Footofeminin.fr : le football au féminin

#D1F - Reynald Pedros (Lyon) : « Une équipe qui cherche toujours à marquer »

Accroché à la pause par un PFC batailleur, l’OL de Reynald Pedros, guidé par sa super-buteuse Ada Hegerberg, a finalement validé un nouveau large succès (4-0) à l’extérieur en D1. Après-match, le coach rhodanien était admiratif de son groupe, forcément.



photo archive olweb
photo archive olweb
Tout ne fut pas facile contre le Paris FC, mais la victoire, assez large, est finalement là !
C’est bien de trouver de l’adversité, ça nous oblige à faire des efforts, à travailler différemment. C’était un bon match, on a maîtrisé, on a défendu ensembles, on a été patients, et logiquement on a pris les devants. On savait que ça allait être compliqué, c’est le premier match de championnat après la trêve, c’était important de le gagner et surtout de ne pas prendre de but. Les filles ont fait un match solide et sérieux. Malgré, encore une fois, une belle adversité.

Justement, vous avez été accroché en première période, ce qui vous a valu de rentrer aux vestiaires à 0-0…
On a eu des situations où on a été maladroit dans la dernière passe ou l’avant dernière passe, mais on n’a jamais été mis en danger. On savait que le premier but serait important, il est arrivé en deuxième mi-temps, c’est comme ça (sourire). Sauf qu’à l’arrivée, on a une équipe qui gagne 4-0, qui ne lâche rien, qui cherche toujours à marquer des buts et ça c’est toujours très agréable.

Le manque de précision des joueuses dans le premier acte, c’est dû à l’euphorie post 20-0 (en Coupe de France, le week-end passé, NDLR) ?
Non pas du tout. Je n’ai jamais vu mes filles euphoriques. Elles restent toujours très professionnelles, très appliquées, très respectueuses… Le fait qu’on n’ait pas marqué ça s’explique par de l’approximation de notre part, un terrain qui n’était pas bon… Mais on a continué à travailler et à aller de l’avant pour aller chercher ce premier but.

On a senti l’équipe un peu moins agressive que face au PSG…
C’est différent… Là c’est un match de reprise, on venait de gagner très largement en Coupe du France, le rythme n’est pas le même, on joue une équipe contre qui on a gagné 9 buts à 2 lors du match aller, et ça dans leurs têtes, ça compte, c’est pour ça que je dis que le premier but était important. Sinon on était bien en place, et on a fait un match sérieux. On a aussi manqué un peu de rythme, mais encore une fois ça s’explique par le terrain, qui nous demandait souvent de contrôler le ballon, prendre une touche de plus pour pouvoir avancer. Ce qui est intéressant c’est qu’on ne s’est jamais énervés ! On est conscient de nos qualités techniques et offensives, et ça ne nous empêche pas de défendre. C’est bien. Parce que si on travaille tous ensemble, à un moment donné, ça fera la différence.

C’était le retour d’Amandine Henry en D1, comment la trouvez-vous physiquement ?
Elle était un peu fatiguée à la fin. Je pense que c’est un autre rythme. Ici en France on joue plus au ballon, ça demande plus de course avec la balle. Elle le sait parce qu’elle n’est partie qu’une saison. Je l’ai sentie bien, mais au fur et à mesure du match elle avait besoin de souffler, Amandine connaît l’équipe, on connaît ses qualités, maintenant il lui faut un peu de temps pour se mettre dans le bain physiquement. Je ne me fais pas de soucis.

On a vu sur ce match que vous avez testé plusieurs organisations tactiques. Vous travaillez beaucoup dessus ?
C’est important d’amener de la diversité. Même si on a un schéma tactique de base, il y a aussi l’adversaire. Donc à un moment donné, comme ça a été le cas aujourd’hui, si une équipe joue à trois derrière, assez bas, en ne sortant que sur quelques coups, il faut qu’on sache changer pour apporter de la diversité et gêner l’adversaire. C’est ce qu’on a essayé de faire à deux reprises, en gardant à l’esprit le fait de vouloir aller marquer, et surtout d’être bien organisées. Le fait d’avoir une vingtaine de joueuses de haut niveau dans mon effectif, ça me permet d’avoir ces options-là, donc pourquoi je n’en profiterais pas ?

Enfin, les raisons de l’absence de Shanice Van de Sanden et Morgan Brian ?
Shanice est blessée, à la cheville, et Morgan n’était pas dans le groupe parce que ça fait quelque mois qu’elle n’a pas joué, et qu’elle est en phase de reprise tout simplement ».

Propos recueillis par Vincent Roussel

Lundi 15 Janvier 2018
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :