Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde 2019 - Le NIGERIA peut-il surprendre l'ALLEMAGNE ?

L'Allemagne, double championne du monde, va ouvrir le bal des huitièmes de finale face au Nigeria, le dernier des qualifiés au titre des meilleurs troisièmes. Une opposition a priori déséquilibrée, qui ne devrait pas offrir de surprise.



L'ALLEMAGNE

Le parcours
Placée dans un groupe relevé, l'Allemagne a remporté ses trois rencontres sans encaisser de but. A l'exception de son match contre l'Afrique du Sud, elle n'a certes pas ébloui, mais ce n'est pas son style de toute façon. La Chine et l'Espagne ont été battues sur le plus petit des scores, l'Afrique du Sud plus nettement. L'absence de Dzsenifer Marozsan ne lui a pas été préjudiciable, et il n'est pas exclu qu'elle revienne dès les huitièmes, même si elle débutera probablement la rencontre au mieux sur le banc.

Ses résultats :
1-0 contre la Chine, but de Giulia Gwinn
1-0 contre l'Espagne, but de Sara Däbritz
4-0 contre l'Afrique du Sud, buts de Melanie Leupolz, Sara Däbritz, Alex Popp, Lina Magull

LE NIGERIA

Le parcours
Le Nigeria n'est pas passé loin de l'élimination, et a accueilli avec une grande joie le coup de sifflet signalant la fin du match entre le Chili et la Thaïlande. Car si sa courte défaite face à la France lui avait permis de rester dans la course à la qualification, l'équipe avait perdu deux de ses trois rencontres de poule et avait une différence de but négative. Après un début de compétition manqué face à la Norvège, le Nigeria a montré un autre visage -notamment défensif- pour battre la Corée du Sud (punie en contre-attaque) et ne s'incliner qu'en fin de match face à la France. Elle tentera désormais de créer la surprise...

Ses résultats :
0-3 contre la Norvège
2-0 contre la Corée du Sud, buts de Kim Doyeon csc, Asisat Oshoala
0-1 contre la France

L'Allemagne, objectif grand huit

photo FIFA.Com
photo FIFA.Com
La Mannschaft est une habituée des derniers tours de la compétition, et cette année devrait lui permettre d'atteindre encore au moins les quarts de finale. Face à la Chine et à l'Espagne, ses deux principaux concurrents du premier tour, elle s'est reposée avant tout sur sa solidité globale pour s'imposer. Si la défense peut plier, elle n'a pas encore rompu. Son attaque n'a pas été magnifique, mais elle marqué les buts nécessaires à la qualification.

Martina Voss-Tecklenburg, qui n'a pas hésité à faire appel à des jeunes talents, leur a également fait confiance. Giulia Gwinn fait partie des joueuses qui ont disputé toutes les minutes de la compétition jusqu'ici, qui a parcouru le plus de terrain (plus de onze kilomètres par match en moyenne, parmi les plus hauts totaux de la première phase), et elle compte à son actif le but de la victoire face à la Chine ainsi qu'une passe décisive, le tout en jouant à différents postes. Lena Oberdorf et Klara Bühl ont également montré de belles choses, et ont été titularisées.

Mais en l'absence de Dzsenifer Marozsan, et si l'Allemagne joue avant tout en équipe -ce n'est pas une coïncidence si c'est l'équipe qui court le plus avec une moyenne supérieure à 109 kilomètres par match-, une joueuse en particulier a sorti son épingle du jeu, Sara Däbritz, deux buts à son actif, mais surtout une présence de tous les instants, aussi bien offensivement que défensivement.

Voss-Tecklenburg n'a pas hésité à faire tourner son effectif même si cinq joueuses de champ n'ont pas quitté le terrain (Gwinn, Däbritz, Alex Popp, Sara Doorsoun et Marina Hegering). En trois rencontres, l'Allemagne n'a pas encaissé de but malgré une défense mouvante aux côtés d'un duo pour l'instant inamovible Sara Doorsoun/Marina Hegering. En attaque, Svenja Huth a épaulé Däbrtiz et Popp, alors qu'au milieu du terrain, les combinaisons de joueuses ont été plus nombreuses, en attendant le retour de Marozsan.

Le Nigeria, objectif surprise

Chikwelu, à gauche, est suspendue pour ce huitième de finale (photo Frédérique Grando/FOF)
Chikwelu, à gauche, est suspendue pour ce huitième de finale (photo Frédérique Grando/FOF)
Les Super Falcons, qui n'avaient plus disputé la phase à élimination directe depuis 1999, ont cette fois réussi à sortir de leur groupe et n'ont plus rien à perdre. A l'exception d'une première période complètement ratée face à la Norvège pour son entrée dans la compétition, une performance qui lui a plombé son début de compétition et mis en péril sa qualification, le Nigeria s'est montré plutôt solide, et n'a encaissé qu'un but lors du reste de la première phase, sur penalty, un fait à ne pas sous-estimer.

Les remplacements de Faith Michael (blessée) et Tochukwu Oluehi (32 ans toutes les deux) par Chiamaka Nnadozie et Chiuma Okeke (18 ans toutes les deux) en défense a permis au Nigeria de montrer un autre visage tout autant qu'annoncer une nouvelle ère à venir pour l'équipe qui s'appuie sur plusieurs joueuses cadres, en défense centrale avec Osinachi Ohale et Onome Ebi avec Ngozi Ebere côté gauche, et au milieu du terrain avec Ngozi Okobe et Rita Chikwelu. Le trio d'attaque est lui aussi inamovible avec Desire Oparanozie, Asisat Oshoala et Francisca Ordega, trois joueuses dangereuses pour les défenses adverses malgré une réussite limitée jusqu'ici.

En plus de sa solidité défensive et de sa capacité à faire le dos rond, le Nigeria a montré contre la Corée du Sud notamment qu'il pouvait être une menace en contre-attaque, ce qui pourrait mettre à contribution une défense allemande qui n'est pas forcément très rapide, et qui malgré zéro but concédé, n'a pas toujours été des plus rassurantes. En quart de finale, les Super Falcons seront privées de leur latérale gauche titulaire, Ngozi Ebere, expulsée contre la France, et de Rita Chikwelu, qui a reçu deux cartons jaunes contre la Corée du Sud et la France.

L'avis

L'Allemagne partira grande favorite de cette confrontation face à une équipe nigériane revenue de loin et qui aura des arguments pour faire plier la Mannschaft si ses attaquantes montrent un peu plus d'adresse dans la zone de vérité. Sa défense, qui a été solide une fois la première période face à la Norvège passée, aest cependant vulnérable sur les coups de pieds arrêtés, un point fort de l'Allemagne, et sera en plus privée de deux joueuses-clés pour ce match.

Samedi 22 juin à 17h30

ALLEMAGNE - NIGERIA

Stade
Le huitième de finale se déroulera au stade des Alpes de Grenoble. Ce sera le cinquième et dernier match dans le stade isérois qui avait déjà accueilli le Nigeria face à la Corée du Sud (2-0).

Précédents
Deux matchs, deux victoires allemandes, 5 buts pour l'Allemagne, 0 pour le Nigeria

0
L'Allemagne n'a jamais été éliminée de la compétition avant les quarts de finale.

Arbitres
Yoshimi Yamashita (Japon) assistée de Naomi Teshirogi (Japon) et Makoto Bozono (Japon)

Allemagne
XI probable : Schult ; Gwinn, Doorsoun, Hegering, Simon ; Huth, Leupolz, Magull, Däbritz ; Popp, Bühl

Nigeria
XI probable : Nnadozie ; Okeke, Ebi, Ohale, Nwabuoku ; Ayinde, Okobi, Kanu ; Ordega, Oparanozie, Oshoala

Samedi 22 Juin 2019
Charlotte Vincelot

Dans la même rubrique :