Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1F - J2 : Un derby parisien à sens unique

Le PSG en démonstration devant le PFC, ce dimanche à Jean Bouin. Ecrasé par son rival (5-1), le Paris FC n’aura jamais pu semer le doute dans les esprits des joueuses d’Olivier Echouafni, alors que Katoto et Shuang Wang ont réussi leurs débuts



Les Parisiennes du PSG ont déroulé (photo PSG.fr)
Les Parisiennes du PSG ont déroulé (photo PSG.fr)
Qu’a pensé Pascal Gouzenes du derby de ses joueuses, qui ont encore eu des occasions de marquer mais qui repartent avec une lourde défaite à l’extérieur (5-1). Alors qu'avant match, le coach du Paris FC déclarait : "On est là plein d'ambitions. On est prêt." C'est un scénario contraire qui s'est présenté dès le début de match : "On a fait trop d'erreurs individuelles et de fautes techniques pour pouvoir prétendre faire quelque chose contre le PSG". Si la saison avait pourtant bien démarré deux semaines plus tôt face à Guingamp (2-0), la copie rendue aura été beaucoup moins fringante cette fois, dans une équipe où Aigbogun et Bourdieu ont commencé sur le banc de touche.

Une décision que le Francilien a peut-être regretté après coup, puisque leurs entrées à la mi-temps et en seconde période ont redonné de l’allant au PFC. La première a été au départ de l’action du but pour l’honneur des visiteuses (5-1, 80'), où la seconde était passeuse décisive après avoir touché la barre un peu plus tôt (52e). « Aujourd’hui elles n’ont peut-être pas réussi leur match, mais c’est aussi parce que le Paris Saint-Germain a réussi à élever son niveau de jeu », analysait avec le sourire Olivier Echouafni en zone mixte.

Wang Shuang, première réussie

Wang et Geyoro, buteuses
Wang et Geyoro, buteuses
Après la victoire poussive dans l’autre derby francilien face à Fleury en ouverture de championnat (1-0), le PSG a été beaucoup plus réaliste cette fois : « C’est ce qui a fait la différence, dès le début du match on s’est procuré des occasions, c’était le plus important aujourd’hui et c’est ce que nous avait dit le coach à la causerie d’avant-match », racontait Grace Geyoro de longues minutes après le coup de sifflet final. Et les deux artisans de cette embellie, ce sont deux joueuses fraîchement arrivées dans le groupe, Marie-Antoinette Katoto et Shuang Wang, qui a atterri mardi au camp des loges de retour de la sélection chinoise où elle disputait les Jeux Asiatiques.

Leur association devant a été fructueuse, et pleine de promesses pour la suite de la saison. Après sa coupe du monde U20 ratée, Katoto a repris sur de bons rails, malgré deux face à face loupés contre Karina Benameur (4e, 8e). Impeccable jusque-là, la gardienne internationale française s’est totalement loupée sur un dégagement, offrant à la jeune attaquante son premier but de la saison (1-0, 14'). b[« Elle est revenue avec beaucoup d’envie, expliquait Olivier Echouafni. Elle sait qu’elle n’a pas fait un bon Mondial, qu’on attendait beaucoup d’elle, peut-être un peu trop… Marie [Katoto] a envie de faire une belle saison, d’être à la hauteur, elle en est capable. Quand elle a deux situations au bout de 20 minutes et qu’elle ne marque pas, ça peut trotter dans la tête. Il y a 10 jours elle n’aurait pas mis cette troisième situation, là elle s’est remise dedans et elle a marqué, ça veut tout dire ]b», savourait l’ancien sélectionneur des Bleues. Un bonheur partagé par sa grande pote, Grace Geyoro : « Ça m’a fait plaisir ! Il faut qu’elle revienne en confiance et à l’entraînement cette semaine, elle a montré qu’elle pouvait marquer ! On ne doutait pas d’elle, elle a beaucoup de mental ».

Dès lors, le rouleau compresseur parisien a, presque tout le temps, écrasé son adversaire. Wang a marqué le deuxième but sur une autre énorme faute de main de Benameur (2-0, 39'), pour valider par les statistiques une prestation plus qu’honorable, qui là encore a plu au technicien : « Je savais qu’elle était prête, parce qu’autant avec sa sélection qu’avec son ancien club, elle avait eu de la compétition. Après, ce dont j’avais un peu peur, c’est de la voir durer sur 90 minutes ». Mais la Chinoise lui aura parfaitement répondu obtenant le penalty du 5-0 à la 66e minute alors que quelques secondes plus tôt, Echouafni avait programmé sa sortie. Eve Perisset, brassard au bras, s’est empressée de l’inscrire. « C’est un très bonne joueuse, renchérissait Grace Geyoro. Elle a une très bonne technique, c’est un gauchère de base, qui arrive à tirer des deux pieds. C’est une vraie numéro 10, qui aime bien être entre les lignes, c’est intéressant pour nous ».

Auparavant, le PSG s’était envolé, grâce à des buts de Geyoro justement (50e) et Diani (59e). « C’était un vrai bon test, un test grandeur nature, on l’a réussi à 80% dans l’état d’esprit, dans l’attitude, dans les prises de responsabilité… », appréciait Echouafni, ravi d’avoir récupéré ses recrues, avec toutefois un petit goût amère dans la gorge : « Il y a un groupe, et peut-être une équipe qui est en train de se mettre en place. Maintenant ce n’est que la deuxième journée il faut garder les pieds sur terre, parce que je n’ai pas du tout apprécié nos 15 dernières minutes. Notamment avec ce but encaissé ».

Mais le relâchement de cette jeune équipe était compréhensible, car le plus dur était déjà (largement) fait. Comme l’a laissé entendre le coach, privé d’Irène Paredes en défense centrale car touchée à un genou à son retour de sélection, et qui sera peut-être de retour dès mercredi en Autriche, il devrait y avoir d’autres arrivées au PSG d’ici la fin du mercato (ndlr : 21 septembre). Place désormais au match de Ligue des champions face à Sankt Pölten (19 h10).



Dimanche 9 septembre 2018
PSG - Paris FC : 5-1 (2-0)
Paris (Stade Jean Bouin) - 1 391 spectateurs
Arbitre : Elodie Coppola
15h00 - Canal + Sport

1-0 Marie-Antoinette KATOTO 14' (Passe en retrait de Greboval pour sa gardienne. Benameur tergiverse et relance sur Katoto qui récupère, élimine la gardienne et marque du plat du pied gauche depuis l'angle des 5,5 m dans le but vide)
2-0 WANG Shuang 39' (Servie depuis la droite par Katoto, Wang Shuang place une frappe du gauche de 25 m où Benameur rate sa prise de balle, le ballon finit sous la barre)
3-0 Onema Grace GEYORO 50' (Morroni à gauche centre en retrait pour Geyoro esseulée au point de penalty qui reprend du droit sans contrôle à mi-hauteur)
4-0 Kadidiatou DIANI 59' (Morroni sert Diani qui place une frappe du droit de 20 m légèrement déviée qui termine dans le petit filet opposé sur la gauche de Benameur)
5-0 Eve PERISSET 67' s.p. (Faute de Cascarino sur Wang à la limite de la surface. Périsset du droit ouvre son pied et trouve la lucarne gauche de Benameur prise à contre-pied)
5-1 Eve PERISSET 80' c.s.c. (Matéo revient du côté gauche vers le côté droit, s'appuie sur Bourdieu et Thiney côté gauche de la surface adresse un centre que Périsset dévie du droit contre son camp vers le petit filet opposé)

Avertissement : Thiney 45+3'

PSG : Kiedrzynek ; Périsset (cap.), Dudek, Daiane Santos (Baltimore 57'), Morroni ; Diani (Bruun 73'), Geyoro, Diallo, Lawrence ; Wang Shuang (Zamanian 68'), Katoto
Banc : Endler (G), Hegerberg, Zamanian, Baltimore, Bruun
PFC : Benameur ; Soyer, Butel, Cascarino, Greboval ; Jaurena (Bourdieu 46'), Bilbault ; Makanza (Aigbogun 60'), Matéo, Thiney (cap.) ; Sällström (Benoit 70')
Banc : Pecharman (G), Bourdieu, Benoit, Aigbogun, Catala

Mardi 11 Septembre 2018
Vincent Roussel

Dans la même rubrique :