Footofeminin.fr : le football au féminin

Sandrine Brétigny (OL) : « On fera un grand pas, si… »

PSG-Juvisy-PSG, ce sont les trois prochains matches de championnat qui attendent les Lyonnaises. Pour Sandrine Brétigny l’attaquante de l’OL, si les Rhodaniennes s’imposent, ce mercredi, face au PSG, elles se rapprocheront d’un cinquième titre national consécutif.



(photo : Van Gol)
(photo : Van Gol)
Sandrine, Lyon reste sur douze victoires en douze matches. Meilleure attaque, meilleure défense de D1, c'est possible de faire mieux ?
Non mais on aurait aimé ne pas prendre ces deux buts. On en encaisse un à Saint-Brieuc dans des conditions difficiles avec un terrain gras et puis on avait déjà marqué trois buts. Offensivement on a aussi fait le boulot mais on peut encore s’améliorer. Malgré tout, l’objectif reste de s’améliorer dans le jeu pour être plus efficaces.

Comment expliquer cette série ? Votre dernière défaite remonte au 14 mars dernier, c’était face à Juvisy (2-0).
Il y a eu les retours de Sonia (Bompastor) et Camille (Abily), des départs, l’arrivée d’Eugénie Le Sommer, le changement d’entraîneur. Il y a eu un renouveau, je pense que ça joue un peu.

Qu’est-ce qui peut arrêter Lyon ? Comme le disait Sonia Bompastor, votre plus grand adversaire, ce sera peut-être vous-même ?
Je suis d’accord avec Sonia. Il ne faut pas prendre les adversaires à la légère et être concentré jusqu’à la fin. A Saint-Brieuc, il y a eu un moment de déconcentration qu’on a payé cash. Il faut rester bien concentré et que tout le groupe soit concerné.

« Toutes au même régime quel que soit notre statut »

(photo : Jean-François)
(photo : Jean-François)
Que faire pour lutter contre ces petits moments de déconcentration ?
Cela ne nous est pas arrivé souvent cette saison. Tout le monde connaît Patrice (Lair, le coach), il est tout le temps debout sur le banc, il est derrière nous, il nous donne toujours des consignes. Sa façon de fonctionner à lui ? Si ça ne va pas, on sait qu’il y aura du monde sur le banc, et ça nous permet d’être toutes sous pression. On est toutes au même régime quelque soit notre statut.

Il n’y a pas de risque de démotivation ?
Non, la concurrence est saine. Patrice ne fait de cadeaux à personne qu’on soit internationale ou pas. Il n y a pas de problème.

Est-ce que Lyon est sur une autre planète ?
On a la chance d’avoir M.Aulas qui est là et qui nous donne les meilleures conditions. Patrice nous le répète assez souvent et il a raison. Il y a des clubs de bas de tableau chez les garçons qui n’ont pas ces conditions là. On est, par exemple, revenu de Saint-Brieuc en avion privé, et si on est à ce niveau, c’est vraiment grâce à lui et à tous les moyens qu’il met pour nous.

En l’espace d’une semaine vous allez rencontrer Paris et Juvisy, c’est là où le titre va se jouer ?
On va vraiment se confronter à une équipe de Paris qui résiste bien. Ca va être un beau match serré, qui se jouera sur des détails, on recevra ensuite Juvisy à Gerland, trois jours après. Ce sera deux matches serrés, j’espère que tout le monde sera concerné et qu’on prendra tous les points.

« Remettre les pendules à l’heure »

(photo : Van Gol)
(photo : Van Gol)
Que faire pour gagner à Paris ?
Comme je l’ai dit, cela va se jouer sur un détail, il faudra aller de l’avant, produire du jeu, ne pas reculer. Il faudra aussi être fortes physiquement notamment dans le domaine aérien car il y aura, en face, des filles très fortes dont Katia que l’on connaît toutes. Il faudrait éviter de concéder des corners, des coups francs.

Paris est un peu votre bête noire ? Vous n’étiez pas parvenu à les battre l’année dernière (1-1 à l’aller et 0-0 au retour.) et en plus elles vous avaient éliminés au Challenge de France.
Oui, ce sera à nous de remettre les pendules à l’heure, de rectifier le tir, de gagner ce match là et de gagner quand on les recevra 15 jours plus tard.

Battre Paris, c’est la dernière étape avant d’être championnes ?
On a déjà battus Juvisy et Montpellier. C’est vrai que si on bat Paris, on ne sera pas championne mais on aura fait un grand pas. Malgré tout, il faudra rester sérieuses lors des autres matches.

Le PSG, c’est l’adversaire le plus dangereux ?
Juvisy vient encore de faire une erreur à Yzeure, elles perdent des points et ont la Champion’s League comme nous. Montpellier et PSG sont nos deux principaux adversaires.

Personnellement, vous n’avez pas été souvent titulaire (une seule fois au cours des onze derniers matches) mais vous avez déjà mis neuf buts soit un toutes les quarante-deux minutes.
42, ce n’est pas un bon chiffre pour Lyon (rires). Je travaille à l’entraînement, j’ai des discussions avec le coach, il compte sur moi, il a confiance en moi et il veut que j’essaye de répondre à ses attentes quand il me fait rentrer.

Vous avez envie que votre statut de joker de luxe évolue ?
J’ai parlé avec le coach, il faut que je travaille encore sur mes appels de balle. Il y a un gros effectif ici, on est plusieurs pour trois, deux, voire une place. Tant qu’on gagne, c’est le principal. Tout le monde aimerait jouer 90 minutes, mais il en faut onze pour commencer une rencontre mais je ne perds pas espoir de ne pas commencer un match. Je suis aussi satisfaite d’avoir retrouvé le chemin des filets. J’en suis à neuf buts, c’était mon nombre total de buts la saison dernière alors qu’aujourd’hui on n’en est qu’à la moitié de la saison.

Vous avez mis plus de 170 buts en championnat. Ce sont des stats impressionnantes à seulement 26 ans.
J’ai vu ça avec OLTV. C’est peut-être aussi pour ça que le coach me donne ce rôle de joker. Il compte sur moi pour débloquer des situations même si, cette année, je n’en ai pas débloqué car le score était souvent fait. Quand je suis rentré, j’ai toujours essayé de faire du mieux possible et pour l’instant, cela ne m’a pas trop mal réussi.

Vous êtes bien à Lyon ?
Ca fait dix ans que je suis ici, je m’y sens très bien. Après on verra, cela dépendra de beaucoup de choses, du choix du coach, du président, de moi. On devra discuter de tout ça en fin de saison car je suis en fin de contrat.

Vous avez envie de rester ?
Je suis bien à Lyon, c’est mon club de cœur. On verra…

Recueillis par Thibault Simonnet pour footofeminin.fr

(photo : OL)
(photo : OL)
SANDRINE BRETIGNY
Née le 2 juillet 1984 au Creusot
Attaquante
1,63 m - 54 kg

Internationale A (16 sélections - 8 buts)

Parcours : JS des Bizots (1991-1992), FC Montcenis (1992-1997), CS Sanvignes les Mines (1997-2000), FCF Lyon (2000-2004) puis Olympique Lyonnais (depuis 2004)

Cette saison
11 matchs (1 titularisation) - 1 but

LA FICHE

AGENDA

Mercredi 19 janvier 2011 - 20h00
PSG - LYON
Saint-Germain en Laye (Camp des Loges - terrain n°4)
Arbitres : Nathalie Le Breton assistée de Grégoire Valleteau et Patrice Caudron

Les précédents face-à-face
2 nuls, 7 victoires lyonnaises, 5 buts pour le PSG, 18 buts pour Lyon
Cliquez ici

Mardi 18 Janvier 2011
Thibault Simonnet

Dans la même rubrique :