Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - Phil NEVILLE (Angleterre) : "Je me projette déjà sur les deux années suivantes"

Philip Neville a longuement échangé en conférence de presse revenant sur la prestation de son équipe, le penalty manqué et les prochains objectifs.



Phil Neville (photo Eric Baledent)
Phil Neville (photo Eric Baledent)
Pensez-vous que vous pouviez faire mieux ce soir ?
Quand on a eu le penalty, c'était à elle de tirer. Cela fait six mois qu'on travaille, qu'on analyse tout. C'est un travail que tout le monde a fait. On a raté un penalty. On avait des taux très élevés de succès. Nikita Parris tire normalement les penalties. Elle en a raté deux, on en a parlé avec l'équipe. On a pensé que la prochaine meilleure joueuse tirerait le penalty. Ce n'était pas juste le hasard, on n'a pas juste décidé hier, c'est un travail qui a duré six mois avec des centaines et des centaines de penalties. On en marque et on en rate, c'est le football.

Est-ce que cela va être difficile de motiver l'équipe pour le match à Nice ?
Je pense qu'on aura besoin de 24 à 48h pour se remettre de cette déception. Je n'ai pas de mots qui pourrait tout effacer ce soir. On est à notre meilleur niveau mondial, si on parle de notre classement. Dans trois jours, on aura un autre match à jouer. Avant le match, c'était quelque chose que l'on ne voulait pas imaginer. Maintenant c'est notre prochain objectif. Samedi, je veux voir l'attitude, la concentration de mes joueuses et je suis sûr qu'elles ne me décevront pas comme toujours.

Gagner était la chose la plus importante. On ne peut pas trouver de consolation. Je pense que les personnes attendent de nous voir gagner les matchs. Elles voulaient gagner et j'imagine que les joueuses n'ont pas écouté quand je leur ai dit que j'étais fier d'elles. Elles veulent plus que ça, on est venu pour gagner mais on n'y est pas parvenu. Les USA ont vraiment très bien joué durant les 15 premières minutes. On était trop en retrait puisqu'on a commencé à faire les bonnes passes. Je pense que ce sont les meilleures 90 minutes que nous ayons fait.

Quel a été votre message aux joueuses ?
Je ne voulais pas voir de larmes. Je leur ai dit "Vous avez perdu mais en ayant joué de la façon dont vous vouliez jouer". Elles ont tout donné sans regret. On a perdu mais il n'y a pas de regrets. On est arrivé avec des attentes et il faudrait vraiment que l'on puisse sourire. Ce n'est pas encore fini. On devra battre la Suède ou les Pays-Bas et je pense que l'on affrontera les Pays-Bas.
Ma première pensée est comment on va jouer samedi et ma deuxième idée, c'est comme on va remporter la médaille d'Or aux JO et l'Euro 2021. Ce sont cela les prochains objectifs. Le but est de devenir les meilleurs au monde et on va continuer à travailler tant que l'on n'attendra pas cet objectif.

Vous aviez été critiqué à votre nomination. Comment vous projetez-vous ?
J'ai déjà commencé, je me projette déjà sur les deux années suivantes, c'est comme ça que je travaille. Les 18 derniers mois m'ont donné les choses que je n'avais connues dans ma carrière. Cela m'a donné beaucoup de joie. Avant le match, les filles étaient souriantes, elles ont joué comme elles devaient jouer. Elles sont sur la bonne route. On a eu des matchs difficiles contre le Pays de Galles mais je pense que tout cela nous rend meilleur. Les plus jeunes joueuses sont ici et ont encore dix à quinze ans devant elles. On a encore treize joueuses à la maison qui sont prêtes à relever le défi pour l'équipe. Il faut toujours aller de l'avant avec un rythme très élevé.

Pourquoi aviez-vous fait ces changements dans votre équipe ?
Tout d'abord, je pensais que Carly a été très forte ce soir, la façon dont elle a arrêté les ballons. Je suis très fière d'elle. Elle aurait pu jouer lors des deux derniers matchs. Quand je repense à ce match contre les USA, elle n'a eu qu'une balle durant les quinze premières minutes.
Elles avaient besoin de jouer dans cette position, exploiter la rapidité. On était trop passives au niveau de notre défense, on n'était pas assez agressives. On a eu dix minutes où j'ai eu l'impression de contrôler le match. On avait besoin de faire des passes plus courtes pour les faire bouger plus. On a réussi à jouer dans la profondeur. Le but annulé et le penalty nous ont un peu déstabilisé mais les Américaines ont mérité de gagner. Je les félicite.

Est-ce que les Américaines ont faire la différence avec plus de préparation ?
On a eu quatre ans de préparation en ce qui concerne l'Angleterre. On est arrivé deux fois en demi-finale. Je pense que l'on doit avoir cette reconnaissance. On commence à réduire cet écart. On a énormément de talent. En moins de 20 ans, on a eu la médaille de bronze. Une dizaine peut arriver en équipe première. Les Etats-Unis sont aussi très fortes au niveau mental et c'est là qu'il faut que l'on arrive à s'améliorer. Cela ne se fait pas en une nuit mais cela arrivera.

Comment pensez-vous parvenir à combler cette différence ?
Je pense que la fédération est en train de travailler sur cela. Cela prend 4 ou 5 ans. On a huit joueuses et je pense que l'on pourra les intégrer à l'Euro 2021. L’investissement et les conditions d'entrainement sont en train de s'améliorer. On a vu l'aide que l'on a eue. Je pense que cela pousse à être plus confiantes. Tout n'est pas encore reconnu mais ce sera le cas d'ici deux ou trois ans. C'est quelque chose d'excitant c'est un grand projet et notre objectif est de remporter l'Euro 2021. Si l'on arrive, je pense que l'on sera l'équipe la plus constante.

Corinne Diacre avait déclaré que jouer contre les Etats-Unis était différent des autres équipes. Êtes-vous de cet avis ?
Non je pense que c'est pareil. On s'est préparé de la même manière. Je pense que la seule différence, c'était les cinq dernières minutes. On a eu des matchs très difficiles en SheBelieves. Je pense qu'on aurait fini à 4-4 car c'était un de ces matchs très intense ou personne ne voulait rien lâcher. Je 'n'ai pas vu de grosses différences et je pense qu'il y a un grand respect des deux équipes. J'ai joué dans un club très important et a un moment des équipes ont réussi à battre Manchester United et je pense que ce sera pareil avec les Etats-Unis.

Mercredi 3 Juillet 2019
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :