Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - Linda SEMBRANT (Suède) : « Je savais que Lindahl allait arrêter le ballon »

La défenseure suédoise, à Montpellier depuis 2014, a livré dans un français parfait ses sentiments après la victoire à l’arrachée de son équipe face au Canada (1-0). Très fière de son équipe, elle a aussi félicité sa gardienne, qui a repoussé le penalty accordée à ses adversaires en deuxième mi-temps.



(photo Eric Baledent/FOF)
(photo Eric Baledent/FOF)
Qu’est-ce que ça fait de se dire qu’on va retrouver les quarts de finale de la coupe du monde (après 2011) ?
Je suis très contente, je suis fière de notre équipe, de la façon dont on a joué aujourd’hui. En première mi-temps c’était un peu compliqué, mais lors des 45 dernières minutes on a joué beaucoup mieux, on a réussi à marquer, puis on a réussi à tenir et à ne pas prendre de but, pour ça je suis très heureuse aujourd’hui.

Comment vous expliquez ce changement de visage entre les deux mi-temps ?
On a réussi à mieux garder le ballon une fois qu’on l’avait récupéré, on a réussi à trouver plus d’espaces entre les lignes, ça nous a donné plus de temps pour jouer. Défensivement aussi on était mieux, on était un peu plus agressives sur le porteur de balle, et ça nous a permis de défendre en avançant.

Vous vous êtes appuyées sur l’une de vos plus grandes qualités, la vitesse…
Oui on a des joueuses qui vont très vite devant. On a aussi des joueuses qui lisent très bien le jeu, et qui arrivent à se trouver entre les lignes pour mettre à profit cette vitesse. C’est un mélange de tout ça.

Vous voilà désormais confrontées à l’Allemagne, un adversaire que vous connaissez bien…
C’est vrai, depuis que je suis toute jeune on a plein d’histoires entre nous ! Ca a toujours été des matches compliqués, je sens que cette fois c’est notre tour.

Sembrant aura résisté à Sinclair (photo Frédérique Grando/FOF)
Sembrant aura résisté à Sinclair (photo Frédérique Grando/FOF)
Que dire de votre gardienne, Hedvig Lindahl, qui fait l’arrêt du match ?
Elle est très forte, elle a beaucoup travaillé pour arriver au niveau où elle est aujourd’hui. Je suis contente qu’elle ait réussi à faire cette arrêt, évidemment car c’est très important pour nous, elle le mérite. J’ai senti quand le penalty a été sifflé qu’elle allait arrêter le ballon. On sait qu’elle est grande, qu’elle est explosive. Elle a choisi le bon côté, et quand elle pousse sur ses jambes elle part loin. Le penalty est bien tiré quand même, mais c’est un bon arrêt.

Vous imaginez aller jusqu’en finale ?
Bien sûr ! Si on dispute une coupe du monde et qu’on imagine pas être en finale, je ne sais pas… Il faut toujours rêver, on sait que c’est une longue route pour y arriver, mais on sait que c’est possible, on travaille tous les jours pour, je suis contente qu’on ait franchi encore une étape aujourd’hui (lundi). Lors du premier match c’est toujours très différents il y a beaucoup d’émotion, maintenant on est bien dedans, et on veut continuer à avancer parce que plus tu sors tôt et moins tu as l’impression d’avoir joué une coupe du monde.

Vous aviez déjà joué devant autant de monde en France ?
Non pas en France, c’était magnifique. Ce sont des matches comme ceux-là qui vous procurent le plus de plaisir. J’aimerais jouer dans des ambiances comme celles-ci toutes les semaines, ce n’est pas encore le cas pour l’instant. Mais on rêve d’avoir de telles ambiances, comme ça avait été le cas aux J.O de Rio où on avait joué devant 80 000 personnes, c’est ce genre de matches dont on se souvient.


Mardi 25 Juin 2019
Vincent Roussel

Dans la même rubrique :