Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1F - Gaëtane THINEY : "Il y a eu plus de remises en questions"

La capitaine de Juvisy retrouve la compétition ce dimanche son équipe qui sera en déplacement à Guingamp. Après la quatrième place, Juvisy veut grappiller des places et bousculer le top4.



Sentez-vous une évolution de cette D1 féminine ?
Quand on revient quelques années en arrière, on voit qu'il y a vraiment une évolution dans tous les sens du terme. On a hâte de commencer, d'abord parce qu'en tant que joueuse, on a hâte que la compétition commence. La préparation a été assez importante, on a qu'une envie c'est de jouer.

Quels sont les secrets de la réussite de Juvisy ?
On recherche toujours la performance, on est déterminé, on est en perpétuelle remise en question pour faire évoluer les choses aussi bien dans le club, que les joueuses. Je pense que cette année, on va être vraiment très en forme parce que je pense qu'il y a eu plus de remise en question que les années précédentes.
Le club a fait beaucoup d'efforts dans ce domaine-là en prenant un préparateur physique à plein temps. On s'est rapproché d'une clinique où on a accès à la balnéothérapie, la cryothérapie. On est dans des conditions très professionnelles pour réussir. Il y a des séances le matin pour celles qui peuvent, en individualisant le travail. On est sur une recherche de performances tout en gardant un équilibre psychologique et du coup une performance plus importante.

"On va faire pareil mais on le dit moins fort"

Thiney et sa présidente avec le trophée du championnat (photo Aurélien Durand/FFF)
Thiney et sa présidente avec le trophée du championnat (photo Aurélien Durand/FFF)
Pouvez-vous bousculer les clubs pro ?
L'année dernière, on fait match nul à Paris, on perd 0-1 contre Lyon chez nous. Si on est sérieuses et que l'on continue à travailler comme on travaille, on peut les embêter très fortement. Notre erreur de l'an passé, c'est que l'on perd des points à Rodez et Saint-Etienne. C'est un peu notre défaut. Cette année, je peux vous dire que cela n'arrivera pas parce que l'on est prévenus de cette expérience-là. Maintenant il faut jouer contre Montpellier, PSG et Lyon. Dans le jeu, depuis le début de la préparation, on est bien. On va faire pareil mais on le dit moins fort que Lyon et le PSG.

L'arrivée de clubs dit pro est-elle une bonne chose pour la D1 ?
Il faut un projet sérieux derrière car avoir un maillot, ce n'est pas forcément très bon. Il y a des clubs qui ont un nom et qui ne mettent pas tout en place pour que les joueuses soient dans les meilleures conditions pour progresser. Il y a en d'autres comme Soyaux et Juvisy qui perdurent parce qu'ils ont une base solide, qu'ils connaissent parfaitement le contexte. Les clubs qui arrivent le connaisse aussi et ils vont s'améliorer. Que ce soit l'OM, Bordeaux, pour les journalistes c'est une belle pub mais ce n'est pas pour ça que d'autres clubs comme Albi, Rodez, Soyaux ou Juvisy n'ont pas le droit d'exister. C'est une forme différente avec une image moins connue mais qui est très reconnue dans le football féminin.

"Trouver des moyens pour un petit stade féminin"

Les joueuses de la Juv'91
Les joueuses de la Juv'91
La présence de clubs féminins dit amateurs reste donc importante à vos yeux ?
La professionnalisation de la D1 est entre guillemets car le championnat reste amateur. Dans l'état d'esprit, on est professionnel. Avec Soyaux, Juvisy, on est une vitrine de ces clubs qui sont sur le modèle associatif, pas rattachés à un système pro. On peut aussi être des modèles pour la performance pour certains clubs rattachés au pro. On a énormément de compétences, des gens qui croient en ces valeurs, du bien vivre ensemble, de la solidarité, de l'engagement.
On m'a toujours dit pourquoi tu restes à Juvisy. Je reste à Juvisy parce que c'est un projet qui évolue sans cesse. Chaque année, on discute de ce que peut améliorer. Le rêve est de trouver des moyens pour un petit stade féminin. Il faudra rêver de ça. On pourrait être un club "professionnel" féminin qui serait le premier en France. Pour ça, il faut des investissements, des moyens mais avant tout des projets et des rêves. Après ça aboutit, ça aboutit pas, cela permet d'être heureux le matin, c'est déjà ça.

Quels sont les objectifs avec Juvisy ?
Le but est d'aller chercher l'Europe. On a montré que l'on avait les qualités pour embêter mais l'année dernière c'était beaucoup de poteaux sortants. On peut embêter Lyon, le PSG qui est en phase de restructuration. Je suis déterminée pour avancer avec cette équipe.

A Paris,
Sébastien Duret

Samedi 10 Septembre 2016
Sebastien Duret


Dans la même rubrique :