Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe de France Féminine - Une décision attendue au COMEX ce jeudi ?

La Coupe de France masculine a été la première compétition amateur à reprendre après que le protocole de reprise proposé par la FFF ait obtenu l'approbation du Ministère.



photo FFF
photo FFF
Depuis cette reprise, 215 matchs ont été disputés sur les 220 matchs prévus, les cinq autres ayant fait l'objet de forfaits. L'annonce de la reprise à dix jours des premiers matchs joués les 30 et 31 janvier, les contraintes d'entraînement liées au couvre-feu à 18h00 dans un contexte sanitaire toujours compliqué avait entraîné leur renoncement de certains clubs pendant que d'autres malgré une préparation réduite se sont finalement engagés.

Ce mercredi soir, elles ne sont plus que 32 encore en lice pour disputer le week-end prochain la voie amateur de la Coupe de France et ainsi rejoindre les 15 équipes de L1 et L2 et une équipe d'Outre-Mer déjà qualifiées sur 251 équipes au départ.

Les conclusions de cette reprise expérimentale permettront au COMEX de la FFF de prendre des décisions sur l'avenir des autres compétitions et donc la Coupe de France féminine.

Depuis cette reprise de la Coupe de France masculine, plusieurs dirigeants de clubs, entraîneurs et joueuses se sont étonnés que son homologue féminine ne soit pas traitée de la même manière. Fort de l'expérience de la reprise masculine qui a permis de passer les différents tours, le COMEX de la FFF réuni ce jeudi 18 février devrait se prononcer sur la Coupe de France féminine.

Une décision du COMEX ce jeudi ?

112 clubs doivent participer au dernier tour régional avant l'entrée en lice des 24 équipes de D2. Ce sont donc 136 équipes qui pourraient retrouver le chemin des terrains dans les prochaines semaines en cas de décision favorable. Une reprise qui ne pourra se faire qu'avec la mise en place d'un protocole sanitaire strict à l'instar de celui employé chez les hommes. Tests COVID-19, présence d'un médecin le jour du match, huis clos sont autant de points qui ont permis l'aval ministériel. La circulation du virus toujours présente, et le souhait de limiter le brassage des populations nécessitent un suivi médical pour avoir l'aval gouvernemental. Autre aspect à gérer pour les clubs régionaux ou départementaux, les installations sportives utilisées habituellement ne permettent pas toutes d'assurer un huis clos en raison de leur configuration.

Si les clubs de D2 s'entraînent plusieurs fois par semaine dans l'attente d'une reprise du championnat, une majorité des clubs de R1 fréquentent aussi les terrains une ou deux fois par semaine en général le samedi ou le dimanche.

Un calendrier à organiser

Pour parvenir à rejoindre les 6 équipes de D1 déjà qualifiées pour les huitièmes de finale, quatre tours seront nécessaires pour l'autre voie de la Coupe de France féminine soit un mois de compétition. Il faudrait ensuite trouver des dates disponibles. Hors semaine, au regard du calendrier actuel de la D1, les dates disponibles sont rares. La date du 20 mars disponible apparait trop tôt pour connaître tous les qualifiés des huitièmes de finale alors qu'aucune journée de D1 n'est actuellement prévue.

Il faudra trouver dans le calendrier quatre dates jusqu'à la finale pour terminer ensuite la compétition. Le 10 avril est une date FIFA qui poserait des problèmes notamment pour les équipes de D1 et D2, pendant que le 24 avril et le 1er mai sont utilisés pour les demi-finales de la Ligue des Champions mobilisera tout au plus deux équipes françaises (OL, PSG). Le 15 mai est la date la finale de la Ligue des Champions. Le 29 mai est pleinement disponible, tout comme pourrait l'être le 13 juin.

Et les championnats ?

Organiser la fin des championnats va devenir de plus en plus insurmontable au regard du calendrier. La tendance actuelle ne permet pas d'entrevoir une reprise de toutes les compétitions amateurs. Si le football l'obtenait, les autres sports collectifs seraient aussi en droit d'en faire la demande. Mais est-ce possible alors que de nombreux secteurs sont toujours fermés et que la fin du couvre-feu n'est pas précisée, et que certains départements particulièrement touchés par le variant anglais. Le COMEX de la FFF devrait se prononcer sur les championnats ce jeudi 18 février alors que l'attente et la démotivation est de plus importante.

Une possible reprise de la D2 féminine
C'est un scénario qui paraît de plus en plus envisageable. Avec le championnat de D1 Arkema qui suit son cours et où deux relégués sont prévus en fin de saison, des clubs de D2 prêts à reprendre, l'éventualité de reprendre doit rapidement être prise afin de pouvoir dans un premier temps finir les matchs aller. Un scénario aussi envisageable pour le National 2 masculin. Il adviendra aussi de s'interroger sur l'issue à donner aux accessions et relégations, ou la neutralisation de la saison dans les divisions inférieures ?

Mercredi 17 Février 2021


1.Posté par Jésus le 18/02/2021 11:11 (depuis mobile)
Plutôt que se poser un casse tête pour la coupe de France féminine, pourquoi ne pas terminer en priorité le championnat, du moins les matchs aller pour statuer sur les descentes et les montées, ont va peut être autoriser la coupe de France et pas le

2.Posté par Sebastien Duret le 18/02/2021 11:21
Bonjour

Pour faire suite à votre message, il sera "possible" d'avoir un accord du Ministère pour faire reprendre quelques équipes mais ce sera impossible de l'avoir pour plusieurs centaines voire milliers
C'est aujourd'hui un point qui bloque pour toutes les championnats car cela représente plus d'un million de joueurs et joueuses

3.Posté par Franck le 19/02/2021 12:16 (depuis mobile)
Comment pouvons-nous nous mobiliser pour que la coupe de France reparte pour les filles ?
La FFF et le ministère des sports ont permis aux garçons amateurs de jouer et les filles ne pourraient pas ?
Ce serait la honte...inadmissible


Dans la même rubrique :