Footofeminin.fr : le football au féminin

Bleues - La FINLANDE peine à exister sur la scène internationale

Neuf ans après une dernière phase finale de compétition, la Finlande sera présente l'été prochain en Angleterre. Mais la nation scandinave est bien loin derrière ses voisines norvégienne, suédoise et danoise.



En bientôt 40 ans, la sélection nationale finlandaise n'est jamais parvenue à se hisser en phase finale d'une Coupe du Monde. En 2019, Espagne et Autriche l'avait devancé en qualifications. Quatre ans plus tôt, les Finlandaises étaient dans le groupe des Bleues et de l'Autriche. En 2011, c'est l'Italie qui l'avait devancée.

Sur la scène européenne, le bilan est de trois phases finales disputées et une quatrième à venir. En 2009, la Finlande avait été qualifiée d'office en tant que pays hôte mais son parcours s'était arrêté en quart de finale face à l'Angleterre (2-3). Un Euro qui marquera la fin de carrière internationale de plusieurs joueuses comme Anne Mäkinen, Sanna Valkonen et Jessica Julin. Deux ans plus tard, en 2011, Laura Kalmari et Anna-Kaisa Rantanen raccrochaient à leur tour leurs crampons soit cinq des dix joueuses les plus capées de la sélection finlandaise.

Sällström, meilleure buteuse de la sélection nationale

La Suédoise Anna Signeul entame sa cinquième année à la tête de la sélection (photo DR)
La Suédoise Anna Signeul entame sa cinquième année à la tête de la sélection (photo DR)
Aujourd'hui, les fers de lance de la sélection sont la défenseure de 32 ans, Anna Westerlund, l'une des rares à évoluer en championnat finlandais et aussi la plus capée (137 sélections) et l'ancienne joueuse du Paris FC, Linda Sällström qui compte à 33 ans, 113 sélections et est devenue la meilleure buteuse de la sélection avec 50 buts.

La Finlande sera en Angleterre et son parcours en qualification a été presque parfait. Sept victoires et un seul nul concédé face au Portugal (1-1). Avec 10 des 24 buts inscrits en qualification, Linda Sällström a remis sa sélection sur de bons rails. Car après l'échec de la qualification à l'Euro 2017, la fédération a mis un terme au sélection Andrée Jeglertz pour nommer Anna Signeul. La Suédoise qui a été durant 12 années à la tête de la sélection écossaise est en poste depuis 2017 avec 37 matchs à son actif.

Elle peut suivre une très grande partie de son effectif qui évolue en Suède. Car le championnat finlandais est bien faible pour élever le niveau des joueuses. Naturellement, les internationales se tournent vers le championnat voisin et quatorze joueuses de la liste du Tournoi de France y évoluent. Espagne, Angleterre ou encore Italie sont les destinations des joueuses les plus expérimentées du groupe.

En quête d'une première participation à la Coupe du Monde

Alors qu'à l'Euro, elles ont hérité de l'Espagne, Danemark et Allemagne, la Finlande va essayer d'accrocher les barrages pour les qualifications à la Coupe du Monde 2023. Dans son groupe, derrière la Suède qui semble intouchable avec 5 victoires en 5 matchs, la Finlande va batailler avec l'Irlande (6 points contre 7 points à mi-parcours). Deux matchs en avril seront importants pour glaner des points contre la Slovaquie et la Géorgie surtout depuis la défaite à domicile devant l'Irlande (1-2). Le match retour en Irlande, le 1er septembre sera décisif.

Habituées depuis une dizaine de saisons à préparer leur saison par la Cyprus Cup, la Finlande sera cette année au Tournoi de France. L'occasion d'engranger de l'expérience.

La liste

Gardiennes
12-Milla-Maj Majasaari (AIK/SUE) (22 ans, 0/0)
23-Tinja-Riikka Korpela (Tottenham Hotspur FC/ANG) (35 ans, 102/0)
1-Paula Myllyoja (RCD Espanyol/ESP) (37 ans, 5/0)

Défenseures
2-Elli Pikkujämsä (KIF Örebro/SUE) (22 ans, 10/0)
3-Tuija Hyyrynen (Juventus FC/ITA) (33 ans, 115/2)
16-Anna Westerlund (Åland United) (32 ans, 137/4)
15-Natalia Kuikka (Portland Thorns/USA) (26 ans, 63/3)
5-Emma Koivisto (Brighton and Hove Albion/ANG) (27 ans, 68/3)
6-Anna Auvinen (UC Sampdoria/ITA) (34 ans, 17/0)
21-Eva Nyström (Hammarby IF/SUE) (22 ans, 0/0)

Milieux
11-Nora Heroum (SS Lazio/ITA) (27 ans, 80/1)
20-Eveliina Summanen (Tottenham Hotspur FC/ANG) (23 ans, 34/5)
4-Ria Öling (FC Rosengård/SUE) (27 ans, 52/9)
7-Adelina Engman (Hammarby IF/SUE) (27 ans, 77/10)
8-Olga Ahtinen (Linköpings FC/SUE) (24 ans, 36/3)
10-Emmi Alanen (Kristianstads DFF/SUE) (30 ans, 90/20)
19-Iina Salmi (Valencia CF/ESP) (27 ans, 13/1)

Attaquantes
9-Juliette Kemppi (IFK Kalmar/SUE) (27 ans, 59/5)
18-Linda Sällström (Vittsjö GIK/SUE) (33 ans, 113/50)
17-Sanni Franssi (Real Sociedad/ESP) (26 ans, 52/3)
22-Jutta Rantala (Vittsjö GIK/SUE) (22 ans, 4/1)
13-Jenny Danielsson (AIK/SUE) (27 ans, 30/6)
Vilma Koivisto (Umeå IK/SUE) (19 ans, 1/0)
Heidi Kollanen (KIF Örebro/SUE) (24 ans, 13/2)
Amanda Rantanen (KIF Örebro/SUE) (23 ans, 7/1)

Staff
Anna Signeul, sélectionneure (60 ans/37 matchs, 18 victoires, 9 nuls, 10 défaites)
Ann-Helén Grahm, adjointe
Rosa Lappi-Seppälä, adjointe
Kristoffer Weckström, adjoint
Tommi Laitila, entraîneur des gardiennes

Mardi 15 Février 2022
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :