Footofeminin.fr : le football au féminin

Gaëtane Thiney : « Elles sont humaines »

Juvisy a concédé un surprenant match nul chez l'ex-lanterne rouge Yzeure. Pas de bon augure avant de se déplacer chez l'ogre lyonnais, dimanche à 15 heures, qui vient de gagner à Paris. Pour Gaëtane Thiney, ce match est plutôt l'occasion de se « remobiliser » face à une formation qui a le "droit à l'erreur". Et même si un nul serait « un bon résultat », l'attaquante juvisienne n'oublie pas que son équipe est la dernière à avoir battu Lyon en championnat le 14 mars 2010.



Thiney et Juvisy iront sans pression à Lyon (photo : Xavier Daimé)
Thiney et Juvisy iront sans pression à Lyon (photo : Xavier Daimé)
Gaëtane, personne ne s’attendait à ce que Juvisy se fasse accrocher par Yzeure (3-3) lors de la dernière journée.
Nous non plus mais on a eu face à nous une équipe de Yzeure qui était solide, qui n’a pas lâchée et qui a eu de la réussite. De notre côté, on a joué de malchance et on a eu un problème dans la finition, ce qui fait qu’on n’a pas su tuer le match. Yzeure s'est accroché et, nous, on n’a pas su développer notre jeu. On a, malgré tout, trouvé les forces mentales pour revenir à 2-2, on prend un but sur corner à cause d'une mésentente mais on trouve encore la force pour égaliser à 3-3. Ensuite, on a plusieurs balles pour tuer le match, malheureusement on ne le fait pas.

Ce nul est une grosse déception ?
Sur un point de vue comptable, oui. Après il ne faut pas rester là-dessus, la saison est encore longue et avec l’effectif que l'on a, on fait un beau parcours : on est en quart de finale de Coupe d’Europe et on est quatrièmes en championnat. Mais c’est sûr que ce sont des points perdus bêtement.

« On s’est peut-être dit que ça allait être plus facile »

L’équipe s’en veut ?
En terme de jeu, on s’est procuré énormément d’occasions, on n’a pas fait n’importe quoi. Cependant, oui on s’en veut de ne pas avoir gagné, mais ce n’est pas la fin du monde, le championnat est long. Les autres grosses équipes, mis à part Lyon peut-être, vont perdre des points contre d’autres équipes. On avait gagné Yzeure 6-0 à l’aller et l’équipe qu’on a rencontré dimanche dernier, n’était vraiment pas la même. Les matches sont de plus en plus difficiles à gagner et ça c’est bien pour le niveau de la D1.

Vous n’avez pas pris ce match à la légère ?
Ce n’est pas notre genre. C’est sûr que sur le papier on était en position de force, alors peut-être y –a-t-il eu un relâchement ? C’était le deuxième match après les vacances, on était, peut-être, un peu ailleurs. On s’est, peut-être, dit que ça allait être plus facile et puis finalement Yzeure nous a accrochés, on a commencé à se poser des questions et c'est devenu un mauvais résultat.

Vous affrontez Lyon dimanche qui reste sur 13 victoires en 13 matches, ce n’est pas le meilleur endroit pour se relancer.
Je ne sais pas, c’est peut être l’inverse. Le fait d’avoir fait une contre performance va nous permettre de nous remobiliser encore plus contre Lyon. Lyon est une grosse équipe qui a des moyens et des structures adéquates pour le haut niveau. Nous non. Mais on s’est toujours battu pour essayer de faire au mieux contre Lyon, l’année dernière on avait, d'ailleurs, réussi à les battre chez nous. Cette année, ce sera une autre paire de manche parce que Lyon, au fur et à mesure des années, se construit un effectif de plus en plus important. Ce sera compliqué mais je crois aux qualités collectives et individuelles de mon équipe, je n’ai pas peur de jouer Lyon.

Lyon est sur une autre planète ?
Oui, heureusement qu'elles sont sur une autre planète parce que si Lyon avait du mal à gagner tous ses matches, on se poserait des questions. Elles sont très fortes, elles ont pris les meilleures joueuses étrangères, une bonne partie des meilleures joueuses françaises. Elles sont toutes professionnelles, elles ne se consacrent qu’à leur sport, c’est le très haut niveau. C’est un peu normal que Lyon soit sur une autre planète, ce n’est pas pour ça que les autres équipes ne pourront pas rivaliser. Il y a quand même des possibilités. En tout cas dimanche, il y aura onze filles sur le terrain et nous on sera onze aussi.

« On est Juvisy, on a quand même des qualités à faire valoir »

Thiney et Tonazzi duo offensif juvisien
Thiney et Tonazzi duo offensif juvisien
C’est possible de lutter contre l'OL.
Oui, sinon je ne partirai pas demain (ndlr : aujourd'hui) pour Lyon. Elles sont humaines, elles ont le droit à l’erreur et, nous, on a aussi le droit de ne faire aucune erreur. Si on fait un match parfait et qu’elles ont quelques lacunes, ça peut nous permettre de marquer des buts et pourquoi pas de gagner ou de faire match nul ?

Comme les Lyonnaises ont joué mercredi et battu Paris (2-1), la fraîcheur physique peut jouer dimanche ?
Non. Préparées comme elles sont préparées, dans les conditions où elles vivent tous les jours et vu l’effectif qu’elles ont je ne suis pas sûr qu’elle soit émoussées. Cela fait plusieurs années qu’elles jouent la Coupe d’Europe, qu’elles jouent tous les trois jours, elles sont habituées. Et puis quand on est compétitrices, on aime bien jouer tous les trois jours.

En allant à Lyon, on se fixe quoi comme objectif ?
Quand je rentre sur un terrain, c’est toujours pour gagner. Maintenant, si on fait match nul ce sera un bon résultat car pour l’instant Lyon a gagné tous ses matches. En faisant nul, on accrocherait Lyon, pour la première fois de la saison, donc ça peut-être bien.

Vous êtes la dernière équipe à les avoir battus en championnat, ça joue dans les têtes ?
On sait qu’elles ne sont pas imbattables. Maintenant le Lyon l'année dernière n'est pas celui de cette année. Nous, on a grosso modo la même équipe mais la saison dernière, il y avait un autre contexte, on était chez nous, on venait d’avoir une joueuse de notre équipe qui s'était blessée, on avait l’impression d’être plus douze que onze sur le terrain. A Lyon, on aura, malgré tout, la même envie et dans un coin de notre tête, on se dit qu’on a réussi une fois alors pourquoi pas deux ? Et puis on est Juvisy, on a quand même des qualités à faire valoir

Comment jugez-vous cette première partie de saison ?
Très positive par rapport à la Coupe d’Europe puisque Juvisy se retrouve parmi les huit meilleurs clubs européens. En championnat, on a perdu quelques points, on aurait pu faire un peu mieux. Mais au niveau de l’effectif et avec les conditions de vie que l'on a, à l’heure actuelle à Juvisy, en s’entraînant le soir par exemple, cela ne nous permet pas de récupérer au maximum et de nous donner au max sur toutes les compétitions. Par rapport à l’effectif et aux moyens que l'on a, on a fait une très bonne première partie de saison.

Qu’est-ce qui manque finalement à Juvisy. Un effectif plus conséquent ?
Il manque un petit peu d'effectif. On a des joueuses mais si on avait, parfois, pu souffler, ça aurait été bien. Après beaucoup de filles travaillent, finissent tard et enchaînent leur travail plus le foot. C’est une double vie qui, parfois, n’est pas facile mais qui apporte pas mal de richesse et qui nous permet de nous épanouir en dehors du foot. C’est ce qui fait notre force à Juvisy. Et quand on se retrouve, on est contente de s’entraîner, de se retrouver même si on a chacune notre vie à côté. Cela nous permet de nous évader.

« On est passionnée par notre sport et on ne se pose pas la question de contrat à Juvisy »

Personnellement, vous en êtes déjà à huit buts cette saison et vous n'en aviez mis que neuf la saison dernière. Êtes-vous satisfaite de votre première partie de saison ?
Je suis satisfaite mais il reste encore beaucoup de choses à améliorer. Je ne suis jamais satisfaite de tout ce que je fais, heureusement. J’ai besoin de progresser dans beaucoup de domaines, j’essaye de travailler. Venir à Juvisy m’a permis de m'améliorer et j’essaye, encore aujourd’hui, de progresser un maximum. Même si ça fait plaisir de marquer, mon nombre de buts importe peu, le principal c’est que l’équipe soit performante. Si je dois marquer moins de buts pour qu’on soit première du championnat, ce sera ma plus belle satisfaction.

Vous êtes bien à Juvisy ?
Oui, je suis très bien. Le fait d'être à Juvisy me permet d’avoir un côté professionnel, et même si on n’a pas assez de temps pour récupérer, on a cette ouverture sur la société, sur le monde autre que la planète foot. Le club est familial, les relations sont plus faciles, tout le monde est plus abordable. Juvisy insiste également beaucoup sur la notion de double projet avec un projet sportif et un projet professionnel, ça c’est important. Et du coup, toutes les filles essayent d’avoir ce double projet. Juvisy va se démarquer par le fait qu’on y vit bien.

Vous avez un contrat ?
C’est la grande différence. A Juvisy, il n’y a aucun contrat, il n'y a pas d'argent. Et c’est peut-être ce qui fait que le groupe est très sain, vit dans la bonne humeur. Cela n’empêche qu’on soit sérieuses, qu’on fasse beaucoup de sacrifices, on joue vraiment pour la passion. On est passionnée par notre sport et on ne se pose pas la question de contrat à Juvisy.

Recueillis par Thibault Simonnet pour footofeminin.fr

Gaëtane Thiney : « Elles sont humaines »
GAETANE THINEY
Née le 28 octobre 1985 à Troyes
Attaquante
1,70 m - 61 kg

Internationale A (41 sélections - 18 buts)

Parcours :
ASS Brienne le Château (1992-2000), Saint-Memmie O. (2000-2006), USCCO Compiègne (2006-2008), FCF Juvisy (depuis 2008)

Cette saison
13 matchs (12 titularisations) - 8 buts

LA FICHE

Samedi 22 Janvier 2011
Thibault Simonnet

Dans la même rubrique :