Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - ANGLETERRE - SUEDE : Des adieux, des absentes et encore un peu d’enjeu

Quatrième confrontation de l’histoire entre deux nations européennes lors du match pour la troisième place en coupe du monde. Sur le podium en 2015, l’Angleterre veut conserver sa place sur le podium, mais la Suède, marquée par son échec, espère faire aussi bien qu’en 2011.



Linda Sembrant (photo Frédérique Grando/FOF)
Linda Sembrant (photo Frédérique Grando/FOF)
Après la déception, trouver les forces et l’envie nécessaire pour quitter la compétition sur une note plus joyeuse. Telle est la mission qui attend ce samedi à Nice l’Angleterre et la Suède, les deux déçus des demi-finales, respectivement mardi face aux Etats-Unis et mercredi face aux Pays-Bas. Et à chaque fois, les désormais prétendants à la 3e place de ce Mondial sont passés tout près, et ils ont laissé beaucoup d’énergie dans la bataille.

Asllani incertaine côté suédois, Bright suspendue

Mais dans ce domaine, c’est peut-être les Blagult qui ont le plus perdu. Premièrement, contrairement aux Lionesses, qui se sont faites sortir en 90 minutes, la Suède, qui a joué 24 heures plus tard que son adversaire, a également dû disputer une prolongation harassante (qui est d’ailleurs allée jusqu’à la 127e minute). Pour le sélectionneur suédois, la récupération était une priorité : "Nous allons voir l’état de forme des joueuses qui ont joué 120 minutes. Il faudra donc planifier et voir combien de joueuses seront aptes" déclarait ce dernier dès mercredi soir. La Suède a aussi perdu Kosovare Asllani dans la bataille. Pour de bon ? Sonnée après avoir reçu un ballon dans la joue gauche, l’ancienne Parisienne était sortie sur civière, laissant beaucoup d’inquiétudes à ses partenaires.

La Suédoise est finalement sortie le soir même de l’hôpital, et un médecin de la fédération s’est voulu rassurant : « Le diagnostic préliminaire ne montre pas signe de blessure grave ». Asllani a participé aux dernières séances d’entraînement de son équipe, mais vendredi, son coach n’a pas souhaité précisé si elle serait disponible. Ce serait une grosse perte pour les Nordiques, qui récupèreront tout de même à gauche de l’attaque Fridolina Rolfö, suspendue en demie. La maîtresse à jouer de l’équipe de Peter Gerhardsson reste quand même l’un des éléments clés de ce dispositif, et si Blackstenius et Jakobsson brillent autant dans ce mondial, c’est aussi grâce à sa qualité de passe et sa vista.

« On veut se faire justice »

La capitaine Steph Houghton qui a manqué un penalty face aux USA (photo Eric Baledent/FOF)
La capitaine Steph Houghton qui a manqué un penalty face aux USA (photo Eric Baledent/FOF)
Alors que la Suède domine largement l’historique des confrontations directe (14 victoires à 3, 8 nuls), cette première confrontation entre les deux nations en coupe du monde risque de s’avérer beaucoup plus difficile pour elle. Même si la sélection suédoise n’a jamais échoué lors de ce match pour une place sur le podium, comme les Françaises le savent bien (après avoir battu l’Allemagne 4-0 en 1991, les Suédoises ont remporté leur 2e match pour la 3e place face aux tricolore en 2011, 2-1).

L’absence de Milie Bright, expulsée face aux Etats-Unis, et les forces laissées par les Anglaises lors de leur duel dantesque avec les Etats-Unis leur permettront-elles d’honorer le dicton « jamais 2 sans 3 » ? A 36 ans, la recordwoman de capes suédoise (136) Hedvig Lindahl veut croire que oui : « Quoiqu’il arrive les gens sont fiers de nous, mais on veut se faire justice et gagner la médaille de bronze ». Surtout pour son dernier match en coupe du monde, pour sa 5e participation.

« Elles ne me décevront pas »

Côté anglais, l’autre titulaire habituelle en charnière centrale, Steph Houghton, a eu beau rater le penalty de l’égalisation mardi, elle aura surtout à cœur de se rattraper à l’Allianz Riviera. Phil Neville devrait revenir à son 4-3-3, pour tenter de déstabiliser l’excellent bloc suédois. Et offrir une dernière cape à Karen Carney, qui prendra sa retraite internationale à l’issue de ce tournoi ? « Je pense qu'on aura besoin de 24 à 48h pour se remettre de cette déception. (…) Samedi, je veux voir l'attitude, la concentration de mes joueuses et je suis sûr qu'elles ne me décevront pas comme toujours », disait l’ancien Mancunien après la demie. Son groupe reste lui aussi sur une belle expérience dans ce match pour le bronze, qu’il avait remporté il y a 4 ans (1-0, a.p.) face à l’Allemagne.

Toutes ces données promettent une belle opposition, avec une équipe qui aime avoir le ballon et attaquer, et une qui s’appuie sur la verticalité, sa vitesse en contre et sa solidité défensive. Surtout que, pour certaines, la soirée pourrait être doublement réussie. On parle ici d’Ellen White, avec ses 6 buts au compteur dans ce Mondial. En marquant un 35e but pour sa sélection, ou plus, et si jamais Alex Morgan (6 buts également) ou Morgan Rapinoe (5 buts) manquent le coche dimanche en finale, elle pourrait aussi s’emparer du soulier d’or. De quoi effacer (un peu) la déception d’être passée à côté de l’or Mondial.

Coupe du Monde de la FIFA - Finale pour la 3e place
Samedi 6 juillet 2019 - 17h00
ANGLETERRE - SUEDE
Nice (Allianz Riviera)
Arbitres : Anastasia Pustovoytova (Russie) assistée de Ekaterina Kurochkina (Russie) et Petruta Iugulescu (Roumanie)

La Suède a remporté 14 de ses 25 précédentes confrontations avec l'Angleterre, pour 3 défaites et 8 nuls. C'est la première fois que les deux équipes s'affrontent en Coupe du Monde Féminine de la FIFA.

La Suède a remporté le dernier duel face à l'Angleterre sur le score de 2-0, Sofia Jakobsson et Anna Anvegard avaient été les buteuses.

Samedi 6 Juillet 2019
Vincent Roussel

Dans la même rubrique :