Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1F - Présentation (2/12) : L'ASJ SOYAUX veut se professionnaliser

Tout en conservant sa singularité de club exclusivement féminin, l'ASJ Soyaux affiche sa volonté de se professionnaliser pour pérenniser sa place en D1 mais aussi accéder à la première moitié du tableau.



Soyaux version 2017-2018 (photo Christophe Ringaud)
Soyaux version 2017-2018 (photo Christophe Ringaud)
Les "irréductibles" Charentaises sont toujours là pour donner du fil à retordre à leurs adversaires. Le club a cependant dû s'adapter pour constituer à se structurer et répondre aux exigences croissantes de la D1.

Après des années 80 fastes marquées par un titre de champion en 1984 et cinq finales de championnat, l'ASJ Soyaux est restée une valeur sure de l'élite du football français malgré deux brefs passages en D2. De cette époque, nombreux sont ceux qui aujourd'hui œuvrent encore autour du club. Marylin Fort est revenue à la présidence suite au départ prématuré de Denis Bodi, Bernadette Constantin apporte son indéniable expérience de joueuse internationale et dirigeante. Des personnalités qui ont conforté le nouvel entraîneur Sébastien Joseph de sa venue en Charente.

L'atout historique du club

Après deux saisons à Rodez où il avait découvert le football au féminin, sa carrière d'entraîneur arrivait à un tournant : "Je me suis posé la question de retourner chez les garçons. J'avais des opportunités. Rien n'était défini. Soyaux est arrivé avec un projet ambitieux, la volonté de créer une nouvelle dynamique". L'opportunité de rester en D1 avec un nouveau projet et d'autres moyens a convaincu l'entraîneur de 38 ans. "Travailler avec des dirigeants reconnus et investis à tous les niveaux, cela a été un élément fort de ma réflexion. C'est aussi un attrait". Le palmarès, l'histoire du club, la reconnaissance du travail effectué, "il y a un sentiment de fierté mais aussi de responsabilité" ajoute l'entraîneur vis-à-vis du club sojaldicien.

Pour tendre vers une professionnalisation dans le fonctionnement du club, Sébastien Joseph a souhaité que des entraîneurs puissent avoir lieu en journée. "Dans le projet, j'ai souhaité des séances le matin et l'après-midi, des soins avec les kinés". Et si les joueuses ne sont toutes salariées du club, l'investissement des partenaires est cité en exemple comme celui de la salle de musculation où travaille Nakkach : "Il aménage l'emploi du temps des joueuses. Lorsque je suis arrivé, son employeur m'a appelé pour connaître mes horaires et planifier ses horaires. C'est plaisant à ce niveau-là". Le club a aussi accroître son budget passé de quelque 450 000 euros à plus de 600 000.

Des moyens supplémentaires

Elba Vergés arrive de l'Espanyol (photo Christophe Ringaud)
Elba Vergés arrive de l'Espanyol (photo Christophe Ringaud)
Autre aspect que relève le natif de l'Isère, c'est la liberté d'actions dont il a pu disposer : "Le club m'a vraiment donné carte blanche sur le recrutement. J'ai ciblé les besoins d'une équipe que je connaissais bien en tant qu'adversaire". Il a présenté ses souhaits et le club a su répondre à ses demandes et garder les joueuses cadres (Munich, Awona, Boudaud, Babinga, Dumont, Deschamps, Blais...) et pour deux d'entre elles (Bourgouin, Tandia) signer un contrat fédéral afin de les conserver mais aussi de leur permettre d'être disponible auquel s'est ajouté celui de la recrue Couturier. Le recrutement a ensuite été axé de manière à disposer d'un groupe riche et homogène de niveau D1. L'Espagnole Verges, l'ex-Stéphanoise Fleury et l'ex-Aurillacoise Rougé ont rejoint les rangs charentais alors que les jeunes Pagnoux et Canon intègrent pleinement le groupe.

Repassé ces deux dernières saisons dans la deuxième moitié du classement à la 7e place, Soyaux espère s'installer dans la première moitié et rester l'une des références de club féminin. Sébastien Joseph qui souhaite le maintien le plus vite possible ne souhaite pas en rester là : "Je souhaite pouvoir jouer le milieu de tableau si on est un peu ambitieux. Mais aussi avoir la capacité à faire le jeu contre des équipes a priori plus faibles", rappelant que ces dernières saisons des équipes reléguées comme Metz et Nîmes ont accroché le club charentais, ou citant les éliminations en Coupe de France contre Hénin-Beaumont (DH) et Bordeaux (D2).

Les mouvements

Arrivées
Sébastien Joseph (entraîneur, Rodez AF), Aurélie Rouge (FC Aurillac Arpajon), Elise Courel (FC Aurillac Arpajon), Amandine Guérin (entraîneur des gardiennes, déjà au club), Tom Bouvier (préparateur physique, Rodez AF), Elba Vergés Prats (RCD Espanyol, Espagne), Cathy Couturier (Rodez AF), Léonie Fleury (AS Saint-Etienne)

Départs
Nicolas Goursat (entraîneur), Jean Paredes (entraîneur), Davy Dubreuil (entraîneur adjoint), Thomas Mounier (entraîneur des gardiennes), Julie Thibaud (FC Girondins de Bordeaux), Maud Hurault (arrêt), Cynthia Viana (arrêt), Makan Traoré (FC Rouen), Anne-Laure Davy (Lille OSC), Laura Lépine (Limoges Landouge Foot)

L'effectif et le staff

G : 1-Romane Munich, 16-Cassandra Moinet, 40-Lucie Esnault
D : 4-Justine Deschamps, 5-Marie-Aurelle Awona [CMR], 11-Viviane Boudaud, 14-Cathy Couturier (Rodez AF), 24-Elba Vergés Prats [ESP] (RCD Espanyol, Espagne), 25-Aurélie Rouge (FC Aurillac-Arpajon)
M : 6-Elodie Nakkach [MAR], 7-Anna Clérac, 8-Elise Courel (FC Aurillac-Arpajon), 10-Gwendoline Djebbar, 18-Philomène Pagnoux, 22-Siga Tandia
A : 2-Anaïs Dumont, 9-Léonie Fleury (AS Saint-Etienne), 15-Pamela Babinga, 17-Laura Bourgouin, 21-Clémentine Canon, 26-Allison Blais

Staff
Entraîneur : Sébastien Joseph (entraîneur, Rodez AF)
Préparateur physique : Tom Bouvier (Rodez AF)
Entraîneur des gardiennes : Amandine Guérin

>> LES DETAILS DE L'EFFECTIF

ZOOM SUR AMANDINE GUERIN

52 matchs en D1, 8 sélections internationales en équipe de France B et U19, Amandine Guérin a réussi en arrivant à Soyaux s'imposer au plus haut niveau. Mais à 23 ans, elle a cependant dû mettre un terme prématuré à sa carrière à cause de problèmes cardiaques. C'est de l'autre côté qu'elle effectue désormais sa reconversion. Après avoir été responsable des gardiennes U19 du club, elle est désormais en charge de l'ensemble des gardiennes du club suite au départ de Thomas Mounier.

Les 10 dernières saisons


En savoir plus

>> LE CALENDRIER
>> LES JOUEUSES UTILISEES EN 2016-2017

Le stade
Stade Léo Lagrange, Soyaux
Capacité : 1 332 places dont 282 places assises
Pelouse naturelle

Stade Lebon, Angoulême
Capacité : 7 217 places dont 2 096 places assises
Pelouse naturelle

Mardi 29 Août 2017
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :