Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - Groupe B : Présentation de l'ALLEMAGNE (6/24)

Deux fois vainqueur de la compétition, l'Allemagne a perdu les derniers titres mondiaux et européens, et ne détient plus que les Jeux Olympiques au moment d'aborder un tournoi où elle restera une valeur sure.



LA FICHE GENERALE

Coupe du Monde - Groupe B : Présentation de l'ALLEMAGNE (6/24)
Classement FIFA actuel : 2e
Meilleur classement FIFA : 1er (10/2003 à 2007, 12/2014 à 06/2015, 03/2017)

Premier match de la sélection : 10 novembre 1982 contre la Suisse (5-1)
Plus large victoire : 17-0 contre le Kazakhstan (19 novembre 2011)
Plus large défaite : 0-6 contre les Etats-Unis (14 mars 1996)

Programme de la sélection en Coupe du Monde
8 juin 2019 : Chine (Rennes)
12 juin 2019 : Espagne (Valenciennes)
17 juin 2019 : Afrique du Sud (Montpellier)

La sélection en Coupe du Monde

Participation en Coupe du Monde : 8
Participation aux éliminatoires : 8
Meilleur parcours en Coupe du Monde : Vainqueur (2003, 2007)
Bilan général en Coupe du Monde : 39 matches, 26 victoires, 8 défaites, 5 matches nuls, 111 buts pour, 37 buts contre
Plus large victoire : 11-0 contre l'Argentine (2007)
Plus large défaite : 0-4 contre la Suède (1991)
Joueuse la plus utilisée en Coupe du Monde :Birgit Prinz, 24 matchs (1995, 1999, 2003, 2007)
Meilleure buteuse en Coupe du Monde : Birgit Prinz, 14 buts (1995, 1999, 2003, 2007)

Qualifications

Dans le groupe 5, l'Allemagne a finalement terminé en tête après un début de campagne plutôt compliqué et notamment une défaite face à l'Islande qui a eu raison de Steffi Jones. Ce fut le seul faux-pas, et les seuls buts encaissés par la sélection qui a retrouvé un second souffle par la suite pour se qualifier fort logiquement pour sa huitième Coupe du monde.

Date de qualification : 4 septembre 2018

Bilan des qualifications
8 matchs, 7 victoires, 1 défaite, 38 buts pour, 3 buts contre
Slovénie (6-0, 4-0) ; République tchèque (1-0, 4-0) ; Islande (2-3, 2-0) ; Iles Féroé (11-0, 8-0)

Sélectionneurs : Jones (4), Hrubesch (4)
Bilan joueuses/buteuses
G : Schult (6)
D : Schweers (2), Doorsoun-Khajeh (5), Demann (5/1 but), Simon (5/2), Maier (7/1), Elsig (2)
M : Däbritz (5), Schüller (6/6), Magull (5/4), Leupolz (5), Goessling (5)
A : Popp (6/6), Knaak (2), Rolser (1), Dallmann (6/1), Huth (6/3)

Les joueuses pour la Coupe du Monde

La liste des 23
A l'exception de deux joueuses évoluant à l'OL (et bientôt une de plus au PSG), les Allemandes évoluent à domicile, principalement dans quatre clubs : le Bayern Munich, Essen (5), Wolfsburg et Fribourg (4). Martina Voss-Tecklenburg n'a pas hésité à faire appel à certaines très jeunes joueuses appelées à faire les beaux jours de la sélection dans les années à venir et à donner un vrai coup de jeune à la sélection depuis son arrivée, et il n'est pas surprenant de voir que dix joueuses comptent 15 sélections ou moins à leur compteur.

Les absentes
Il n'y a pas de grande absente à recenser, si ce n'est peut-être Babett Peter, désormais à la retraite mais que l'on aurait pu imaginer pousser jusqu'à la Coupe du monde.

Equipe-type
Martina Voss-Tecklenburg n'ayant à ce jour dirigé la sélection que pour trois rencontres, difficile de s'avancer concrètement. Dans un système en 4-2-3-1, utilisé à deux reprises, l'équipe pourrait ressembler à ce qui suit : Almuth Schult dans les buts (ou Merle Frohms), un quatuor Schweers/Elsig/Hegering/Heindrich (ou Maier) en défense, un duo Lina Magull/Melanie Leupolz évoluant derrière un trio composé de Sara Däbritz (ou Dallmann), Dzsenifer Marozsan et Svenja Huth (ou Popp), avec Alexandra Popp (ou Schüller) en pointe.

Commentaires sur l’équipe
§ Points forts : une équipe complète, du talent à tous les étages
§ Points faibles : aucune gardienne n'est Nadine Angerer, peut-être un peu de confusion avec les changements d'entraineurs
§ Joueuses clés : Alex Popp, Dzsenifer Marozsan
§ Infos à savoir sur le système de jeu : quel que soit le système de jeu utilisé, l'Allemagne aura une équipe compétitive sur le terrain et des latérales offensives qui appelleront le surnombre en attaque

La joueuse à suivre
Si Alex Popp sera encore une fois la leader mentale, et Dzsenifer Marozsan la leader technique, il sera intéressant de suivre le comportement de Johanna Elsig, en train de s'installer comme le nouveau pilier de la défense allemande, un secteur en reconstruction et qui n'a plus la sécurité Nadine Angerer derrière elle.

La sélectionneure
Martina Voss-Tecklenburg est une ancienne internationale allemande qui a pris part à plusieurs Coupes du monde, ainsi qu'aux Jeux olympiques, et a disputé l'Euro à plusieurs reprises, représentant l'Allemagne à 125 reprises au plus haut niveau. Elle a ensuite birfurqué vers le métier d'entraineure, et s'est construit une solide réputation, d'abord en championnat, puis en qualifiant la Suisse pour sa première Coupe du monde il y a quatre ans. Elle a pris les rênes de la sélection allemande une fois la Suisse éliminée des barrages pour la Coupe du monde, et vient donc tout juste de débuter une nouvelle ère pour la sélection allemande.
Cliquez dessus pour agrandir
Cliquez dessus pour agrandir

La préparation

30 mai : Chili
9 avril : Japon 2-2 (N)
6 avril : Suède 2-1 (G)
28 février : France 1-0 (G)

Faits et chiffres

Deuxième derrière les États-Unis au nombre de titres conquis (2 à 3), de matches disputés (39 contre 43), de victoires (26 à 33) et de buts marqués (111 contre 112), l’Allemagne est en revanche la seule nation à avoir remporté deux Coupes du Monde Féminines de la FIFA d’affilée, en 2003 et en 2007.
La sélection allemande compte d’autres records dans la compétition. La Frauen-Mannschaft a maintenu sa cage inviolée pendant les 6 rencontres du tournoi remporté en 2007 ; elle a signé le plus grand nombre de buts en une seule édition (25 en 2003, aussi bien que les États-Unis en 1991) ; elle est restée invaincue pendant 15 matches entre 2003 et 2011 ; elle détient le record des victoires les plus larges (11:0 contre l’Argentine en 2007 et 10:0 face à la Côte d’Ivoire en 2015) ; enfin, 5 joueuses allemandes ont signé un triplé en phase finale mondiale : Inka Grings (1999), Birgit Prinz (2007), Sandra Smisek (2007), Anja Mittag (2015) et Celia Sasic (2015).

L'avis de FOOTOFEMININ

Face à la Chine, à l'Espagne et à l'Afrique du Sud (dans l'ordre des matches), l'objectif de l'Allemagne ne peut être que la qualification pour les huitièmes de finale comme première étape vers le titre pour lequel elle fait partie des favoris comme toujours, et ce malgré les dernières années agitées et les nombreuses retraites qui ont demandé un renouvellement de l'effectif. Il lui faudra montrer les crocs dès le début de la compétition, notamment face à l'Espagne qui voudra également terminer en tête du groupe.


Vendredi 31 Mai 2019
Charlotte Vincelot/Sébastien Duret

Dans la même rubrique :