Footofeminin.fr : le football au féminin

Zoom sur Lyon - PSG

Le final de cette rencontre phare de la 10e journée aura connu un dénouement cruel pour l'un et heureux pour l'autre. Lyon est en effet parvenu à égaliser et à se défaire d'un adversaire qui avait jusque là réussi le coup parfait.



Zoom sur Lyon - PSG
Si l’affiche de la 10e journée n’a pas offert toutes ses promesses en terme de jeu, sur le plan tactique, il aura été réussi pour le PSG avant l’ultime minute de jeu. Après avoir ouvert le score par l’intermédiaire de Poulain en fin de première période qui profitait d’un ballon récupéré dans la surface sur un corner, l’égalisation ne survenait qu’à la 93e minute des pieds de Brétigny.

Dans l’enceinte de Gerland qui préparait quelques heures plus tard l’affiche de Ligue OL - Bordeaux, quelque 300 spectateurs s’étaient massés dans les tribunes. Dès l’entame du match, Lyon ne laissait pas de round d’observation à son adversaire et Katia à deux reprises cadrait sa frappe puis sa reprise de la tête sur un centre de Franco (6e, 7e). Le ton était donné, celui des 45 premières minutes étaient ainsi. Lyon allait de l’avant, le PSG maîtrisant au mieux son adversaire en appliquant les consignes tactiques. La première occasion de faire la différence, était pour Thomis, l’une des Lyonnaises les plus en vue. Au départ une action dans le camp lyonnais, un long dégagement vers l’avant Schelin part au duel avec Sapowicz qui la devance, sortie hors de la surface, mais remet le ballon sur Thomis. Quelques pas en avant et une frappe lobée en force qui heurte finalement la barre de la gardienne parisienne, qui aurait pu encaisser là son premier but de la saison (16e).

Poulain avait ouvert le score à la 38e minute
Poulain avait ouvert le score à la 38e minute
Un corner était ensuite capté en deux temps par Sapowicz (27e) avant le coup parfait des Parisiennes. Sur un corner de Bompastor à droite, Renard manquait son dégagement dans l’axe, le ballon parvenait à Ayachi qui trouvait Poulain dont la reprise à 8 m croisée à ras de terre laissait Nilsen impuissante (1-1, 38'). La défense venait alors prêter main forte à son attaque. Un premier corner et une tête de Renard (41e), suivi de deux frappes de Franco (43e) avant un dernier essai de cette même joueuse (45+1e).

Au retour des vestiaires les Parisiennes sont toutes proches du second but. Le corner direct de Bompastor est sauvé in-extremis par la gardienne lyonnaise (50e). Cette seconde période est plus équilibrée et les Rouge et Bleu, bien en place et solides défensivement repoussent tous les assauts de leur adversaire. Les Lyonnaises payaient alors leur vaine débauche d'énergie puisqu'elles se montraient par la suite maladroites et Sapowicz en dehors de deux frappes lointaines de Cruz n’étaient pas mises en difficulté. Farid Benstiti procédait alors à plusieurs changements offensifs : Thomis était remplacée par Herlovsen, Schelin par Brétigny.

Brétigny laisse exploser sa joie
Brétigny laisse exploser sa joie
Un pari finalement payant car arc-boutées en défense, les joueuses du PSG allaient finalement céder dans le temps additionnel. Au départ une récupération de Cruz Trana au milieu de terrain, un ballon glissé dans le couloir gauche pour Herlovsen qui déborde, élimine Sapowicz sortie à sa rencontre et trouve Brétigny aux 6 m qui égalise pour l’OL (1-1, 90+3'). Brétigny et le banc lyonnais explose, les joueuses du PSG sont très déçues, après avoir tenu 90 minutes, elles cèdent dans l’ultime minute de jeu manquant de peu le coup parfait.

C’est finalement le statu quo dans le championnat, le PSG conserve un point d’avance sur son dauphin, Lyon, qui a évité d’accuser quatre points de retard avant la trêve.

Sébastien Duret

La fiche du match

Dimanche 13 décembre 2009 à 15h00
Lyon (Stade de Gerland)
LYON - PSG : 1-1 (0-1)
Temps frais - Terrain bon
Spectateurs : 300
Arbitre : Séverine Zinck assistée de Christophe Agullo et Cyril Couturier.
But pour Lyon : Sandrine Brétigny 90+3'
But pour PSG : Charlotte Poulain 38'

Avertissements : Cruz Traña 56' pour Lyon ; Lepailleur 45' pour PSG
Lyon : 1-Christine Colombo Nilsen ; 2-Corine Petit-Franco, 5-Laura Georges, 3-Wendie Renard, 4-Coralie Ducher ; 6-Simone Gomes Jatobá (cap.), 11-Shirley Cruz Traña ; 7-Elodie Thomis (13-Isabell Lehn Herlovsen 70'), 10-Lara Dickenmann, 8-Lotta Schelin (14-Sandrine Brétigny 82') ; 9-Katia Cilene Teixeira Da Silva (12-Aurélie Kaci 63'). Entr.: Farid Benstiti
Non utilisées : 15-Amélie Rybeck, 16-Véronique Pons
PSG : 1-Bérangère Sapowicz ; 2-Nonna Debonne, 5-Sabrina Delannoy (cap.), 4-Laure Lepailleur, 3-Laure Boulleau ; 7-Jessica Houara (12-Julie Soyer 79'), 11-Elise Bussaglia, 8-Sonia Bompastor, 6-Charlotte Poulain (13-Caroline Pizzala 46') ; 10-Camille Abily ; 9-Zohra Ayachi (16-Candice Prévost 62'). Entr.: Camille Vaz et Karine Noilhan
Non utilisées : 14-Gwenaëlle Pelé, 15-Nora Coton-Pelagie

Zoom sur Lyon - PSG
Réactions en vrac...

Karine Noilhan (co-entraîneur du PSG)
« Avant le match, nous aurions signé pour un résultat nul. Maintenant le déroulé du match, avec cette égalisation qui intervient dans le temps additionnel, nous laisse forcément quelques regrets. Ce partage des points nous permet malgré tout de rester leaders et invaincus. Les filles peuvent être fières de ce qu’elles viennent de réaliser sur la pelouse de Gerland, elles ont respecté à la lettre les consignes, notamment défensives. Lorsque l’on compare les infrastructures des deux clubs, elles peuvent sortir la tête haute de ce match. C’est un réel bonheur d’entraîner cette équipe et les résultats actuels sont le fruit d’un groupe et d’un staff soudés comme jamais. On sent une âme dans ce groupe. Notre objectif reste le même, terminer le plus haut possible. » PSG.FR

Camille Vaz (co-entraîneur du PSG)
« On marque sur notre seule occasion. C'est toujours rageant de se faire rejoindre en fin de partie. C’est un peu comme si on pensait avoir gagné au loto avant de se rendre compte qu’on est 10 000 vainqueurs. L'OL a poussé et quasi dominé sur 90 minutes. On ne peut pas dire que ce score est illogique. »

Farid Benstiti (entraîneur de l'Olympique lyonnais)
« Nous avons été confrontés à une très belle équipe du PSG. Nos deux anciennes Lyonnaises (Bompastor et Abily) n'étaient pas seules. Derrière, nous avons été émoussés, sans avoir pu concrétiser nos occasions. Ce fut aussi une belle leçon d'opportunisme qui nous a permis de comprendre l'importance de l'efficacité. »

Sonia Bompastor (milieu du PSG)
« L'Olympique Lyonnais est resté une grosse équipe, rapide devant, qui a réussi à nous démoraliser avec ce but dans les arrêts de jeu. Le fait de jouer sur la pelouse du stade de Gerland ne nous a pas déstabilisé pour autant. Nous gardons la tête du championnat, c'est l'essentiel.»

Sandrine Bretigny (attaquante lyonnaise)
« Depuis quelque temps, j'étais prise par le doute. D'où mes prestations en demi-teinte. Inscrire un but d'égalisation en fin de temps additionnel peut me redonner confiance. Et donner bien des espoirs. On est toujours collées au PSG. »

Lundi 14 Décembre 2009
Sébastien Duret


1.Posté par Le Tarnec le 14/12/2009 16:26
sans vouloir être méchant je dirais que c'est bien fait pour le PSG de s'être fait mettre un but en jouant la défensive...je ne comprends pas que des coachs soit -disant tacticiens donnent de telles consignes de jeu, c'est petit et transi pour le spectacle...Sonia et Camille doivent ronger leur frein car ce n'est pas du tout la façon de jouer des américaines cf : L-A Sol et Washington Freedom......Ah les latins quels "...froids" !De plus si aux fins de matchs on ne peut rentrer en contact cordial avec les joueuses qu'on connait et apprécie les saluer, ce n'est pas demain la veille qu'il y aura du monde pour voir les filles qui sont bien plus intéressantes que les mecs !Moi je n'y vais plus...

2.Posté par Le Tarnec le 20/12/2009 11:46
bonjour, quand on voit les gradins en arrières plans de vos images ,qui donnent le tournis par le vide de spectateurs ,je serais un dirigeant je me poserais des questions tout de même, sur le contraste de cet état de fait et la qualité du spectacle qu'offrent nos joueuses, qui méritent infiniment mieux que cela...mais tant que lesdits dirigeants adopteront les mêmes techniques que pour les mecs qu'ils se mettront un masque tout noir sur les yeux,en fait qu'ils s'en fouteront, il n'y aura pas d'espoir...il faut toucher les écoles, les familles, laisser les filles aller vers leur public et jeter ces stadiers aux consignes bornées,on n'est pas avec ces voyous de supporters des mecs tout de même...sur le plan marqueting c'est lamentable et révoltant...que les dirigeants français qui ont tout lu tout su tout vu aient l'humilité d'aller prendre des leçons en Allemagne ou aux USA...affligeant.

3.Posté par matzejewski guy le 21/12/2009 03:29
il est dommage que l'on veuille comparer le football feminin au masculin .le feminin restant amateur heureusement d'un certain point car il n'y a pas de problemes de hooligans chez les filles 'venez a un match de foot des fémininies c'est pour moi venir à chaque fois voir un match ou le sport yreste un jeu. effectivement les tribunes sont peut etres vides mais les cerveaux des gens qui viennent voir ce spectacle bien plein de bonne intentions.

4.Posté par matzejewski guy le 21/12/2009 03:30
merci pour votre gazette

5.Posté par Le Tarnec le 21/12/2009 09:43
certes les bonnes intentions sont honorables mais ça ne suffit pas à remplir un stade...de plus, pratiquer un sport pour les femmes, c'est comme à la maison : double charge, travailler le jour et s'entrainer le soir avec autant de sérieux qu'un pro et sans un sou à la clef...en faisant attention à aucune dérive, on pourrait proposer aux filles un salaire décent pour le spectacle qu'elles donnent pris sur les millions immérités de leurs machos de collègues ; ils ne s'en apercevraient même pas...
lors du France Finlande à Gerland le public sympa était tout trouvé ; les stadiers aux consignes idiotes ont tout gâché après match...je n'ai même pas pu saluer une joueuse que je connais...je ne vais plus aux matchs avec cet état d'esprit sans respect pour le spectateur.


Dans la même rubrique :