Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde - Rencontre indécise entre l'ITALIE et la CHINE

Le huitième de finale entre l'Italie et la Chine s'annonce aussi ouvert que peu spectaculaire. Qui remportera la bataille tactique de ces huitièmes de finale ?



Les parcours

L'Italie est la seule équipe qui a su secouer la hiérarchie mondiale pour terminer en tête de son groupe, vingt après sa dernière participation à l'épreuve. Elle a commencé son tournoi avec une première performance, et une victoire face à l'Australie obtenue au bout du temps additionnel. Un succès confirmé lors de la deuxième journée, avec un large succès face à la Jamaïque qui lui assurait déjà la qualification pour les huitièmes de finale. Sa défaite face au Brésil pour terminer ne l'empêchait pas de terminer à la première place du groupe devant l'Australie et le Brésil à égalité de points.

Les résultats :
2-1 face à l'Australie, buts de de Barbara Bonansea (x2)
5-0 face à la Jamaïque, buts de Cristiana Girelli (x3), Aurora Galli (x2)
0-1 face au Brésil

La Chine a obtenu sa qualification lors de la dernière journée de poule en qualité de meilleur troisième, validée après avoir obtenu le match nul face à l'Espagne, un match subi de bout en bout mais sans encaisser de but. Les Roses d'Acier avaient perdu lors de la première journée face à l'Allemagne avant de gagner face à l'Afrique du Sud, deux matches remportés sur le plus petit des scores. La Chine n'a pas vraiment fait le spectacle, mais la voilà, comme il y a quatre ans, en huitièmes de finale.

Les résultats :
0-1 face à l'Allemagne
1-0 face à l'Afrique du Sud, but de Li Ying
0-0 face à l'Espagne

L'Italie, pour que la belle histoire continue

(photo FIFA.com)
(photo FIFA.com)
Le tournoi de l'Italie était réussi dès la première journée, et sa victoire en toute fin de temps additionnel face à l'Australie à la suite d'un match haché et parfois difficile à suivre. Une victoire confirmée face à la Jamaïque pour obtenir la qualification pour les huitièmes, et un dernier match perdu sans conséquence face au Brésil, l'Italie gardant la tête du groupe.

Offensivement, l'Italie a été plutôt bonne et a inscrit sept buts, tous lors des deux premières journées. Barbara Bonansea, qui amène le danger à chaque prise de balle, a inscrit le doublé de la victoire contre l'Australie, puis Cristiane Girelli (triplé) et Aurora Galli (doublé) se sont chargées de faire plier la Jamaïque. En soutien, Manuela Giugliano, qui a reculé d'un cran sur le terrain depuis les sélections de jeunes, n'a rien perdu de son activité sur le terrain et de la vision du jeu qui avait fait d'elle une des meilleures joueuses de la Coupe du monde U17 en 2014. Elle est actuellement la meilleure passeuse de l'équipe.

Défensivement, l'Italie a été solide, sans surprise. Elle a encaissé deux buts, tous les deux sur penalty face à l'Australie (converti en deux temps) et au Brésil. Laura Giuliani a réalisé de belles performances dans les buts, bien protégée par une défense disciplinée supplée par un milieu de terrain travailleur avec Valentina Cernoia, Aurora Galli et Manuela Giugliano. L'équipe est toujours au point tactiquement, comme l'a montré par exemple la défense sur Cristiane lors du dernier match de poule. Il va falloir une attaque créative et rapide pour prendre à défaut l'Italie, qui se repose sur sa discipline tactique et un onze qui évolue peu.

La Chine, pour revoir les quarts

En obtenant un match nul contre l'Espagne lors de la dernière journée, la Chine a obtenu le droit d'affronter l'Italie plutôt que les États-Unis, qui l'avait éliminée il y a quatre ans. Ceci ajoutée à la qualification consécutive au point obtenu, les Roses d'Acier, largement dominées par l'Espagne, passaient une bonne journée. Avant ce match nul et vierge, elles avaient démontré leur solidité défensive face à l'Allemagne, mais également des difficultés à faire la différence en attaque, avec notamment de la maladresse, pas aidées par les performances décevantes de Wang Shuang en ce début de compétition.

Défensivement, la Chine a été très solide. Elle n'a encaissé qu'un but en trois rencontres, face à l'Allemagne, but sur lequel une charge d'Alex Popp sur Wang Shanshan aurait pu être sifflée. Elle a ensuite souffert face à l'Espagne, mais n'a pas craqué, en partie grâce à la performance de Peng Shimeng dans les buts en seconde période. Difficile donc de marquer face à la Chine, qui veut retrouver son lustre d'antan. Solide défensivement, la Chine ne connait pas la même réussite de l'autre côté du terrain, où elle n'a inscrit qu'un but, contre l'Afrique du Sud. Elle n'est pas parvenu à prendre à défaut les défenses allemande et espagnole, pas faute d'opportunités face à la Mannschaft. Il lui faudra se montrer beaucoup plus adroite devant les buts italiens si elle veut espérer se qualifier sans avoir à passer par la séance de tirs au but.

L'avis

Entre deux équipes disciplinées tactiquement et solides défensivement, la rencontre s'annonce à la fois fermée et ouverte. Fermée dans le jeu, ouverte quand à la décision finale. L'Italie a marqué beaucoup plus que la Chine, mais elle n'a pas eu affaire à une défense aussi solide lors de ses trois matches de poule. Les Roses d'Acier devront elles savoir profiter des opportunités qui leur seront offertes en attaque.

Mardi 25 Juin 2019
Charlotte Vincelot

Dans la même rubrique :