Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - Faits et chiffres de la phase de groupes

Après 36 matches disputés sur 14 jours consécutifs, la Coupe du Monde Féminine de la FIFA aborde sa phase à élimination directe avec déjà une quantité de données marquantes à analyser. La FIFA a résumé ces dernières à travers une sélection des principaux faits et chiffres à l’issue de la phase de groupes.



L'arbitre Melissa Borjas a fait appel plusieurs fois à la VAR (photo Eric Baledent/FOF)
L'arbitre Melissa Borjas a fait appel plusieurs fois à la VAR (photo Eric Baledent/FOF)
19,81% de tous les buts inscrits au cours de la phase de groupes de cette Coupe du Monde Féminine 2019 l’ont été dans les dix dernières minutes des matches. Sur les 106 buts de cette première partie de la compétition, 21 ont ainsi été marqués à partir de la 81e minute de jeu, dont 8 dans le temps additionnel.

10,4% de tous les buts de la phase de groupes ont été inscrits depuis l’extérieur de la surface de réparation. Au total, chaque équipe a tenté en moyenne 9,5 frappes – dont 3,2 cadrées – pour chaque but marqué.

17 buts. En transformant son penalty contre l’Italie, la superstar brésilienne Marta est devenue la première joueuse à marquer dans cinq éditions de la Coupe du Monde Féminine, faisant passer son total à 17. Personne n’a inscrit plus de buts qu’elle dans le cadre de la Coupe du Monde de football –hommes et femmes confondus.

13-0 au tableau d’affichage à l’issue du match États-Unis – Thaïlande, disputé le 11 juin à Reims : ce score constitue la plus large victoire jamais enregistrée dans l’histoire de la Coupe du Monde, masculine ou féminine.

348,424 kilomètres correspondent à la distance parcourue par les joueuses allemandes lors de leurs trois matches de groupe, soit une moyenne de 116,14 km par rencontre. Selon les données compilées par le Groupe d’étude technique de la FIFA, elles dominent cette statistique, suivies de près par les Suédoises et les Américaines.

Carli Lloyd (photo Eric Baledent/FOF)
Carli Lloyd (photo Eric Baledent/FOF)
63% de possession de balle sont à mettre au crédit des États-Unis, qui devancent l’Espagne et le Canada dans cette catégorie. D’après le Groupe d’étude technique, les joueuses des 24 équipes engagées ont jusqu’à présent effectué 25 147 passes, pour un taux de réussite de 77,9%.

7 comme le nombre de phases finales disputées par la milieu de terrain brésilienne Formiga, un record qu’elle a battu lors du premier match de la Seleção contre la Jamaïque, où elle était titulaire. Autre record : en ayant foulé la pelouse à 41 ans et 98 jours, elle est également devenue la joueuse la plus âgée de l’histoire de la Coupe du Monde Féminine.

21 joueuses américaines ont déjà part à une rencontre de la compétition. C'est la sélection qui le plus fait tourner son effectif depuis le début de la compétition. Seules les gardiennes remplaçantes n'ont pas pris part à une minute de jeu.

86 cartons jaunes ont été brandis par les arbitres lors de ces 36 premiers matches, soit une moyenne de 2,39 par match. Avec 7 avertissements, le Brésil a été l’équipe la plus sanctionnée à ce niveau, tandis que 2 cartons rouges seulement ont été infligés – au Nigeria et à l’Afrique du Sud –, à chaque fois à la suite d’un second carton jaune.

1 simulation. Sur les 86 avertissements, 77 résultent d’un tacle inconsidéré ou de l’annihilation d’une attaque prometteuse. Pour le reste, 3 ont été distribués pour cause d’empiètement de la gardienne sur un penalty, 1 pour l’annihilation d’une occasion de but manifeste, 4 pour comportement antisportif, et 1 uniquement pour simulation.

19,75 fautes par match ont en moyenne été commises. La rencontre avec le plus de fautes sifflées a été Australie – Italie (39), tandis que États-Unis – Thaïlande se retrouve à l’autre extrémité de ce classement (10). Un total de 18 penalties a été accordé, dont 7 après l’intervention de l’assistance vidéo à l’arbitrage.

17 analyses vidéo ont eu lieu jusqu’à présent, soit une tous les 2,12 matches en moyenne. Parmi ces 17 analyses, 13 ont été effectuées par l’arbitre au bord du terrain – 11 pour des penalties et 2 pour des situations de hors-jeu – et 4 concernent des décisions strictement factuelles : un hors-jeu et trois empiètements de gardienne lors d’un penalty. Une analyse a permis de confirmer la décision initiale, tandis que les 16 autres ont entraîné une rectification.

(photo Frédérique Grando/FOF)
(photo Frédérique Grando/FOF)
1 094 639 billets alloués au 20 juin. Il reste des billets à vendre pour le grand public sur les matches qui ne sont pas encore à guichets fermés.

70% de taux de remplissage des stades, avec 11 rencontres disputées à guichets fermés. Vingt-et-un des 36 matches de la phase de groupes – soit 58% – ont été disputés devant plus de 15 000 spectateurs. Il est important de noter que France 2019 est la première édition de la Coupe du Monde Féminine – dans son format actuel à 24 équipes – disputée sans matches doubles.

182 000 amateurs de football ont également afflué vers le deuxième point de rendez-vous privilégié pour suivre les matches de la compétition : la « FIFA Fan Experience », qui a été établie dans chaque ville hôte pour la première fois de l'histoire de la compétition et propose de nombreuses animations et autres activités ludiques et culturelles. A Paris, les fans ont également l’opportunité de visiter l’exposition « Le football au féminin » présentée par le FIFA World Football Museum and Hyundai, au Jardin Nelson Mandela aux Halles. Cette exposition temporaire retraçant l’histoire du football pratiqué par les femmes sera visible tous les jours de 10h00 à 20h00 jusqu’au 7 juillet. L’entrée est gratuite.

7 590 personnes dans et autour des villes hôtes ont jusqu’à présent participé au programme communautaire imaginé par le Comité d’Organisation Local, que ce soit en assistant aux séances d’entraînement des équipes ou en prenant part à des activités sociales.

2 160 enfants ont déjà eu la chance d’entrer sur le terrain avec leurs idoles, de porter le drapeau des pays en lice ou de participer à d’autres activités du Programme de la Jeunesse de la FIFA.

Plus de 60 000 produits ont jusqu’à maintenant été vendus dans les 44 boutiques officielles présentes dans les neuf villes hôtes de la Coupe du Monde Féminine. Les produits sont disponibles en ligne sur la e-boutique de la FIFA. Au cours des 32 premiers matches, les spectateurs dans les stades ont également consommé 1 816 349 € en nourriture et boissons.


Samedi 22 Juin 2019
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :