Footofeminin.fr : le football au féminin

CAN 2014 - Une histoire de primes fait jaser au CAMEROUN

La cérémonie organisée par le ministère des Sports du Cameroun au palais des sports n’a pas eu lieu ce mardi. Les Lionnes ayant refusé de bouger de l’hôtel Mont Fébé sans avoir reçu leurs primes.



CAN 2014 - Une histoire de primes fait jaser au CAMEROUN
La tension est forte entre les Lionnes indomptables, finalistes de la dernière CAN et qualifiées pour la Coupe du Monde 2015, et le gouvernement. Les Lionnes ont en effet boycotté un événement où étaient attendus cinq ministres ce mardi matin. Le Palais polyvalent des sports de Yaoundé était déjà à la fête pour recevoir les joueuses après une brillante prestation à la CAN en Namibie 2014 (vice-championnes et qualifiées pour la premier fois de leur histoire à une phase finale de Coupe du monde).
Mais, alors que les premiers attendaient, la salle de réception a tout d’un coup perdu de son embellissement. Toutes les installations ont été remballées et les portes refermées. Pour quelles raisons ? «Les joueuses refusent de quitter l’hôtel si on ne leur verse pas toutes les primes qu’elles doivent normalement percevoir » a renseigné un membre de la délégation officielle revenu de Windhoek. Une source interne de la sélection indique "On ne nous a même pas communiqué l’heure de la cérémonie et on n’a pas non plus envoyé un véhicule pour transporter les joueuses. Comment allaient-elles procéder ? Aller à pied ?"
Mais le problème est tout autre. « Hier soir (ndlr : lundi, le gouvernement est venu à l’hôtel avec les primes de performance des matches de la CAN. Il était question de verser cinq millions de FCFA (environ 7 600 Euros) à chaque joueuse. Elles ont réclamé aussi les primes de qualification pour la Coupe du Monde. Elles ont décidé de boycotter la cérémonie de ce matin, » précise les médias locaux.

Les Lionnes restent à leur hôtel

Les pouvoirs publics démentent cette version des faits. Ils reconnaissent un contre-temps et que l’événement a simplement été décalé. Joueuses, gouvernement et Fédération (Fécafoot) se renvoient la balle.
"Quand un seul élément de tout ce beau monde n’est pas encore prêt, vous comprenez que le déroulement de l’événement accuse un petit retard" a expliqué Alphonse Ateba Ndoumou, responsable de la communication au Ministère des sports et de l’éducation physique. "La question des primes relève d’un simple malentendu. L’argent est là, mais, ça traîne au niveau de la procédure. Mais, il n’y a pas de doute que les joueuses auront tout ce qui est prévu pour elles" indique Alphonse Ateba Ndoumou. Pour l’instant, les Lionnes et leur encadrement ainsi que les officiels attendent donc la nouvelle cérémonie...
A la mi-journée, ce mardi, la capitaine Christine Manie et ses deux vices-capaitines, Gabrielle Aboudji Onguené et Augustine Edjangue Siliki, en compagnie d’un émissaire du gouvernement ont pris la direction des services du premier ministre, d’où elles sont revenues à l’hôtel une heure plus tard, a-t-on appris. Mais, rien ne filtre de cette histoire rocambolesque que leurs homologues masculins ont eu aussi le droit de faire l'été dernier. Les joueuses ont ensuite échangé avec leur sélectionneur Carl Enow Ngachu mais la situation ne semble pas décantée puisque toutes les joueuses ont regagné leur chambre et ne comptent pas quitter l’établissement hôtelier si « (leur) problème n’est pas résolu », indique un média local ce mardi soir.

Mercredi 29 Octobre 2014
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :