Footofeminin.fr : le football au féminin

French connection

Retrouvez la traduction de l'article écrit suite aux bonnes prestations de Camille Abily et Sonia Bompastor et publié sur le site officiel de la WPS



Quinn, Brown | isiphotos.net
Quinn, Brown | isiphotos.net
Traduction de l’article « French Connection » sur Camille Abily et Sonia Bompastor
Publié le 13 juin 2009. Source : Abby LePeilbet pour womensprosoccer.com


A l’entrée de la WPS, il devait y avoir un panneau de bienvenue pour toutes les joueuses internationales : « devenez une star ici ». C’est exactement ce qu’ont fait deux joueuses françaises. Camille Abily des Los Angeles Sol et Sonia Bompastor des Freedom de Washington ont placé la barre haut, elles sont en tête de la ligue dans plusieurs compartiments du jeu selon leurs statistiques, et ont beaucoup d’effet sur les résultats de leurs équipes.

Les deux Bleues, ou coéquipières de l’équipe de France, ont commencé leur carrière en WPS avec une transition qui s’annonçait difficile. Même si l’une joue sur la côte est et l’autre sur la côte ouest, elles ont la même approche de leur déménagement aux Etats-Unis, se souvenant de la « difficulté » de s’adapter à une nouvelle langue, un nouveau pays et une nouvelle équipe.

« Je suis loin de ma famille », a déclaré Bompastor, « c’est difficile de commencer une nouvelle vie dans un nouveau pays. Je parlais à peine anglais. Maintenant je m’améliore. Je réapprend. Je pense que je me suis bien adaptée. Je me sens bien avec le club, le staff et les joueuses. Aujourd’hui, je suis très heureuse d’être ici. »

En plus du changement radical, chaque joueuse a dû s’adapter à un style de jeu différent puisque la WPS est la ligue professionnelle la plus relevée, avec les meilleures joueuses du monde.

« Il fallait s’adapter sur le terrain. Le jeu est beaucoup plus intense ici qu’en France, c’est plus physique et plus rapide », explique Abily.

Bompastor est d’accord : « Ce n’est pas le même niveau qu’en France. Ce n’est pas la même intensité. C’est plus dur ici. J’ai dû apprendre à jouer avec de nouvelles équipières et, et j’ai dû ajuster mon jeu au style américain. »

Après 11 matches joués pour les Sol et 9 pour les Freedom, Abily et Bompastor sont à l’aise avec le jeu et se débrouille plutôt bien – ok, mieux que “plutôt bien”.

Abily est actuellement meilleure buteuse (6 buts), a transformé deux penalties, a marqué sur ses quatre derniers matches, et a marqué un point lors de ses cinq derniers matches – des records de la ligue. Elle est aussi à égalité avec plusieurs joueuses pour le “record du nombre de buts marqués dans un match” avec 2, et avec Marta pour le “record du nombre de buts décisifs” (ndlr : qui apportent la victoire à l’équipe), avec 3.

La joueuse née à Rennes attribue ce succès statistique à ses efforts fournis après l’entraînement pour se mettre à l’aise en vue des matches et augmenter son capital confiance. Autre Française remarquable, Bompastor n’est pas en reste puisqu’elle est joueuse du mois en titre. En mai, elle a distribué trois passes décisives en deux matches et a marqué deux buts de la tête lors du match nul 3 partout face au Saint Louis Athletica – on ne parle même pas du fait que l’un de ces buts, égalisateur, a été inscrit dans les arrêts de jeu.

Alors qu’Abily et Bompastor font l’éloge de leurs coéquipières qui les rendent meilleures, leurs coéquipières font de même et se disent chanceuses de les avoir avec elles. « Sonia est le genre de joueuse avec qui tout le monde aimerait jouer. Jouer avec elle chaque jour nous rend moi et mes coéquipières meilleures » a déclaré Abby Wambach.

Mardi 16 Juin 2009
Sébastien Duret

Dans la même rubrique :
JOYEUX NOËL !

JOYEUX NOËL ! - 26/12/2017

Bonne année 2017 !

Bonne année 2017 ! - 02/01/2017