Footofeminin.fr : le football au féminin

L'Afghanistan découvre le football féminin

Dans un pays où la pratique sportive féminine est difficile, les Afghanes découvrent petit à petit le football, grâce au soutien de l'Allemagne
(Source : fifa.com)



Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP
"Je n'avais encore jamais vu ça. Toutes ces caméras et ces flashes... j'ai l'impression d'être Joachim Löw, le sélectionneur de l'équipe d'Allemagne !" La scène se déroule à la sortie d'une séance d'entraînement de l'équipe nationale féminine afghane, organisée à la Sportschule Ruit. En voyant la foule compacte des journalistes venus assister à l'événement, le technicien allemand a sans doute eu l'impression de se trouver sur une autre planète. Pour ses joueuses également, ce séjour de douze jours en Allemagne restera une expérience inoubliable.

Les 18 jeunes femmes sélectionnées pour participer à ce stage ont enfin connu le plaisir de jouer quotidiennement au ballon sans avoir à redouter quoi que ce soit. "Nous sommes ici pour démontrer que le football féminin devrait avoir sa place en Afghanistan. Ce n'est malheureusement pas encore le cas. Ces filles aiment le football, mais elles voudraient pouvoir vivre leur passion dans la sérénité", explique Stärk à FIFA.com. "Ce stage se veut avant tout un symbole de liberté."


"Encore beaucoup de travail"

Comme on l'imagine, les entraînements ne se passent pas exactement de la même façon en Afghanistan. Là-bas, les footballeuses prennent de grands risques à chaque fois qu'elles entrent sur le terrain. "Nous ne sommes jamais à l'abri. Pour le moment, je me contente d'espérer que les Talibans continuent de nous ignorer", poursuit l'entraîneur allemand, qui vit et travaille aujourd'hui à Kaboul. "Si vous voyez ce que je veux dire..." Evidemment, toutes les sessions de travail ont lieu derrière des portes closes et sous la protection des forces internationales.

Malgré ces conditions difficiles, Stärk n'a rien perdu de son idéalisme ou de son enthousiasme. Cependant, il ne se berce pas d'illusions : "Il reste encore beaucoup de travail à accomplir, ici. Mais, chaque jour, on constate des progrès au niveau sportif ou administratif. C'est un beau défi. De toute façon, dès que les filles pensent au football, leur regard s'illumine et, ça, c'est la plus belle des récompenses. Parfois, je reste là à les observer. Je suis toujours très ému lorsque je les vois jouer. J'ai senti qu'elles avaient profité de chaque seconde de notre séjour en Allemagne".

L'Afghanistan découvre le football féminin
Construire sur le terrain et en dehors

Cela fait maintenant cinq ans que Stärk, en compagnie d'une trentaine d'éducateurs envoyés par la fédération allemande (DFB), travaille en Afghanistan. En compagnie d'Ali Asker Lali, un Afghan d'origine qui a vécu pendant 25 ans en Allemagne, Stärk a su insuffler sa passion pour le football à des femmes venues d'horizons très divers. Toutefois, son travail ne se limite pas au terrain. Ce quinquagénaire dynamique a également beaucoup fait pour le développement des infrastructures locales.

"Nos objectifs sont d'ordre général. Nous voulons faire progresser le football afghan. Cela comprend également la formation d'entraîneurs locaux, par exemple. Ces dernières années, nous avons fait découvrir le football à près de 2 000 jeunes", précise Stärk, qui rappelle également avec fierté que le pays dispose d'une équipe nationale masculine depuis maintenant trois ans. Mais, au-delà de ces tâches administrative, l'émissaire de la DFB garde constamment à l'esprit une phrase dont il a fait sa devise : "Ne jamais perdre de vue l'essentiel".

L'Afghanistan découvre le football féminin
Objectif : un premier match international

De leur côté, les jeunes Afghanes s'efforcent de maîtriser les dimensions de leur nouveau terrain de jeu. En effet, à Kaboul, elles ne disposent que d'un espace réduit, qui ne leur permet pas d'organiser des matches à onze contre onze. C'est justement l'une des raisons qui ont poussé Stärk à organiser ce stage à la Sportschule Ruit. "Mais ce n'est pas tout. Nous voulions aussi donner l'occasion aux filles de découvrir une autre culture. Nous espérions également attirer l'attention des médias sur notre situation. Voilà pourquoi il était important que la presse nous soutienne." Conscient des efforts fournis dans ce domaine, Stärk n'a évidemment pas manqué de remercier la FIFA, le ministère des affaires étrangères allemand, le Comité olympique allemand et la DFB pour leur coopération.

"A la fin de l'année, je mettrai un terme à cette aventure. Il sera temps alors de confier les rênes à la fédération afghane. Ensuite, d'ici deux ou trois ans, nous reviendrons sur place pour nous rendre compte de l'évolution de la situation." En attendant, Stärk a encore de grands projets. "Nous aimerions organiser un match international féminin." On parle de l'Arabie Saoudite comme adversaire. En effet, le premier match officiel entre deux équipes féminines, dans ce pays, a récemment eu lieu à l'occasion de la rencontre opposant l'université Prince-Mohammed-ben-Fahd et le collège Al-Yamamah.

Mercredi 27 Février 2008
Denis Dupont

Dans la même rubrique :
JOYEUX NOËL !

JOYEUX NOËL ! - 26/12/2017

Bonne année 2017 !

Bonne année 2017 ! - 02/01/2017