Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - L'ANGLETERRE, grande favorite face au CAMEROUN

Le troisième huitième de finale opposera ce dimanche l'Angleterre, un des favoris de la compétition, au Cameroun, qualifié lors de la dernière journée. Une affiche a priori déséquilibrée, mais qui pourrait offrir un spectacle de qualité.



L'ANGLETERRE

L'Angleterre a eu affaire à trois adversaires très différents et a remporté ses trois matches de poule, n'encaissant qu'un seul but face à l'Ecosse. Elle n'a pas forcément brillé, n'a jamais été vraiment à l'abri d'un retour adverse, mais elle s'est montrée solide pour terminer en tête de son groupe devant le Japon, battu 2-0.

Ses résultats
2-1 face à l'Ecosse, buts de Nikita Parris sur penalty, Ellen White
1-0 face à l'Argentine, but de Jodie Taylor
2-0 face au Japon, buts de Ellen White

LE CAMEROUN

Le Cameroun a dû attendre la troisième journée et la 95e minute de son match face à la Nouvelle-Zélande pour obtenir sa deuxième qualification en huitièmes de finale, en deux participations. Gabrielle Aboudi Onguéné et ses coéquipières avaient donné du fil à retordre au Canada pour débuter, avant de réussir à marquer contre les Pays-Bas, mais avec deux défaites au compteur. Elles ont su saisir leur chance lors de la dernière journée pour s'offrir un nouveau huitième de finale.

Ses résultats
0-1 face au Canada
1-3 face aux Pays-Bas, but de Gabrielle Aboudi Onguéné
2-1 face à la Nouvelle-Zélande, buts de Ajara Nchout Njoya

L'Angleterre doit rester sérieuse

(photo FIFA.com)
(photo FIFA.com)
Troisièmes il y quatre ans, les Lionesses ont l'opportunité de retrouver dans un premier temps les quarts de finale. Elles ont en tout cas bien géré la première phase, tant en terme de résultats, avec trois victoires en trois matches, qu'en terme de gestion d'effectif, puisque seules trois joueuses ont disputé l'intégralité des trois premiers matches, Steph Houghton, Lucy Bronze et Jill Scott, et une seule autre a passé la barre des 180 minutes équivalente à deux matches joués, Nikita Parris (184 minutes). Tous les voyants sont au vert pour l'Angleterre qui n'a jamais survolé ses rencontres, laissant l'Ecosse réduire le score et être une menace lors des dix dernières minutes, ne prenant l'avantage sur l'Argentine qu'à l'heure de jeu, et en ne se mettant à l'abri contre le Japon qu'à la 84e minute. Mais le résultat est là, une qualification avec trois victoires en autant de rencontres.

L'attaque de l'Angleterre n'a peut-être pas été aussi performante qu'attendu, mais elle a inscrit cinq buts en trois rencontres, dont trois pour la seule Ellen White, qui a marqué lors de ses deux titularisations, et surtout inscrit un doublé contre le Japon. Nikita Parris avait ouvert le bal sur penalty contre l'Ecosse, Jodie Taylor rempli son rôle face à l'Argentine. Au niveau de la défense, un seul but encaissé, face à l'Ecosse, un but qui a permis aux joueuses de Shelley Kerr de relancer le suspens en fin de match (en vain). Quelque peu à l'instar de l'Allemagne sans Dzsenifer Marozsan, l'Angleterre n'impressionne pas particulièrement, mais fait le travail avec sérieux. Il n'y a pas de raison que son parcours s'arrête ce dimanche.

Le Cameroun, pour une surprise de taille

(photo Frédérique Grando/FOF)
(photo Frédérique Grando/FOF)
Avant-dernier qualifié pour les huitièmes de finale, le Cameroun est allé chercher son billet au bout du match contre la Nouvelle-Zélande. L'équipe avait auparavant montré un visage plutôt séduisant face au Canada, vainqueur sur le plus petit des scores, et aux Pays-Bas, tenus en échec à la pause après une égalisation de Gabrielle Onguéné, comme souvent la principale arme offensive -généreuse dans l'effort mais plutôt maladroite pour l'instant- de cette équipe du Cameroun. Elle sera une des principales joueuses à surveiller pour l'Angleterre, et un duel intéressant s'annonce entre elle et Lucy Bronze. Elle fait partie des joueuses cadres qui ont disputé l'intégralité ou presque des rencontres, à l'instar d'Annette Ngo Ndom dans les buts, Estelle Johnson et Yvonne Leuko en défense, le duo Raissa Feudjio et Jeanette Yango au milieu.

Le Cameroun a encaissé plus de buts (5) qu'il n'en a marqué (3), mais il a été plus dangereux offensivement que les résultats ne le disent, et avec plus d'adresse devant le but, notamment pour punir les équipes adverses en contre-attaque, la sélection aurait pu se faciliter la tâche. Heureusement pour elle, Ajara Nchout Njoya n'a elle pas raté sa cible lors de ce match décisif contre la Nouvelle-Zélande, et son doublé qui a propulsé le Cameroun en huitièmes de finale. Avec elle et Onguéné, l'équipe compte deux joueuses infatigables qui n'hésitent pas à provoquer les défenses adverses. Du côté de la défense, le Cameroun a montré qu'il pouvait se montrer solide malgré cinq buts encaissés. Parmi ces buts, un l'a été contre son camp, une volée manquée contre la Nouvelle-Zélande, et deux sur des situations de coups de pieds arrêtés, un domaine où il faudra être solide contre l'Angleterre.

L'avis

L'Angleterre a toutes les cartes en main pour se qualifier pour les huitièmes de finale. Le Cameroun devrait avoir des opportunités, notamment par l'intermédiaire d'Onguéné, mais ne devrait pas avoir les moyens de créer la surprise face à une équipe solide.

Dimanche 23 juin à 17h30

ANGLETERRE - CAMEROUN
Valenciennes (Stade du Hainaut)
Arbitre : Qin Liang (Chine)

Dimanche 23 Juin 2019
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :