Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - Groupe D : ECOSSE - ARGENTINE - les réactions des sélectionneurs

Entre la déception de Shelley Kerr pour l'Ecosse et celle de Carlos Borrello qui a même cru à la victoire, retrouvez les réactions des sélectionneurs.



Shelley Kerr (entraîneure de l'Écosse) : "La VAR nous a laissé tomber"

Shelley Kerr (photo Frédérique Grando/FOF)
Shelley Kerr (photo Frédérique Grando/FOF)
« C'est très difficile en ce moment. Nous sommes éliminées. Nous étions bien dans le match, le premier but a tout changé. Nous avons géré le match en donnant tout. C'est un peu amer de sortir comme ça ».

Sur le penalty : « Je ne vais pas commenter maintenant. Il y a eu des décisions qui n'étaient pas en notre faveur. Les officiels doivent prendre les bonnes décisions. Nous sommes amères et déçues mais ne retirons pas le mérite de l'autre équipe (...) Je ne sais si toutes les questions que vous allez me posez concernent les arbitres ou la VAR, mais je n'ai pas de réponse ce soir. Les joueuses sont abattues ce soir. Elles ont tout donné ce soir ».

Sur le fait de le retirer : « J'ai revu ce penalty cinq ou six fois. Je ne comprends pas cette décision si dure. Je n'ai pas vu ce que l'arbitre a vu avec autant de replays. Le ballon a été joué quoi qu'il arrive. On pourrait donner beaucoup d'exemples mais je n'ai pas envie ».

Sur son discours à la mi-temps : « Nous savions avant le match que cela se jouerait sur les transitions. Il fallait faire attention à l'Argentine qui a des joueuses de grande qualité. Nous ne voulions pas commencer cette seconde période trop rapidement en les mettant directement sous pression. Mais c'est ce que nous avons fait jusqu'à la 70e minute. Il va falloir apprendre à mieux gérer les matchs à l'avenir ».

Sur l'arbitrage et la VAR : « Oui, la FIFA doit regarder et surveiller le niveau de ses arbitres sur ce Mondial (...) Au début de ce tournoi, si cela pouvait aider à prendre une décision, je suis pour. Mais je ne peux pas commenter plus dessus. Aujourd'hui, la VAR nous a laissé tomber. Je n'aime pas dire que nous avons été malchanceuses mais c'est le cas.

Sur le bilan de la Coupe du monde : « Je veux être positive. Au cours de ces trois matchs de poule, les joueuses ont montré qu'elles avaient le niveau. Le but était d'inspiré les jeunes filles pour les attirer vers ce sport. Je ne pensais pas voir autant de spectateurs regarder un match de l'Écosse. Je ne vois pas les points positifs à cause de l'élimination d'aujourd'hui. Mais dans les semaines et les mois qui viennent, nous allons voir l'impact de ce Mondial en Écosse ».

Carlos Borrello (entraîneur de l'Argentine) : "Avec quelques minutes de plus, on aurait remporté ce match"

« Nous venions pour gagner ce match. Les circonstances de la rencontre n'ont pas été favorables, nous avons commis une erreur, plusieurs errements. L'Écosse s'est échappée. Mais on a gardé de l'énergie pour revenir. On n'a pas réussi à aller chercher ce quatrième but mais je suis fier de notre prestation. Maintenant, sur la suite, nous devons attendre les autres résultats. Nous ne dépendons pas de nous ».

Sur le retour de l'Argentine dans le match : « Les changements que nous avons opérés avec des joueuses plus fraiches ont aidé. J'ai trouvé une bonne option tactique pour changer les choses. On a tenté d'être plus vertical, plus agressif. Il y avait en prime une certaine fatigue après une heure de jeu donc j'ai estimé qu'il fallait changer certains points pour modifier la donne au tableau d'affichage. Je suis un peu déçu parce que je pense qu'avec quelques minutes de plus, on aurait remporté ce match ».

Sur le poids du parcours de l'Argentine au Mondial : « Je pense que nous avons réussi à montrer qu'il y avait de l'espoir. On a joué notre jeu en montrant qu'on avait du niveau. Je suis heureux de voir aussi que de jeunes joueuses ont joué sur ce Mondial. Elles donnent une nouvelle dynamique à l'équipe. Ce sont ces joueuses qui vont représenter l'avenir de la sélection ».

Sur son bilan de la phase de groupe : « Dans le monde du football, il faut y aller étape par étape. Quand on me demandait mon avis sur les trois matchs, j'ai toujours voulu les prendre les uns après les autres. Si on atteint les huitièmes, bien sûr que l'on en voudra plus. L'être humain en veut toujours plus. Mais il ne reste plus qu'à attendre pour savoir si on continue. Je suis en tout cas satisfait de la phase de poule que l'on a livré ».

Jeudi 20 Juin 2019
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :