Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - Groupe D : les réactions après ECOSSE - ARGENTINE

Après une rencontre pleine de rebondissements, et qui va de nouveau provoquer la polémique sur la nouvelle règle introduite par la Fifa sur les penalties, les joueuses de l'Ecosse, à l'image d'une Caroline Weir en pleurs, étaient abattues, tandis que l'ambiance était plus détendue côté sud-américain.



Caroline Weir (milieu écossaise) : « Nous avons donné tous ce qu’on a pu. Les dix dernières minutes étaient troubles, on est dévastées, on va passer à autre chose désormais, mais c’est pour l’instant ça nous brise le cœur ».

Nicola Docherty (défenseure de l’Ecosse) : « Je n’ai rien entendu encore, je n’ai parlé à personne, j’ai juste entendu le coup de sifflet final. On a bien démarré la rencontre, mais les arbitres ont un job à faire et je pense qu’ils l’ont mal fait aujourd’hui.
Son sentiment sur la coupe du monde : C’était incroyable d’être ici en premier lieu, la première qu’a disputée l’Écosse, c’était déjà un bel exploit en soit, mais maintenant je n’y pense pas vraiment, avec ce scénario, le fait qu’on mène 3-0, ces décisions contre nous, c’est très décevant ».

Aldana Cometti (défenseure de l’Argentine, qui a obtenu le penalty converti par Bonsegundo) : « Sur le penalty : J’y vais pour le ballon, et elle me touche, je pense qu’il y a faute. Si elle commet ce tacle au milieu de terrain, il n’y a aucune discussion sur le fait qu’il y ait faute ».

Crichton : "Ce soir l’arbitre était la seule personne qui n’a pas été capable de gérer cette pression dans les moments cruciaux"

Leanne Crichton (photo Frédérique Grando/FOF)
Leanne Crichton (photo Frédérique Grando/FOF)
Leanne Crichton (milieu écossaise) : « Il y a eu beaucoup de confusions, je ne comprends pas vraiment comment nous nous sommes retrouvées à avoir la fin de la rencontre sous notre contrôle et d’un seul coup, les décisions qui sont arrivées. Je crois que les arbitres devront revoir et comprendre comment ils ont fait pour predre le contrôle du match. Je ne crois pas que l’arbitre savait combien il restait de temps additionnel (5 minutes ont été jouées et 4 annoncées sur le panneau de l’arbitre).

C’est ce qu’on appelle gérer la pression. On nous demandé à nous joueuses de gérer cette pression et nos émotions et je pense que ce soir l’arbitre était la seule personne qui n’a pas été capable de faire ça dans les moments cruciaux du match.

Nous avons une équipe solide et nous avons travaillé dur pour arriver à la Coupe du monde. Peut-être que nous avons payé pour apprendre car c’était notre première Coupe du monde. Nous pouvons être fières de notre performance ce soir. Nous analyserons les erreurs que nous avons commises qui ont laissé l’Argentine revenir dans la partie. Il faut leur donner du crédit, elles se sont bien battues pour revenir. Les deux équipes devaient gagner ce soir pour se qualifier et pas grand monde n’aurait été capable de revenir à trois partout, bravo à elles. Je suis sûr qu’elles ont aussi du être déçues qu’il n’y ait pas eu plus de temps additionnel à la fin du match car elles ont probablement dû sentir qu’elles pouvaient le remporter et prendre les trois points. »

Emslie : "Je trouve cette nouvelle règle ridicule"

Claire Emslie (attaquante de l’Ecosse) : Je suis dévastée, à vrai dire je reste sans-mots… (elle souffle), je ne sais pas quoi vous dire. Un surplus de confiance quand on a mené 3-0 ? Non, je ne pense pas.

Le penalty : L’arbitrage aura été horrible pour nous tout au long de cette coupe du monde, forcément, je n’aime pas cette nouvelle règle sur les penalties, je trouve que c’est ridicule. Cela prend déjà très longtemps, parfois ils regardent la VAR, parfois non.

Ses souvenirs de la coupe du monde : Cette fin de match frustrante ne balaye pas tout ce qu’on a vécu avant, on a encore beaucoup de souvenirs sur lesquels on pourra revenir, déjà venir ici, jouer des équipes incroyables… On a joué un bon football, on a marqué de beaux buts, je pense qu’on aura beaucoup de positifs à en retenir. On a inspiré une nation, nous avons eu des fans écossais qui sont venus jusqu’ici, on leur a donné du bonheur, j’espère qu’on leur a fait aimer le football, on est fières de leur avoir permis de supporter l’Écosse.

Son futur : malgré ce qui s’est passé ce soir on peut s’avouer heureuses. Quand on était enfant, aucun d’entre nous n’aurais imaginé pouvoir participer pour de vrai à une coupe du monde, et puis avoir marqué dans cette coupe du monde reste incroyable. Je n’ai pas eu le temps de penser à la suite en Floride pour le moment (elle a récemment signé à Orlando, NDLR), j’étais entièrement concentrée sur la coupe du monde. Pour le moment, je ne sais pas encore quand je vais commencer à m’y préparer »

Cuthbert : "Je suis fière d’être écossaise ce soir"

Erin Cuthbert (photo Frédérique Grando/FOF)
Erin Cuthbert (photo Frédérique Grando/FOF)
Erin Cuthbert (attaquante écossaise, buteuse et joueuse du match) : « On ne peut pas être à fond pendant 90 minutes, contre des équipes de ce calibre. On joue en coupe du monde donc on sait qu’on va rencontrer des équipes de qualité, et que parfois pendant les matches ce sont les adversaires qui vont avoir le dessus, mais aujourd’hui (ndlr : mercredi) on a dominé pendant une majorité de la rencontre, mais c’est le football. On savait qu’elles allaient essayer de revenir, on devait trouver un moyen de combler les trous un peu mieux, mais je suis fière de manière générale de notre performance. On espère qu’on a rendu normale la présence de l’Écosse dans les grandes compétitions en foot féminin.

Son but : Après mon but j’ai montré une photo de moi-même quand j’étais enfant. Mon père me l’avait donné avant que je parte pour la coupe du monde, il m’a dit : « joue pour cette petite fille qui s’est entraînée encore et encore ». Je suis si fière de tout ce qu’il a fait pour moi.

Le public : Quand j’ai entendu les 15 000 (sic) supporters écossais entonner notre hymne ? C’était incroyable, j’en ai même pleuré pour tout dire, l’hymne m’a rendu un peu émotive, on apprécie le soutien de nos supporters, ils sont venus en si grand nombre, on les a tous entendu. Même ceux qui étaient derrière nous depuis l’Écosse, je suis fière d’être écossaise ce soir, on a joué ensemble, on était là les unes pour les autres. On espère que cette compétition amènera plus de monde à venir voir jouer des matchs de championnat ».

Jeudi 20 Juin 2019
Vincent Roussel/Sylvain Jamet

Dans la même rubrique :