Footofeminin.fr : le football au féminin

#U20WWC - Quart : La FRANCE retrouve la CORÉE DU NORD

Opposées en finale de l'édition 2016 en Papouasie-Nouvelle-Guinée, Françaises et Nord-Coréennes se retrouvent cette fois en quart de finale de l'édition 2018.



Gilles Eyquem : « on n’oublie pas que l’on affronte les tenantes du titre on espère que la roue va tourner »
Gilles Eyquem : « on n’oublie pas que l’on affronte les tenantes du titre on espère que la roue va tourner »
Les deux équipes ont connu un parcours en phase de groupe plus ou moins difficile. Battue d'entrée par l'Angleterre (1-3), menée au score par le Mexique avant de s'imposer (2-1) et finalement victorieuse dans les arrêts de jeu face au Brésil (2-1), même si le nul suffisait, la Corée du Nord va pouvoir finalement continuer à défendre son titre. Face à elle, la France, dont le match nul face à la Nouvelle-Zélande avait laissé des traces, a finalement permis de remobiliser le groupe vers l'objectif visé d'un sacre mondial. Pour parvenir à la remobilisation face aux Pays-Bas et cette large victoire (4-0), Gilles Eyquem a su trouver les mots justes et faire des choix dans les joueuses qui ont pris part au dernier match.

Frustré de la contre-performance du deuxième match, le sélectionneur-formateur a rappelé l'exigence du haut niveau et aussi "des valeurs qu'il fallait montrer pour espérer atteindre l'objectif que l'on s'était fixé ensemble". Il attendait en effet mieux et une réaction devant les Pays-Bas : "Il fallait secouer un peu tout ça pour leur faire prendre conscience qu'elles avaient besoin de plus d'engagement, que cela n'allait pas se faire tout seul, qu'il y avait des adversaires et que ces adversaires aussi espéraient toujours avancer dans la compétition. Il fallait élever notre niveau".

Au final, la satisfaction du devoir acquis avec la première place du groupe a permis de revoir du sourire dans le vestiaire : "Toutes étaient autour de la table, c'était très très sympa" indiquait Gilles Eyquem dimanche dernier à l'issue du match à Saint-Malo. Le groupe a pris conscience qu'une compétition de ce niveau devait se gagner à tous les niveaux de la préparation : "Il y a eu des choses bien et moins bien mais j'ai senti les filles plus concernées, qu'elles prenaient en compte les informations qu'on a pu leur donner. Il y a eu des petites choses qui ont fait que les filles se sont rapprochées".

"Devant j'en ai six pour trois postes"

Les choix du sélectionneur présentés aux joueuses dimanche dernier ont aussi montré que tout le monde était impliqué : "Quand elles ont vu la composition de l'équipe, il y a eu de l'étonnement mais quand même cela leur a montré qu'il y avait de la place pour tout le monde". Des décisions qui ont relégué notamment la capitaine et attaquante Marie-Antoinette Katoto sur le banc : "Elle est en plein doute. Elle a besoin de retrouver sa sérénité. On attendait peut-être trop, trop vite, elle a besoin d'un peu plus de temps, qu'elle évacue la pression. Les qualités sont là. C'est une joueuse exceptionnelle et je pense qu'elle nous le montrera d'ici la fin que c'est une grande grande joueuse".

Elle devrait retrouver une place de titulaire ce jeudi même si sa remplaçante Amélie Delabre a accompli le match qu'il fallait : "C'est une bonne surprise. Je ne l'attendais pas forcément à ce niveau-là mais je savais que si elle avait les occasions devant le but, elle y serait. Elle a quand même une présence athlétique assez intéressante. Et comme elle a un cœur énorme et qu'elle ne lâche rien, c'est superbe". Pour Gilles Eyquem, les jours qui ont suivi ont permis d'apporter des éclaircissements à son discours de dimanche soir à propos de l'équipe à aligner ce jeudi : "Je ne sais pas si cela va remettre en cause la hiérarchie. J'espère que cela va surtout permettre à toutes de s'épanouir complètement et de s'impliquer encore plus de ce projet d'aller chercher cette Coupe du Monde. J'ai essayé de faire tourner, j'ai équilibré un petit peu derrière, au milieu aussi. Devant j'en ai six pour trois postes, j'ai l'embarras du choix. Et puis elles peuvent jouer toutes les deux ensemble aussi".

"Normalement, c'est notre tour"

Twitter : @MillagouJerome
Twitter : @MillagouJerome
Et dans un scénario où tout a souri, les effets ne peuvent sembler que bénéfiques : "Je pense que cela va souder le groupe et j'ai vu dans le vestiaire qu'il y avait beaucoup de joie. Je pense que c'est un peu le départ". Le début aussi d'une nouvelle compétition avec plus aucun droit à l'erreur pour aller au bout du rêve. Julie Thibaud affichait beaucoup d'enthousiasme ce mercredi en conférence de presse. La Bordelaise qui a connu deux finales européennes, veut découvrir autre chose dans sa jeune carrière : "Il y a de l’excitation. Pour la plupart d’entre nous ce sera le premier quart de finale de notre carrière." Remplaçante aussi lors du match précédent, Annahita Zamanian ne veut pas manquer ce rendez-vous : "Il n’y aura pas de place pour les erreurs. On va tout donner. On a très très envie de continuer". Toutes deux remplaçantes, elles étaient présentes en conférence de presse, allant aussi dans le sens de l'évolution du groupe après la qualification et les choix pris : "C'est une belle réussite avec des choix qui peut-être permis aussi au groupe de se ressouder et d'aller vers l'avant" soulignait le sélectionneur.

La Corée du Nord est une retrouvaille mais de part et d'autre, une seule joueuse a connu la finale de 2016. Pour le sélectionneur, on ne peut pas parler de revanche : "Les équipes sont totalement différentes. La seule qui reste de la Papouasie, c'est Mylène (Chavas). Elle n'en garde pas forcément un bon souvenir donc on va évacuer". En 2014, la France avait décroché sa seule et unique victoire dans le match pour la 3e place à cette même nation. Mais l'histoire a montré deux échecs en quart de finale lors des éditions 2006 et 2008. A chaque fois, une défaite concédée dans les dernières minutes du match. Mais pour Gilles Eyquem qui jouera pour la troisième fois cette sélection, il prône avec sourire l'alternance : "Normalement, c'est notre tour. On s'était mis d'accord avec le coach (sourire). Une fois lui, une fois nous". Étudiée depuis le début de la compétition, pour le sélectionneur, la Corée du Nord "semblerait (...) manquer de puissance devant par rapport à ce que c'était en Papouasie". Aux Françaises de montrer que dans ce domaine, elles ont décidément acquis les exigences du haut niveau.

Coupe du Monde de la FIFA U20 - 2018 - Quart de finale
Jeudi 16 août 2018
COREE DU NORD - FRANCE
Concarneau (Stade Guy Piriou) - Match à guichets fermés (2 232 spectateurs)
Coup d'envoi à 19h30 (en direct sur C8 et Eurosport 1)
Arbitres : Carol Anne Chenard (Canada) assistée de Kathryn Nesbitt (Etats-Unis) et Chantal Boudreau (Canada). 4e arbitre : Melissa Borjas (Honduras)
Arbitre assistante de réserve : Katrin Rafalski (Allemagne).

France (équipe possible) : Chavas ; De Almeida, Piga, Lakrar, Bacha ; Thibaud, Polito ; Laurent, Zamanian, Malard ; Delabre ou Katoto
Blessées : néant
Suspendue : néant
Suspendues en cas de prochain avertissement : Fercocq, Daoudi

Corée du Nord
Suspendue : néant
Suspendues en cas de prochain avertissement : An Kuk Hyang, Ryang Ryong Mi, Kim Pom Ui, Ko Kyong Hui, Ri Pom Hyang

>> L'effectif de la France

Jeudi 16 Août 2018
Sebastien Duret


Dans la même rubrique :