Footofeminin.fr : le football au féminin

U20 - Gilles EYQUEM : "La priorité est bien les U20 pour cette saison"

Avant de jouer sa première rencontre de préparation face à la sélection U23 en Suède, le sélectionneur fait le point sur cette saison particulière qui s'achèvera par la Coupe du Monde U20 en Bretagne l'été prochain (5 au 24 août 2017).



La sélection U20 sera la première sélection féminine à disputer une Coupe du Monde en France. Quel est votre sentiment ?
C'est une immensité fierté mais c'est aussi une grosse pression. C'est un événement important pour la Fédération et du coup, je pense qu'il y aura une pression supplémentaire et beaucoup de sollicitations. J'espère que l'on va gérer ça du mieux possible. On va se préparer pour être présent à ce moment-là.

Sixième saison en sélection, vous commencez à avoir du recul pour mieux aborder ces rendez-vous ?
Depuis 2012-2013, où je suis arrivé avec un titre d'entrée (ndlr : Euro 2013), ce sont des moments importants qui sont passés. Je progresse et je commence à mieux appréhender ce football. J'ai la chance d'avoir un staff très présent et notamment mes deux "Sandrine", Roux et Ringler, qui sont très riches d'enseignements. Elles sont très importantes dans nos résultats et la gestion des groupes féminins.

Comment va se passer cette gestion du groupe d'ici la Coupe du Monde U20 ?
On va la préparer avec notamment "carte blanche", c'est-à-dire que la priorité est bien les U20 pour cette saison. Que ce soit auprès de Corinne Diacre, qui m'a garanti aussi d'avoir mes meilleures joueuses, je pense notamment à Mylène Chavas et Marie-Antoinette Katoto. Il y a déjà cette position forte de Corinne, mais aussi que ce soit vis-à-vis des U19. La priorité sera bien sur le groupe U20 qui préparer la Coupe du Monde. Il y a quelques 2000 qui me paraissent très intéressantes et je construirai mon groupe avec beaucoup de latitude et c'est important.

La sélection U19 ne sera dirigée par vous cette saison ?
Oui, c'était une volonté que l'on avait déjà après la Coupe du Monde U20 en 2016 où l'on avait U19 et U20 en même temps sur la saison. C'est toujours compliqué de suivre deux sélections en même temps. On a le sentiment après coup de ne pas avoir tout à l'une ou à l'autre. Souvent, ça se marche un peu sur les pieds. En Papouasie-Nouvelle-Guinée, on a pu le constater. Avec Sandrine Soubeyrand qui est à l'écoute des staffs, on a pu trouver une solution que me parait complètement répondre à la situation (ndlr : Gaëlle Dumas s'occupe de la sélection U19).

"L'objectif final est de soulever le trophée"

La préparation de la sélection
Il y avait un gros stage de préparation au mois d'octobre même si je n'avais pas toutes les 2000, elles étaient au tour de qualification en Moldavie. On s'est engagé sur ça, pour que le premier tour soit assuré pour qu'elles aient au moins une compétition intéressante avec un tour Elite, et j'espère une qualification pour le championnat d'Europe car il y a du talent dans ces filles-là.
On joue un match en Suède, au mois de novembre (ndlr : ce jeudi 23 novembre). On avait programmé deux matchs mais la Suède nous en a garanti qu'un.
Il n'y a rien en décembre même si on avait eu une proposition des Etats-Unis pour un tournoi en Floride mais on était hors dates internationales donc cela paraissait compliqué vis-à-vis des clubs que l'on se doit de respecter.
En janvier, il y a une trêve internationale, on va essayer de jouer des matchs et d'aller chercher un peu de soleil dans le Sud, en Espagne.
En mars, on a étudié d'envoyer la sélection U20 au Tournoi de la Manga U23. Mais on devrait jouer très certainement en Bretagne. En avril, ce sera très certainement contre les Japonaises dans les villes hôtes. En juin, on aura un stage qui sera plus axé sur la cohésion avant d'attaquer la préparation proprement dite au mois de juillet.

Après une troisième puis une deuxième place, ce sera une pression supplémentaire de jouer à domicile ?
On aura forcément une pression supplémentaire plus liée à l'impact que ce soit au niveau du staff ou des joueuses. Ce sera un moment clé pour nous pour gérer cette situation. Quand on est en Papouasie, on est moins sollicité. Au Canada, on l'a été un peu plus, mais cela restait à la marge. Il va falloir que l'on soit très attentif aux sollicitations familiales, amis, parents... et autres. Cela fera parti des choses à très vite organisées pour que l'on puisse consacrer pleinement à la compétition. Et on le voit chaque année, la compétition monte et c'est toujours de plus en plus difficile. Si on veut briller, c'est le slogan, il va falloir être vraiment très concentré et très discipliné sur l'objectif final qui est de soulever le trophée.

Qu'avez-vous pu échanger avec Corinne Diacre ?
Elle sera une spectatrice très présente. Elle l'est déjà. On a déjà échangé dessus, on a déjà coché des noms et on espère pouvoir voir certaines U20 accéder à la Coupe du Monde 2019 qui sera la vraie grande Coupe du Monde pour les filles.

Propos recueillis par Sébastien Duret


Jeudi 23 Novembre 2017
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :