Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du Monde U20 - Qui marquera l'histoire ?

La Coupe du monde U20 va prendre fin ce lundi avec les deux derniers matchs. Le Brésil et les Pays-Bas se disputeront la dernière marche du podium, l'Espagne et le Japon ont tous les deux l'opportunité de marquer l'histoire de la compétition.



Une première ou le deux à la suite ?

Espagne-Japon, Japon-Espagne : cette affiche est en train de s'imposer comme inévitable dans les derniers tous des tournois de jeunes. En 2018, les deux équipes avaient remporté un titre chacune, en U17 pour l'Espagne dans un tournoi qu'avaient disputé plusieurs titulaires attendues de la finale de ce tournoi costaricien (Ana Tejada et Salma Paralluelo pour l'Espagne, Shu Ohba, Ibuki Nagae et Yuzuki Yamamoto pour le Japon). En U20 pour le Japon, face à l'Espagne déjà. C'est d'ailleurs la deuxième fois que deux équipes se retrouvent en finale (après l'Allemagne et le Nigeria en 2010 et 2014), la première fois que deux équipes se disputent le titre lors de deux éditions consécutives.

Il y a quatre ans, l'Espagne et le Japon avait disputé leur première finale, et le Japon était devenue la quatrième équipe après les États-Unis, l'Allemagne et la Corée du Nord a être titrée en U20. L'Espagne aura donc l'opportunité de devenir la cinquième ce lundi, le deuxième pays européen après l'Allemagne à y parvenir. En cas de défaite, la Roja deviendrait la deuxième équipe à perdre deux finales consécutives (après la Chine en 2004 et 2006), la troisième à perdre deux finales (avec le Nigeria en 2010 et 2014). Le Japon peut lui devenir le premier pays à conserver son titre. Troisième tenant du titre après la Corée du Nord (2008) et l'Allemagne (2012) à atteindre la finale de l'édition suivante, il peut donc marquer l'histoire.

(photo DR)
(photo DR)
Il y a deux ans, le Japon avait été supérieur et sa victoire ne souffrait aucune contestation. Cette fois-ci, la finale s'annonce ouverte. Après des phases de poules gérées, l'Espagne et le Japon ont connu plus de difficultés à atteindre la finale : la première a gagné d'un but face au Mexique (1-0) puis aux Pays-Bas (2-1). Le second a été poussé jusqu'aux tirs au but face à la France (3-3, 5-3 tab) avant de disposer du Brésil (2-1). L'expérience, la fraîcheur et l'efficacité feront la différence ce lundi... et peut-être dans deux ans. En effet, la majeure partie du secteur défensif espagnol (Silvia Lloris, Andrea Medina, Esther Laborde, Txell Font) et une partie du milieu et de l'attaque japonaise (Aemu Oyama, Maika Hamano, Aoba Fujino, Suzu Amano, Maya Hijikata, Manaka Matshuboko) sont nées en 2004 et pourraient être les leaders des deux équipes dans deux ans.

La meilleure joueuse et la meilleure buteuse de tournoi se trouvent parmi les joueuses qui fouleront la pelouse ce lundi. Le Soulier d'Or est d'ores et déjà officieusement attribué puisque l'Espagnole Inma Gabarro a inscrit sept buts avant la finale (dont les trois buts espagnols de la phase finale), trois de plus que Maika Hamano, sa plus proche poursuivante, et quatre de plus que Yamamoto. L'Espagnole réussira-t-elle le doublé, comme sa compatriote Patri Guijarro en 2018 ? Lors de six des neuf précédentes éditions, une même joueuse a raflé Ballon d'Or et Soulier d'Or, ce n'est donc pas impensable, d'autant plus que comme souvent, il y a plusieurs candidates parmi les Nadeshiko (Hamano et Yamamoto en tête). La course est ouverte également pour le titre de meilleure gardienne même si Shu Ohba semble partir avec de l'avance malgré les trois buts encaissés en quarts de finale. Rendez-vous ce lundi pour obtenir toutes les réponses.

Pour la médaille de bronze

Le Brésil a déjà terminé troisième de la Coupe du monde U20, c'était il y a seize ans, en 2006 face aux Etats-Unis. Une éternité donc, dans l'histoire du tournoi Les Pays-Bas obtiendront quoi qu'il arrive leur meilleur résultat pour leur deuxième participation à la compétition. Le Brésil (ainsi que le Japon) a agrandi la liste des équipes qui ont atteint le dernier carré à au moins quatre reprises (après l'Allemagne, les Etats-Unis, la Corée du Nord et la France), la seule à ne jamais avoir atteint la finale. Les Pays-Bas sont devenus la treizième équipe à avoir atteint le stade des demi-finales, la cinquième nation européenne, confédération la plus représentée devant l'Asie (quatre équipes ont atteint les demi-finales).

Entre deux équipes portées sur l'offensive, la rencontre s'annonce agréable. Une domination brésilienne est attendue, mais l'équipe n'a pas toujours su la faire fructifier, en particulier contre le Japon en demi-finale, encaissant le but de l'élimination à quelques minutes de la fin de la rencontre après avoir très nettement dominé la seconde période. Les Pays-Bas ne partiront pas favoris, comme à chaque match depuis le début de la compétition à l'exception de la troisième journée de poule contre le Ghana. Cependant, le Brésil sait qu'il ne faudra pas lui laisser la moindre opportunité et que son jeu offensif pourra être puni par des contre-attaques rapides et souvent dangereuses, comme les inspirations hors de la surface de plusieurs joueuses néerlandaises. Le Brésil est attendu sur la troisième marche du podium, mais il faudra avoir digéré l'élimination lors des demi-finales, et il ne serait pas outrageusement surprenant de voir les Pays-Bas réaliser une nouvelle surprise.

Finale
ESPAGNE - JAPON : lundi 4h00 (Canal+ Sport)

b[Match pour la médaille de bronze)
BRÉSIL - PAYS-BAS : lundi 0h30 (Canal+ Sport)

Dimanche 28 Août 2022
Charlotte Vincelot

Dans la même rubrique :