Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - Groupe D : Présentation du JAPON (18/24)

Champion du Monde en 2011, finaliste en 2015, le Japon sera l'une des nations redoutables du tournoi.



LA FICHE GENERALE

Coupe du Monde - Groupe D : Présentation du JAPON (18/24)
Classement FIFA actuel : 7e
Meilleur classement FIFA : 3e (décembre 2011)

Premier match de la sélection : 7 juin 1981 contre Taïwan (0-1)
Plus large victoire : 21-0 contre Guam (5 décembre 1997)
Plus large défaite : 0-9 contre les Etats-Unis (29 avril 1999)

Programme de la sélection en Coupe du Monde
10 juin 2019 : Argentine (Paris)
14 juin 2019 : Ecosse (Rennes)
19 juin 2019 : Angleterre (Nice)

La sélection en Coupe du Monde

Participation en Coupe du Monde : 7
Participation aux éliminatoires : 8
Meilleur parcours en Coupe du Monde : vainqueur (2011)
Bilan général en Coupe du Monde : 29 matches, 13 victoires, 3 nuls, 13 défaites, 36 buts pour, 54 buts contre
Plus large victoire : 6-0 contre l'Argentine (2003)
Plus large défaite : 0-8 contre la Suède (1991)
Joueuse la plus utilisée en Coupe du Monde :Homare Sawa, 24 matchs (1995, 1999, 2003, 2007, 2011, 2015)
Meilleure buteuse en Coupe du Monde : Homare Sawa, 8 buts (2003, 2011)

Qualifications

Le Japon a remporté la Coupe d'Asie dont il était tenant du titre, en battant une nouvelle fois l'Australie en finale. Les Nadeshiko s'étaient qualifiées en obtenant leur billet pour les demi-finales de la compétition, en terminant à la seconde place de leur groupe disputé puisque trois équipes étaient ex-aequo (avec l'Australie et la Corée du Sud). En demi-finale, le Japon avait gagné contre la Chine. Mana Iwabuchi a terminé la compétition avec le trophée de meilleure joueuse.

Date de qualification : 13 avril 2018

Bilan des qualifications
5 matchs, 3 victoires, 2 nuls, 9 buts pour, 2 buts contre
Viêtnam (4-0), Corée du Sud (0-0), Australie (1-1, 1-0), Chine (3-1)

Sélectionneur : Takakura (5)
Bilan joueuses/buteuses
G : Yamashita (4), Ikeda (1)
D : Kumagai (5), Sameshima (4), Ichise (4), Shimizu (4), Ariyoshi (2), Miyake (1)
M : Nakajima (4/1), Miz. Sakaguchi (4/1), Hasegawa (4), Utsugi (3), Sumida (2), Naomoto (1)
A : Iwabuchi (5/2), Sugasawa (4), Yokoyama (4/4), Kawasumi (3), Tanaka (3/1), Masuya (3)

Les joueuses pour la Coupe du Monde

La liste des 23
A l'exception de Rumi Utsugi (NWSL) et Saki Kumagai (OL), toutes les Japonaises sélectionnées évoluent dans le championnat national, notamment du côté du champion, le NTV Beleza (10) et l'INAC Kobe (5). Dans l'ensemble, c'est une jeune équipe qui défendra les couleurs du Japon lors de la Coupe du monde, avec plusieurs piliers vice- et/ou championnes du monde pour encadrer les jeunes talents.

Les absentes
Plusieurs joueuses absentes auraient probablement eu leur place dans la liste, mais c'est la difficulté d'avoir un réservoir de joueuses solides, faire des choix. Et celui qui a fait soulever quelques sourcils a été de ne pas sélectionner la meilleure buteuse des deux dernières saisons de championnat, Mina Tanaka, au contraire de beaucoup de ses partenaires et notamment les jeunes Rikako Kobayashi, Riko Ueki et surtout Jun Endo en attaque, 59 ans à elles trois lors de la compétition. Il ne fait pourtant aucun doute que chacune de ces joueuses s'inscrit dans le futur de la sélection.
NB. Riko Ueki a déclaré forfait sur blessure et c'est Saori Takarada qui la remplace (les deux ont mis 5 buts à la dernière CM U20)

Equipe-type
Le Japon est adepte du turnover. Dans une organisation en 4-4-2 (ou 4-2-3-1), Ayaka Yamashita part avec une petite longueur d'avance dans les buts. En défense, Aya Sameshima et Risa Shimizu sur les côtés, Saki Kumagai épaulée de Nana Ichise ou Moeka Minami. Au milieu, l'association Hina Sugita/Rumi Utsugi peut être privilégiée au centre (Narumi Miura ou Mizuho Sakaguchi- qui revient de blessure- sont également des titulaires potentielles) avec Yui Hasegawa et Emi Nakajima dans les couloirs. En attaque, on pourra voir l'association Rikako Kobayashi/Kumi Yokoyama débuter, ou peut-être Mana Iwabuchi en soutien de Yuika Sugasawa. Les possibilités sont nombreuses...

Cliquez dessus pour agrandir
Cliquez dessus pour agrandir
Commentaires sur l’équipe
§ Points forts : talent, mélange jeunesse/expérience, collectif, technique, mental
§ Points faibles : des difficultés entrevues face à des équipes physiques et rapides, peut-être un manque d'expérience chez certaines ?
§ Joueuses clés : Aya Sameshima, Saki Kumagai, Emi Nakajima, Mana Iwabuchi, Rumi Utsugi...
§ Infos à savoir sur le système de jeu : jeu court ou jeu long, le danger vient de partout

La joueuse à suivre
S'il faut n'en choisir qu'une... Mana Iwabuchi, un grand talent précoce à la carrière hachée par les blessures, mais qui semble enfin, à 26 ans, en pleine possession de ses moyens. Meilleure joueuse de la dernière Coupe d'Asie des nations, elle sera l'une des principales armes offensives (pourtant nombreuses) de la sélection.

Le sélectionneur
Asako Takakura est une ancienne internationale japonaise qui aura connu une longue carrière de joueuse, avant de se tourner vers le banc. Elle s'est fait une réputation auprès des sélections de jeunes, avec entre autres un titre mondial avec la sélection U17 en 2014. Elle est devenue en avril 2016 la première femme à entrainer la sélection A, prenant le relai de Norio Sasaki à la suite de l'échec lors du tournoi qualificatif pour les JO 2016 disputé le mois précédent, avec l'objectif de reconstruire pour les échéances mondiales à venir, à commencer par la Coupe du monde 2019. Elle a remporté au passage la Coupe d'Asie des nations 2018 qui servait de qualification pour le Mondial.

La préparation

2 juin 2019 : Espagne 1-1 (N)
9 avril 2019 : Allemagne 2-2 (N)
4 avril 2019 : France 1-3 (P)
6 mars 2019 : Angleterre 0-3 (P)
3 mars 2019 : Brésil 3-1 (G)
28 février 2019 : Etats-Unis 2-2 (N)

Faits et chiffres

Présente lors de chaque édition, le Japon a triomphé en 2011, devenant la quatrième équipe à remporter la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, après les États-Unis, la Norvège et l’Allemagne. Lors des deux derniers tournois, les Nippones ont atteint la finale, rencontrant à chaque fois les États-Unis.
Championne du monde, Ballon d’Or adidas et Soulier d’Or adidas en 2011, Homare Sawa est l’une des deux joueuses à avoir participé à six phases finales planétaires. La Japonaise, a débuté sur la scène mondiale en Suède en 1995 comme la Brésilienne Formiga, et tiré sa révérence il y a 4 ans au Canada.

L'avis de FOOTOFEMININ

Face à l'Argentine, l'Ecosse et l'Angleterre (dans l'ordre des matches), le Japon a l'opportunité de monter en puissance pour débuter la qualification. Le dernier match de groupe face à l'Angleterre, qui devrait logiquement décider de la première place du groupe, sera une des principales affiches de la phase de poules, entre deux équipes pouvant prétendre au titre mondial. Si le fait qu'il fut rare d'observer l'équipe au complet, cadres comprises, ces derniers temps, brouille un peu les pistes -tout comme certains résultats-, il ne fait aucun doute que le Japon a le potentiel pour retrouver les sommets mondiaux, d'autant plus que la compétition s'annonce plutôt ouverte. Mais l'on peut également que la compétition arrive un tout petit peu trop tôt pour le titre...


Lundi 10 Juin 2019
Charlotte Vincelot/Sébastien Duret

Dans la même rubrique :