Footofeminin.fr : le football au féminin

#U20WWC - Maëlle LAKRAR : "J'espère qu'on ira le plus loin possible"

La jeune défenseure de l'équipe de France U20 et néo-Montpelliéraine revient sur son parcours de joueuse, la Coupe du Monde et son ascension en club alors que se profile le match décisif face aux Pays-Bas.



Maëlle Lakrar (photo : Sébastien Duret)
Maëlle Lakrar (photo : Sébastien Duret)
Quel est votre parcours de joueuse ?
J'ai commencé le foot à 5 ans, j'ai joué avec mon frère. Je jouais plus dans les City Stades. Un jour, j'ai demandé à ma mère de jouer au foot, j'ai commencé avec les garçons et jusqu'à l'âge de 14 ans. Ensuite, j'ai intégré un club de filles et l'OM est venu me chercher. J'ai commencé directement en D2. On est monté en D1, cela fait deux ans. A l'OM, je jouais latérale gauche, en Equipe de France, j'ai toujours joué centrale.

Les sélections justement, vous les côtoyez depuis l'âge de 15 ans ?
Cela fait quelques matchs que l'on joue ensemble. Il y a des filles avec qui j'ai déjà joué. C'est moins de pression, on garde des automatismes depuis les U16.

Vous souvenez-vous encore de la finale remportée en U16 lors du tournoi en Italie ?
Ça reste dans nos têtes avec le maillot des Bleues. On avait fait un très très bon tournoi. Cécile (Locatelli) nous l'avait dit. C'était une bonne expérience.

Pensiez-vous gravir aussi rapidement les échelons ?
C'était dans un coin de ma tête mais je pensais pas les franchir aussi rapidement. Cela fait plaisir de représenter la France, surtout à mon âge.

Imaginiez-vous jouer une Coupe du Monde ?
C'est un rêve d'enfant, et la jouer en France, cela représente beaucoup pour moi. J'espère qu'on ira le plus loin possible. Victoire, victoire, victoire !

Que pensez-vous de la défense de cette équipe U20 ?
Dans les impacts, je pense que l'on est prêtes mais on a quelques trucs à corriger dans les relances. On se met en difficulté toutes seules alors qu'il n'y a pas besoin. J'ai confiance en notre défense. Chavas, elle a une très très grande expérience, elle parle très très bien. Elle nous met en confiance, c'est un bon exemple à suivre.

"La concurrence va me permettre de me surpasser"

Que retenez-vous de vos années d'expérience avec l'OM ?
Je suis passé d'un petit terrain à un grand terrain d'un coup, cela a été un gros changement. Cela m'a fait grandir, les deux premières années à l'OM m'ont fait grandir, j'ai pris de l'expérience et depuis tout se passe bien. J'ai enchaîné les matchs. Même si j'ai décidé de changer de club.
On est passé d'une place de 4e à la descente en D2. On avait un bon groupe mais il y a eu énormément de départs, et pas beaucoup d'arrivées. On a eu du mal à trouver les automatismes. On a enchaîné les défaites, cela a mis une mauvaise ambiance, et on est descendu.

Pourquoi avoir choisi Montpellier ?
Je voulais rester en D1. Si j'étais restée en D2, je serai restée sur mes acquis. J'ai eu plusieurs propositions mais j'ai préféré rester dans le Sud. Cela faisait deux ans que Montpellier me voulait. J'ai saisi l'opportunité. J'ai fait la première semaine de préparation avec eux, c'est un très très bon groupe. Il y a de très très bonnes joueuses, beaucoup d'internationales A. Cela me fait grandir et je pense que je progresserai avec ce groupe même si je ne commencerai pas titulaire. Rien que m'entraîner avec elle, je vais prendre en maturité. La concurrence va me permettre de me surpasser. Il faut essayer de prendre la place au plus âgé, on fait comme on peut, on se montre aux entraînements.

"On va tout donner pour gagner"

Quel bilan faites-vous du match nul contre la Nouvelle-Zélande ?
On est énormément frustré. Le coach nous avait prévenu que ce serait un match très dur, qu'elles allaient être très généreuses dans le jeu. On s'est mis la pression tout seul dès le début. On n'a pas pu faire que match nul.
On a essayé de contourner leur bloc mais on n'a pas réussi. On n'arrivait pas à trouver nos milieux en première période. On nous a dit de jouer sur les côtés mais on n'a pas réussi du tout. On ne faisait que dégager mais ce n'est pas notre jeu. On est tombé dans leur jeu.
On a fait beaucoup de fautes techniques, nos passes n'étaient pas assez appuyées. On n'a pas réussi à tirer souvent devant le but. Il faut que l'on s'applique sur les coups de pied arrêtés quand on n'y arrive pas dans le jeu mais on n'a pas su le faire.

Comment envisage-vous ce match face aux Pays-Bas ?
On va tout donner pour gagner, on a l'équipe pour. On va jouer notre jeu et j'espère que finira première de notre groupe. C'est notre objectif.

A Ploërmel et Vannes,
Sébastien Duret

13. Maëlle LAKRAR
Née le 27 mai 2000 à Orange
1,70m-58kg

Sélections
U20 (6)
U19 (4/2 buts)
U17 (12/5 buts)
U16 (10)

Matchs en D1
30 (O. Marseille)

Palmarès
Championne de France D2 - O. Marseille (2016)

Clubs
Montpellier HSC (2018-)
Olympique de Marseille (2015-2018)
Salon Bel Air Foot (2011-2015)
FC Salon (2006-2011)

Dimanche 12 Août 2018
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :