Footofeminin.fr : le football au féminin

Christine SINCLAIR (CANADA) suspendue quatre matches

La joueuse vedette de l'équipe canadienne Christine Sinclair s'est vue imposer une suspension de quatre matchs, vendredi dernier, pour ce qu'elle a fait après une dramatique défaite subie aux mains des États-Unis en demi-finale du tournoi olympique des Jeux de Londres.



(photo DR)
(photo DR)
La décision du comité de discipline de la FIFA a été communiquée par l'Association canadienne de soccer, qui a indiqué que la sanction a été imposée pour avoir «affiché un comportement antisportif à l'endroit des officiels de match». Sinclair devra aussi payer une amende dont le montant n'a pas été dévoilé. Certaines sources évoquent un montant de 3500$.

La capitaine de la sélection canadienne a marqué trois buts dans le match qui a donné lieu à plusieurs séquences controversées. Les futures championnes olympiques, qui n'ont jamais eu l'avance pendant la rencontre, ont marqué le but vainqueur en prolongation, tandis que les Canadiennes ont ensuite dû se contenter du bronze.

En demi-finale, l'arbitre norvégienne Christiana Pedersen a notamment accordé un coup franc douteux en pénalisant la gardienne canadienne Erin McLeod parce qu'elle a conservé le ballon pendant une période plus longue que les six secondes réglementaires. C'est là une faute qu'on impose très rarement dans le football de haut niveau. Le coup franc tiré par les Américaines a mené à un penalty appelé pour une faute de main commise par Marie-Ève Nault. Le penalty a été converti par Abby Wambach à la 80e minute de jeu et a provoqué l'égalité, forçant la tenue de la prolongation.

Après la rencontre, Sinclair a été cinglante dans ses commentaires. «Nous avons le sentiment de ne pas avoir perdu ce match, nous avons le sentiment qu'il nous a été enlevé, a alors déclaré Sinclair. C'est dommage que lors d'un match comme celui-là, qui était si important, l'arbitre ait décidé quel allait être le résultat avant que ça commence.» L'Association canadienne de soccer a demandé à connaître les raisons motivant le jugement et ne fera pas de commentaire avant de recevoir celles-ci.

Mercredi 17 Octobre 2012
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :