Footofeminin.fr : le football au féminin

Euro U19 - FINALE : la conférence de presse d'avant-match

La capitaine Carla Polito et le sélectionneur Gilles Eyquem étaient en conférence de presse ce samedi avant de défier l'Allemagne en finale de l'Euro U19 en Ecosse (17h00)



Carla POLITO : "Il y aura une pression positive au moment du match"

Quel est l'état d'esprit avant cette finale ?
On se sent bien dans un bon état d’esprit. On a accumulé de la confiance sur les trois matchs de poule et sur la demi-finale face à l’Espagne avec un très bon match. L’équipe est prête a chercher cette victoire. On sait que ça sera très complique face à une très belle équipe d’Allemagne.

Y-a-t-il de la fatigue ?

On fait un bon travail avec le staff médical. On a deux jours de repos et de récupération entre chaque match donc on a vraiment le temps de bien se reposer notamment sur la première journée après match. Sur la deuxième on commence à se préparer pour le match d’après. On est mises dans les meilleures conditions possibles.

Avez-vous de la pression avant de disputer la finale ?
Il n’y a pas de pression à se mettre, il y aura une pression positive au moment du match qui ne devra pas se transformer en stress et qui pourrait nous inhiber dans notre jeu. Il faudra qu’on se concentre sur notre match, sur notre objectif, sur les consignes du coach.

Gilles EYQUEM : "On aura un déficit athlétique à combler"

Les deux sélectionneurs finalistes (photo UEFA.com)
Les deux sélectionneurs finalistes (photo UEFA.com)
Allez-vous transmettre votre expérience des finales aux joueuses ?
J’espère effectivement être celui qui amène un petit peu de vécu et d’expérience, qui transmet aussi cet état d’esprit nécessaire pour jouer une finale, être capable de tout évacuer pour se dire, voilà il ne reste plus qu’un match, c’est le dernier et il n’y a qu’une issue c’est la victoire. J’essaie de me contenir et de montrer une certaine sérénité ce qui n’est pas toujours évident, parce qu’il y a toujours un peu de pression, et parce que quand on est compétiteur. On a toujours un petit peu envie de vivre ces matchs à fond.

Vous avez fait appel à plus de joueuses que les générations précédentes. Comme l'expliquez-vous ? (Précision : 41 en grosse augmentation par rapport aux générations précédentes qui avaient vu respectivement 36 et 27 joueuses appelées)
Il y a de plus en plus de joueuses à voir. Par exemple avec la finale du championnat U-19 PSG - OL, des jeunes filles que je n’avais pas eu l’occasion de voir sur des matchs de D1 quand je vais à Bordeaux voir les matchs. Il y aussi les contacts avec les collègues des directions de Pôle qui proposent des joueuses U18 et U19. On est toujours en train de rechercher des joueuses, si je vois que des joueuses ont du temps de jeu en D2 ou en D1 c’est l’occasion de les voir en stage.

Vous avez aussi joué plus de matchs de préparation (Précision : 22 contre 14 et 12 pour les générations précédentes)
On est conscient et on en parlait avec Hubert Fournier le DTN, aujourd’hui il faut donner des moyens au foot féminin de progresser et ça passe par des matchs internationaux. Ça permet aux jeunes filles de se confronter à plus de matchs de haut niveau. Donc plus on fait de matchs, mieux ça sera.
On a aussi la Sud Ladies Cup un tournoi qui vient apporter un lot de matchs importants (6) qui n’existait pas avant et donc certaines choses se mettent en place pour nous permettre de faire plus de matchs.

Comment jugez-vous votre adversaire, l'Allemagne ?
C’est une équipe avec une plus-value sur le plan athlétique, on aura un déficit à combler. Peut-être qu’on aura un avantage sur elle, puisque j’ai fait tourner un peu plus que ma collègue allemande (ndlr : Marina Meinert). Elle s’appuie sur un groupe de 12-13 joueuses et tourne peu. On a senti entre l’équipe d’Allemagne des premiers matchs et celle qui a fait la demi-finale contre les Pays-Bas une certaine lassitude. Elle a semblé moins fringante, même si il y a encore beaucoup d’impact physique. Elles auront peu d’être moins d’aptitude à la course que nos joueuses.

Dimanche 28 Juillet 2019
Sylvain Jamet

Dans la même rubrique :