Footofeminin.fr : le football au féminin

#U20WWC - Emelyne LAURENT : « Toujours ce problème d’efficacité »

L’attaquante de l’OL, auteur du penalty égalisateur face à l’Angleterre vendredi (1-1, 4-2 t.a.b), a symbolisé le manque de précision des Bleuettes face au but adverse. Après un bon Mondial, elle fait part de sa déception du résultat final.



(photo Bastien Lhéritier/FFF)
(photo Bastien Lhéritier/FFF)
Vous arrivez à sourire après le match mais il y a tout de même de la déception, avec cette défaite contre l’Angleterre qui n’était pas le résultat espéré…
On aurait aimé terminer sur une bonne note, finir sur cette médaille de bronze, ce n’est pas négligeable malgré tout. Au vue du match, on avait la possibilité d’aller chercher cette victoire, au bout de 45 minutes il y aurait déjà dû avoir deux zéro, après je manque une occasion (16e)… Il y a toujours ce problème d’efficacité qui nous fait défaut depuis les demi-finales.

Comment l’expliquer ? C’est mental ?
Je ne dirais pas de mental, mais on n’a pas cet état d’esprit de tueur devant les buts. Il ne faut pas se poser de questions, juste essayer de marquer, mais je pense qu’on s’en pose trop justement. Malheureusement, encore une fois ça nous pénalise.

Quel bilan vous tirez de ce Mondial ? La joie et les bonnes performances du début, ou cette triste dernière semaine ?
C’est mitigé (sourire) ! C’est une Coupe du Monde donc forcément j’étais ravie d’y participer et d’arriver jusque-là, mais malheureusement on n’a pas pu aller au bout, alors qu’on avait selon moi une équipe complète, avec beaucoup de talent…

L’une des favorites ?
Je ne dirai pas favorite car il n’y en a jamais dans ces compétitions, mais… il y avait trop de talent, trop de qualités pour finir sur une note comme ça. C’est dommage.

"Je souris parce que j’ai déjà tellement versé de larmes… "

On a senti que c’était les montagnes russes dans ce Mondial. Qu’est ce qui n'a pas fonctionné ?
C’est dur, parce que ce qui nous as manqué c’est de la maturité, de se dire qu’un match de foot c’est 90 minutes, que parfois on peut plonger dans un match mais qu’il faut se relever ensuite. Que si une plonge, l’autre doit la relever. Il n’y a pas eu cette solidarité comme on l’aurait voulu, même de la communication, de l’envie… On sentait qu’il y avait un fossé entre chaque match, chaque joueuses, ce n’était pas évident. On ne se rend pas les choses faciles car on peut mieux faire dans le jeu, dans les passes… On se précipite beaucoup parfois, par peur peut-être, on a l’impression qu’on ne va jamais y arriver, qu’il faut aller vite alors que parfois il faut poser le jeu. On ne l’a pas fait.

Que vous a dit le coach ?
Pour l’instant, il n’est pas encore venu dans le vestiaire (ndlr : interview réalisé 1 heure par le match). Il est déçu je pense car il savait qu’on pouvait faire mieux, on avait travaillé des choses à l’entraînement, vu des vidéos, analysé… Et au final aujourd’hui on perd à nouveau, donc forcément il est frustré car il voulait terminer avec une médaille et nous aussi. Mais on va continuer à travailler, se relever, bon après moi je ne sais pas trop (rires) parce que c’est ma dernière année en U20, mais je veux viser plus haut.

Derrière ce sourire, il y a donc de la rage…
Oui, j’ai la rage ! Je souris parce que j’ai déjà tellement versé de larmes… Aujourd’hui, tout ce que j’ai envie de faire c’est reprendre le ballon, et recommencer à jouer, parce que c’est très dur.

Il manquait un leader aussi ?
Vous le dites, et je le pense aussi. Il manquait de quelqu’un qui puisse prendre ses responsabilités. Dans la motivation, il fallait qu’on sente qu’il y avait quelqu’un avec qui on aurait pu jouer quoiqu’il arrive, pour se sentir mieux.

"je vais tout donner pour gratter des minutes"

Un mot sur votre nouvelle saison en club qui commence avec Lyon ?
Ouhla… (rires) Il va me falloir un peu de repos avant de repartir, mais je vais tout donner aussi pour jouer et gratter des minutes, parce que je n’ai pas beaucoup joué l’année dernière. Après au vu de mes performances (dans ce Mondial), je ne pense pas que le coach (Reynald Pedros) soit déçu. Mais à l’entraînement il faudra que je prouve, que je me batte, ce n’est pas fini !

Que vous avait dit Reynald Pedros en fin de saison dernière justement ?
En fin de saison dernière on avait discuté de ce que je devais faire cette année, il m’avait clairement dit qu’il croyait en mon potentiel, qu’il y avait des hauts et des bas et qu’il faudrait que je travaille ma constance, mais qu’il comptait sur moi, je ne sais pas si c’est toujours le cas, mais j’espère que oui (rires) !

Dimanche 26 Août 2018
Vincent Roussel

Dans la même rubrique :