Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - Le public américain entre ferveur et militantisme

Près de la moitié des spectateurs présents en tribune étaient à la cause américaine. Les explosions de joie lors des buts américains ont fait vibrer l'enceinte lyonnaise jusqu'au coup de sifflet final puis les revendications d'égalité ont été scandées



Le stade célèbre ses championnes (photo Eric Baledent/FOF)
Le stade célèbre ses championnes (photo Eric Baledent/FOF)
Etait-ce un signe annonciateur lorsque la présentation des équipes était terminée, les trois grands drapeaux déployés se retiraient après les hymnes, celui du trophée de la Coupe du Monde glissait du même côté que celui des Stars and Stripes. Les Américaines étaient les grandissantes favorites de cette finale et leurs supporters n'avaient pas hésité à acquérir depuis plusieurs mois les premiers sésames pour garnir les tribunes. En dehors des places alloués aux supporters des deux équipes allouées derrière les buts, la grande majorité était en faveur des USA soit plus de 20 000 personnes.

Les supporters américains remportent aussi la finale

Les Orange ont soutenu leurs protégées (photo Eric Baledent/FOF)
Les Orange ont soutenu leurs protégées (photo Eric Baledent/FOF)
Dès les hymnes nationaux, le ton était donné. Alors que les Néerlandais ont marqué de leur empreinte la compétition en sillonnant les villes hôtes avec leurs maillots orange et leur danse devenue célèbre, la dernière manche a été en faveur des Américaines. Malgré quelques chants "Holland, Holland" en début de match, les explosions de joie lorsque le penalty fut accordé, puis transformé ont été sans égal. Même en demi-finale, de la tribune, nous n'avions pas ressenti une telle vibration. L'intensité monta encore d'un cran sur l'exploit de Lavelle, la cause était entendue et le public le savait.

La bronca pour Infantino, le public US réclame l'égalité

Quelques instants après le coup de sifflet final, la cérémonie des trophées se préparait. C'est alors que le public scandait "Equal Pay ! Equal Pay". Puis lors de la descente des officiels vers la pelouse, les sifflets se sont élevés du côté du public américain. En très grande majorité à l'annonce de son nom envers le Président de la FIFA, Gianni Infantino, qui malgré ses annonces de revalorisation des sommes attribuées au football féminin ne semble pas avoir convaincu outre-Atlantique.

Megan Rapinoe veut aussi tourner la page des revendications : "Tout le monde est prêt pour que cela se concrétise, en a marre d'entendre cela. Passons à la suite, comment on soutient les fédérations, on aide les championnats dans le monde entier" s'appuyant sur l'élan donné par les audiences et la popularité de l'événement : "On a fait le show le plus incroyable. On ne peut rien faire de plus pour être les meilleures ambassadrices. Il fait passer à l'étape supérieure" concluait celle qui a été élue meilleure joueuse de la compétition.

Dimanche 7 Juillet 2019
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :