Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1F - J15 : Olivier ECHOUAFNI (PSG) : « Nadia Nadim dans le groupe face à Lille »

Avant d’un match piège face à Lille (14h45), 10e de D1 mais qui avait été la seule équipe (hormis Lyon) à tenir tête aux Parisiennes lors de la phase aller, Olivier Echouafni fait le point sur la situation du PSG en ce début d’année 2019.



Diani lors du match aller où le PSG avait concédé le nul devant Lille (photo PSG)
Diani lors du match aller où le PSG avait concédé le nul devant Lille (photo PSG)
Parlons tout d’abord de la Coupe de France, où vous avez tiré au sort le Havre. C’est un bon tirage ?
Ce sera un bon tirage une fois qu’on sera passé (sourire). Pour l’instant c’est assez loin, nous sommes focalisés sur d’autres échéances, mais on est très content d’aller jouer contre cette équipe qui fait partie des 4 meilleures équipes de D2 dans le groupe A, elle a un gros match contre la Roche-sur-Yon ce week-end, qui va être important aussi. C’est un club qui a l’envie de mettre en avant le foot féminin de la part de son actionnaire, qui est très proche de son équipe féminine apparemment, et qui veut la voir remonter en D1. C’est une belle affiche, et ça va permettre de promouvoir le foot féminin sur ces terres au stade Océane. On va retrouver Léa (Kergal) aussi, c’est bien de retrouver des filles qu’on a formé au PSG, même si j’ai l’impression qu’on en a toujours un peu partout (sourire).

Des joueuses formées au club, il y en aura aussi ce week-end, face à Lille. C’est un match que vous abordez avec un sentiment de revanche, après avoir laissé échapper des points à l’aller (1-1) ?
On retrouvera Lina (Boussaha, et également Ouleye Sarr, NDLR) c’est vrai. Par contre, revanche, c’est un bien grand mot. On pense surtout à ce qu’on n’a pas bien fait lors du match aller. Oui on s’est fait accrochés, mais quand on regarde la physionomie du match, on doit le gagner. Au bout du compte ça nous coûte cher parce qu’avec Lyon (1-1 également), c’est notre seul match nul, et aujourd’hui on traîne encore ce handicap au classement. On a envie de bien débuter l’année aussi, mais si ça a déjà été le cas en Coupe de France. Maintenant c’est le championnat, il nous reste 8 matches, et on sait qu’il ne faudra pas perdre de points en route.

« Le groupe a beaucoup progressé depuis le match aller »

Lille est la pire attaque de D1 avec Rodez (10 buts marqués), c’est rassurant pour un coach ce genre de statistiques ?
Non, je ne me pose même pas la question ! La preuve elles ont marqué contre nous, et on n’a pas su faire la différence. On sait que ça ne va pas être un match simple, mais nous sommes focalisés sur l’envie de réaliser de bonnes performances, de gagner des matches et de rester collé à Lyon. On joue tous les matches pour les gagner, on ira là-bas pour être à la hauteur.

Le LOSC vous avait posé des problèmes au Camp des Loges, notamment via leur rapidité en attaque, c’était un manque de préparation ?
Il y a plusieurs paramètres, dire qu’on n’est pas préparé c’est aller chercher des excuses là où il n’y en a pas. On connait les qualités d’Ouleymata Sarr notamment, une joueuse formée au club, qui a des qualités de percussions, de vitesse et de profondeur… On sait que cette équipe va nous attendre et jouer sur ses qualités pour nous prendre à défaut. Sauf que depuis le match aller, je pense qu’on a progressé dans le jeu. En début de saison, avec le mercato tardif, les joueuses qui sont arrivées au compte-goutte, cela ne nous avait pas permis de prendre réellement nos repères. Le match aller n’avait pas été bien maîtrisé. Là on a envie d’aller à Lille avec plus de maîtrise et d’être efficaces. Depuis 3 matches je trouve que le groupe progresse, qu’il a franchi un cap. Maintenant, peut-être que j’aurais un autre point de vue dimanche… A nous de faire les choses avec sérieux et application avant la trêve internationale.

Pas d’arrivées à prévoir, mais des prêts à envisager

photo PSG
photo PSG
Nadia Nadim, arrivée début janvier, sera-t-elle intégrée dès ce dimanche ?
Elle sera dans le groupe dès ce week-end. On est très content qu’elle nous rejoigne pour cette deuxième partie de saison, car on va avoir besoin de ses qualités de joueuse, mais aussi de son expérience. Ça nous a un peu manqué dans cette première partie de saison. Pour des joueuses comme Marie-Antoinette (Katoto), comme Signe Bruun, comme Wang (Shuang) ou Kadi (Diani) qui sont quand même encore de jeunes joueuses, Nadia va amener ce petit plus qui leur manquait peut-être.

C’est aussi pour cette raison que vous l’avez fait venir à Paris ?
C’est un tout. On cherchait une joueuse expérimentée, qui a ses qualités sur le terrain. Elle a tous les prérequis pour s’adapter à cette équipe. Son intégration ? Sincèrement cela s’est fait naturellement, j’ai l’impression qu’elle est là depuis le début de la saison. Elle est heureuse, elle vient de vivre 6 mois difficiles, elle était dans les tuyaux il y a 6-7 mois, mais on n’avait pas pu la faire venir, on est contents de l’avoir enfin. C’est une buteuse donc j’espère qu’elle va marquer des buts évidemment.

Elle n’a signé que pour 6 mois…
Oui, l’idée c’était surtout de la relancer, mais ça ne veut pas dire qu’on ne pourra pas la faire prolonger ensuite. Elle avait besoin de savoir dans quel club elle arrivait, de se faire une idée, et en fin de saison on aura tout le loisir de faire le point avec elle.

D’autres arrivées sont prévues dans ce mercato ?
Pour l’instant non, à moins d’une très belle opportunité. L’idée c’est aussi de préparer l’année prochaine, on a plusieurs filles qui sont en fin de contrat et avec lesquelles on discutera en fin de saison. Pour l’instant on est patients et à l’écoute, on regarde. Aujourd’hui notre mercato est terminé, pour l’instant on n’a pas de nouvelles opportunités mais le mercato est ouvert jusqu’au 31. Au niveau des départs, certaines filles vont peut-être être amenée à partir, on leur a déjà signifié comment on voyait les choses. Il ne faut pas que ce ne soit pas vécu comme un échec. Elles ont un besoin de jouer, un besoin de compétition, et si elles peuvent en avoir dans un autre club ce serait bien pour elles et pour nous.

Une dernière question sur Sandy Baltimore, qui est en progression constante. Que pensez-vous de cette joueuse, quelle marge de progression a-t-elle ?
Une marge plutôt grande. Elle est encore très jeune, elle a beaucoup de qualité mais il faut qu’elle soit très à l’écoute. Ce n’est pas tout le temps le cas. Elle a besoin d’avoir du rythme, de la compétition, mais la concurrence est quand même forte sur son poste. En ce moment il y a une Ashley Lawrence qui marche sur l’eau, qui en plus d’être une joueuse de caractère devient une joueuse qui marque des buts, à un poste où elle est polyvalente. Je suis content que Sandy ait fait un bon retour contre Brequigny, qu’elle ait marqué un doublé, mais il faut qu’elle arrive à être plus régulière sur la durée d’un match, parce qu’elle a tendance à être bien pendant une heure, et après à baisser le pied physiquement. Elle a toutes les qualités, elle est rapide, technique, puissante, ce qu’on peut lui reprocher jusqu’ici c’est de ne pas être trop décisive, ce week-end ça a été le cas, maintenant il faut qu’elle soit plus régulière, à la fois aux entraînements, mais également quand elle a du temps de jeu en match. J’attends plus de Sandy, mais elle progresse et c’est le plus important.

Dimanche 13 Janvier 2019
Vincent Roussel

Dans la même rubrique :