Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - Duel équilibré entre la SUEDE et le CANADA

Sur le papier et ce qu'elles ont montré lors de la première la Suède et le Canada peuvent tous les deux légitimement obtenir la qualification, rien n'est joué d'avance.



La Suède
Le parcours
La Suède s'est qualifiée sans grande difficulté en remportant ses deux premiers matches avant de perdre lors de l'affiche pour la première place face aux États-Unis lors de la dernière journée. Le match avait été long à se décanter lors de la première journée face au Chili, et la Suède n'avait marqué qu'en toute fin de rencontre. L'équipe avait ensuite obtenu sa qualification lors de la deuxième journée avec une large victoire face à la Thaïlande, qui était cependant parvenue à lui inscrire un but en contre-attaque.

Les résultats :

2-0 contre le Chili, buts de Kosovare Asllani, Madelen Janogy
5-1 contre la Thaïlande, buts de Linda Sembrant, Kosovare Asllani, Fridolina Rolfö, Lina Hurtig, Elin Rubensson sur penalty
0-2 contre les États-Unis

Le Canada
Le parcours
Le Canada a lui aussi obtenu sa qualification après deux rencontres, et perdu le match pour la première place du groupe lors de la dernière journée. Une première victoire, difficile, face au Cameroun, puis une plus aboutie face à la Nouvelle-Zélande, le tout sans encaisser de but. Face aux Pays-Bas, le Canada était parvenu à revenir au score grâce au 182e but en sélection de Christine Sinclair, mais s'inclinait finalement pour terminer à la deuxième place du groupe.

Les résultats :
Canada-Cameroun : 1-0
Canada-Nouvelle-Zélande : 2-0
Pays-Bas-Canada : 2-1

La Suède pour continuer l'aventure

(photo FIFA.com)
(photo FIFA.com)
Le parcours jusqu'à présent de la Suède dans la compétition ne permet pas vraiment de déterminer ce qu'elle a dans le ventre. Sur le papier, elle a rempli son rôle en terminant à la deuxième place de son groupe derrière l'équipe des États-Unis, face à laquelle elle avait fait tourner. Elle a inscrit sept buts lors de ses deux premiers matches et en a encaissé trois sur l'ensemble de la phase de groupe, un en contre-attaque tardive face à la Thaïlande, et deux avec une défense fortement remaniée face aux États-Unis. La défense suédoise, avec comme piliers le duo Nilla Fischer/Linda Sembrant est un de ses points forts, mais elle n'évolue plus au niveau qui lui avait permis d'atteindre la finale des derniers Jeux olympiques. Ce lundi, il s'agira d'un premier test pour la défense titulaire.

En attaque, la Suède a de nombreux atouts, mais les premiers matches ont montré l'importance de Kosovare Allasni dans la construction, et la performance du secteur offensif dépendra en premier lieu de sa capacité à faire des différences. Peter Gerhardsson n'a pas encore trouvé la bonne formule en attaque mais un secteur qualitativement et quantitativement bien fourni même si la vitesse et l'activité de Sofia Jakobsson permet d'amener le danger sur les buts adverses de façon régulière, que Madelen Janogy avait réussi une entrée décisive face au Chili et que Stina Blackstenius, Lina Hurtig ou encore Fridolina Rolfö peuvent faire parler leur gabarit et leur puissance.

Le Canada, une solidité à confirmer

(photo FIFA.com)
(photo FIFA.com)
Christine Sinclair et ses coéquipières se sont rapidement qualifiées pour les huitièmes de finale, avec sérieux. Elle a marqué à chaque rencontre pour un total de quatre buts inscrits, et s'est généralement montré plutôt maladroite offensivement à l'image de sa capitaine, qui a notamment trouvé plusieurs fois les montants adverses avant de trouver la faille lors du dernier match de groupe face aux Pays-Bas. Ses joueuses offensives, telles que Janine Beckie et Nichelle Prince, n'épargnent pas leurs efforts, mais il va falloir montrer plus d'adresse pour profiter des opportunités qui leur seront offertes face à une défense qui a fait ses preuves.

Le Canada reste une équipe solide défensivement malgré les deux buts encaissés contre les Pays-Bas lors de la troisième journée, et une gardienne -Stéphanie Labbé- qui ne se montre pas toujours rassurante. Face à une attaque qui va proposer un mélange de technique, puissance et vitesse selon les joueuses sur le terrain, l'arrière-garde canadienne va devoir se montrer solide pour continuer sa route, et insister sur une défense hermétique si son attaque ne se montre pas plus adroite que lors de la première phase du tournoi.

L'avis

La rencontre s'annonce plutôt ouverte entre deux équipes solides, qui ont des arguments pour continuer l'aventure française, Chaque match est une occasion supplémentaire pour Sinclair de se rapprocher encore un peu plus du record d'Abby Wambach. La Suède a cependant les atouts pour la contrer, et il s'agira de voir qui des défenses ou des attaques prennent le dessus.

Lundi 24 juin 2019 à 21h00

SUEDE - CANADA
Paris (Parc des Princes)
Arbitre : Kate Jacewicz (Australie)

0
Le Canada n'a jamais disputé de prolongation en Coupe du Monde

7 à 3
La Suède a franchi le premier tour pour la septième fois en huit participations alors que le Canada l'a fait pour la troisième fois en sept participations.

23
Ce sera la 23ème confrontation entre les deux équipes. Le Canada s'est imposé leur du dernier match mais les Suédoises dominent les débats avec treize victoires à cinq pour quatre matchs nuls.

Lundi 24 Juin 2019
Charlotte Vincelot

Dans la même rubrique :