (vendredi 20h45 – Multisport 5) : duel d’inefficacité

Dans ce dernier affrontement de la J21, qui parviendra enfin à repartir de l’avant ? Le FCF 91 et le GPSO 92 comptent en effet chacun une seule victoire en 9 rencontres en 2021 dans l’élite. Les Floricumoises restent même sur 5 revers consécutifs, soit leur plus longue série depuis leurs débuts en D1 en 2017 (7 défaites consécutifs en septembre-octobre 2017).

Seconde équipe la plus inefficace du championnat offensivement (19,7 xG pour 15 buts marqués), Fleury aura toutefois face à lui le club le plus inefficace défensivement du championnat (50,9 xG pour 72 buts concédés). Issy souffre en prime devant depuis son changement d’entraîneur : les Isséennes n’ont plus trouvé le chemin des filets depuis 6 matchs, soit la plus longue disette de leur histoire en D1 Arkema.

Précision bonus : Célia Barclais (GPSO 92) est la joueuse ayant effectué le plus d’interceptions cette saison dans l’élite (11 par match) alors que sa coéquipière Sarah Boudaoud reste celle qui a tenté le plus de tacles (7 par match pour 4 réussis).

Les statistiques brutes des rencontres sont fournies par notre partenaire InStat Football : https://instatsport.com

*xG : Expected Goals, soit le nombre de buts que l’équipe aurait dû marquer en fonction de la probabilité que ses tirs se transforment en buts (calculée grâce à divers facteurs).

**Tir ratio : nombre de tirs effectués / (nombre de tirs effectués + nombre de tirs subis) x 100. Si le résultat est supérieur à 50%, l’équipe tire plus que son opposant et inversement si le résultat est inférieur à 50%.

Vendredi 21 Mai 2021
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :