Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - Janine VAN WYK (Afrique du Sud) : « On n’aura plus rien à perdre contre l’Allemagne, alors autant jouer offensif »

Après la deuxième défaite en autant de match de son équipe à la coupe du monde face à la Chine, jeudi au Parc des Princes (1-0), la capitaine de l’Afrique du Sud Janine Van Wyk voulait retenir deux choses : que l’équipe progresse, et qu’elle devra jouer son va-tout face à l’Allemagne pour ne pas rentrer bredouille.



La capitaine van Wyk (photo FIFA.com)
La capitaine van Wyk (photo FIFA.com)
Deuxième défaite pour vous dans ce Mondial, comment vous sentez vous après ce match ?
C'est décevant oui, c'est un deuxième revers qui nous sort presque pour de bon de la compétition, et nous empêche d'accéder au tour suivant. Mais ça ne veut pas dire que mon va arrêter de jouer le football qu'on a développé. Notre premier objectif était de sortir de la phase de groupe, ça ne va vraisemblablement pas arriver, mais il faut qu'on fasse comme si nous allions nous qualifier pour le tour suivant, surtout contre l'Allemagne. Nous devons nous donner pour objectif de rentrer à la maison avec une victoire, pourquoi pas. Au-delà de ça, ce tournoi a été extraordinaire pour nous, pas en terme de résultat mais en terme de performances, on n'a pas laissé nos adversaires nous marcher dessus, c'est bon signe. Cela veut dire qu'on resserre le fossé entre les équipes classées à la 49e place mondiale au classement Fifa (la place occupée par les Banyana Banyana, NDLR) et celle à la 20e place. On gagne de l'expérience, lentement, sans championnat professionnel sur notre sol, sans les structures qu'ont ces équipes… Considéré tout cela nous nous sommes bien débrouillées.

Qu'avez-vous appris au cours de cette coupe du monde ?
Nous avons pas mal de joueuses qui sont encore jeunes et expérimentées, qui prennent du galon et on a vu que c'est difficile d'égaler des équipes qui ont déjà joué de telles compétitions, à de nombreuses reprises. Cela va nous aider à progresser.

Vous avez toujours cette volonté de jouer vers l'avant, c'est ce que vous demande la coach ?
Notre plan de jeu, surtout contre des adversaires d'un gros calibre, c’est qu’on ne peut pas leur laisser d'espaces derrière sinon ils vont nous punir. Donc avec nos atouts, notre rythme et notre vitesse on veut aller de l'avant, on tente de prendre nos adversaires en contre. On l'a vu contre l'Espagne, on a marqué un but sur ces phases de jeu, on l'a encore vu ce soir (jeudi), on s'est créé beaucoup d'occasion que nous n'avons pas su convertir, sinon le résultat aurait été bien différent. Mais c'est notre football. Je pense qu'il faut désormais en changer contre l'Allemagne où nous n'avons rien à perdre, il va falloir sortir de notre camp et proposer un jeu d'attaque.

Vous avez joué votre premier match au Havre, ce jeudi à Paris. Le Parc des Princes était impressionnant ?
Oui, c'était de bonnes expériences, surtout ici, peu de footballeuse peuvent dire qu'elles ont joué dans de telles enceintes, donc pour nous c'était une superbe enceinte, une très belle ambiance, on se sent professionnelles, c'est génial, c’est quelque chose que l’on peut apprécier.

Que pensez-vous de cette équipe de Chine ?
C'est une équipe bien organisée, très disciplinée, elles sont difficiles à surpasser. Elles jouent très intelligemment avec le ballon, mais chaque équipe a ses faiblesses, nous avons tenté de les exploiter, notamment sur la ligne défensive ou leur défenseures centrales montaient haut, on a essayé de trouver des espaces derrières mais ça n'a pas marché pour nous aujourd'hui, malheureusement. Mais on voit que c'est une équipe qui travaille ensemble depuis longtemps, surtout dans leur pays, il n'y en a qu'une qui joue à l'étranger je crois, on voit la discipline et l'organisation qu'elles ont pu développer.

A quel point pensez-vous être loin de battre ces équipes ?
Si vous m'aviez demandé cela en 2015, si on avait fait la coupe du monde, j’aurais dit que nous en étions loin, cette coupe du monde est tombée au moment parfait pour nous, des joueuses de talent ont rejoint nos rangs, pas mal ont joué les coupe du monde U17 et U20 récemment, elles ont amené leur expérience à elle, et je ne pense plus que nous soyons très loin. Si l'on peut se montrer plus précises devant le but, travailler plus ces situations, alors je pense qu'on obtiendra des résultats. Quand on regarde le classement de la Chine de l'Espagne, elles sont dans les 20 premières, nous sommes 49e, à première vue on aurait pu s'attendre à prendre un score comme celui que les Etats-Unis ont passé à la Thaïlande (13-0). Donc nous ne sommes pas loin de pouvoir rivaliser avec ces équipes, mais il nous faut encore travailler certains points, faire grandir cette équipe. Si on peut se qualifier à la prochaine coupe du monde, on fera mieux.

Et vous à titre personnel, vous êtes âgée comparé à une partie du reste de l’équipe, vous pourrez certainement jouer une coupe du monde en plus mais difficilement 2, vous avez des regrets ?
Je ne pense pas que je puisse avoir des regrets, je suis fière de représenter mon pays, d’en être une leader, de participer à notre première coupe du monde. Bien sûr on est déçu du résultat, puisque toutes les équipes voudraient accéder au tour suivant, possiblement soulever le trophée, mais nous il nous faut être réalistes. On a du travail à faire, je suis fière de la façon dont s’est comporté, du football qu’on a joué, surtout ce soir, on a vraiment vu de la résilience chez chacune d’entre nous, donc on ne pourrait pas plus nous en demander.

Vendredi 14 Juin 2019
Vincent Roussel

Dans la même rubrique :