Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe de France (Finale) - LYON s'offre la Coupe au bout du suspense

C'est la fatidique séance de tirs au but qui a finalement souri aux Lyonnaises. Les Parisiennes accrocheuses sont battues après avoir ouvert le score. L'OL remporte sa sixième Coupe de France consécutive.



Cristiane avait ouvert le score (photo Ligue Bretagne)
Cristiane avait ouvert le score (photo Ligue Bretagne)
Six jours après une large victoire lyonnaise au Parc OL (3-0), les deux futurs finalistes européens se retrouvaient pour un nouveau duel avec un titre à la clé au bout de 90 minutes. Dans un stade de la Rabine comble, les deux entraîneurs avaient fait des choix tactiques majeurs. Prêcheur proposait un 4-3-3 où Marozsan se retrouvait dans un poste plus défensif qu'à son habitude, Patrice Lair proposait une charnière centrale à trois, complétée par le travail des latérales Périsset et Lawrence.

La tactique parisienne fonctionnait à merveille, et l'OL se fait prendre au piège. Un corner d'Abily renvoyé au premier poteau par Périsset et un contre parisien assassin. Cristiane débordait dans le couloir droit, avec Majri venue défendre mais qui allait être prise de vitesse. D'un crochet à l'entrée de la surface, elle enroulait une frappe du gauche qui allait se loger dans la lucarne de Gérard impuissante et spectatrice (0-1, 7'). Le premier tir cadré de la rencontre était concluant.

Le bijou de Cristiane


Duel de vitesse des n°12

La rencontre lancée, l'OL n'arrivait pas à venir inquiéter Kiedrzynek, la gardienne parisienne vigilante sur une action où Abily trouvait Majri dont le centre était capté au sol (16e). Le PSG, devant au tableau d'affichage, procédait par contre et chacune de ses actions était dangereuse, utilisant allégrement la vitesse de Lawrence et celle de Cristiane. Thomis se voyait défenseure sur la latérale canadienne du PSG pour la contenir.

La tension dans la rencontre allait monter à la 24e minute après un tacle sur Geyoro. Hegerberg et Cristiane se retrouvaient en tête à tête (24e). Deux minutes plus tard, Abily réclamait une main de Paredes. L'entraîneur parisien de son banc de touche regardait déjà sa montre (29e). Trois minutes plus tard, il se levait pour un penalty sifflé à l'encontre de son équipe. Un téléscopage entre Cruz et Le Sommer, dont il était difficile d'apprécier la fautive mais qui donnait en tout cas une occasion idéale de revenir à la marque. Kumagai l'exécutait du droit avec un brin de réussite puisque Kiedrzynek le touchait en choisissant le bon côté (1-1, 34').

Lyon n'était pas plus serein malgré cette égalisation. Les coups francs parisiens même lointains posaient problème à la défense lyonnaise qui n'arrivait pas à de se dégager correctement.

Kumagai égalise sur penalty


Après la pause, Prêcheur décidait de permuter Marozsan et Abily. Plus offensive, l'Allemande se retrouvait au duel avec Cruz. Elle arrivait à lancer Thomis à droite qui adressait un bon centre pour Hegerberg dont la reprise du droit était repoussée magnifiquement du pied par Kiedrzynek (55e). Lyon prenait le jeu à son compte au cours de la seconde période, Thomis plaçait une frappe du gauche juste au dessus (61e) puis Majri obtenait un corner qui n'allait rien donner (67e). Les Lyonnaises n'étaient d'ailleurs pas les plus habiles dans cet exercice ce vendredi soir.

Kumagai manque le premier tir au but décisif

Les Parisiennes obtenaient leurs premiers corners du match coup sur coup (73e, 77e) signes d'un regain de forme exprimé notamment avec l'entrée de deux joueuses : Sarr et Diallo. La défense lyonnaise était déséquilibrée sur un jeu en triangle avec Sarr qui s'infiltrait et Mbock arrivait difficilement à écarter le danger (79e). Les Lyonnaises baissaient de rythme mais Prêcheur persistait à garder son onze de départ. Le ballon ne tournait pas rond pour les Lyonnaises comme sur les deux opportunités (85e, 86e). Les tirs au but allaient cependant leur sourire. Si Kumagai avait la balle de la victoire après l'échec de Paredes, mais manquait pour la première fois sa tentative avec l'OL, Hegerberg n'allait pas trembler en transformait la huitième tentative lyonnaise (7-6). La dernière manche à Cardiff le 1er juin s'annonce explosive.

>> ET AUSSI MELINE GERARD
>> LES REACTIONS EN ZONE MIXTE
>> LA REACTION DE GERARD PRÊCHEUR
>> LA REACTION DE PATRICE LAIR


Coupe de France féminine - Finale
Vendredi 19 mai 2017 - 21h00
OLYMPIQUE LYONNAIS - PARIS SAINT-GERMAIN : 1-1 (1-1) (tab 7-6)
Vannes (Stade de la Rabine)
Temps frais - Terrain en bon état
Spectateurs : 6 616
Arbitres : Solen Dallongeville assistée d'Elodie Coppola et Anaëlle Loidon. 4e arbitre : Céline Bagrowski
But pour Lyon : Saki KUMAGAI 34' s.p.
But pour le PSG : CRISTIANE Rozeira de Souza 7'

Avertissements : Mbock 74' pour Lyon ; Périsset 86', Kiedrzynek 90+1' pour le PSG

Tirs au but : Delannoy (0-1), Majri (1-1), Delie (1-2), Le Sommer (2-2), Périsset (2-3), Renard (3-3), Formiga (3-4), Mbock (4-4), Paredes (au dessus), Kumagai (poteau), Boquete (4-5), Marozsan (5-5), Diallo (5-6), Abily (6-6), Sarr (arrêté), Hegerberg (7-6)

Lyon : 30-Méline Gérard ; 29-Griedge Mbock Bathy Nka, 3-Wendie Renard (cap.), 21-Kadeisha Buchanan, 7-Amel Majri ; 5-Saki Kumagai, 10-Dzsenifer Marozsan ; 23-Camille Abily ; 12-Elodie Thomis, 14-Ada Hegerberg, 9-Eugénie Le Sommer. Entr.: Gérard Prêcheur
Non utilisées : 16-Sarah Bouhaddi, 8-Jessica Houara d'Hommeaux, 17-Corine Petit, 18-Claire Lavogez, 24-Mylaine Tarrieu, 26-Josephine Henning, 27-Caroline Seger
PSG : 1-Katarzyna Kiedrzynek ; 5-Sabrina Delannoy, 4-Laura Georges, 14-Irene Paredes Hernandez ; 17-Eve Périsset, 26-Onema Grace Geyoro (7-Aminata Diallo 72'), 24-Formiga Maciel Mota Miraildes, 28-Shirley Cruz Trana (21-Veronica Boquete Giadans 82'), 12-Ashley Lawrence ; 18-Marie-Laure Delie, 10-Cristiane Rozeira de Souza (27-Ouleymata Sarr 68'). Entr.: Patrice Lair
Non utilisées : 16-Loes Geurts, 3-Laure Boulleau, 15-Natasa Andonova, 20-Perle Morroni


Paris-Saint-Germain (photo PSG)
Paris-Saint-Germain (photo PSG)

Olympique Lyonnais (photo Ligue Bretagne)
Olympique Lyonnais (photo Ligue Bretagne)


Samedi 20 Mai 2017
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :