Footofeminin.fr : le football au féminin

Coupe du monde : le Japon seul représentant du continent asiatique

Le Japon sera le seul représentant asiatique après l'élimination de la Corée du Nord, et alors que l'Australie du continent océanien mais rattachée à la confédération asiatique a mis la Chine hors course dès les qualifications.



Les Japonaises joueront l'Allemagne en quart (photo : Eric Baledent)
Les Japonaises joueront l'Allemagne en quart (photo : Eric Baledent)
Si les bastions les plus célèbres du football féminin restent assurément l'Amérique du Nord, la Scandinavie, l'Allemagne et, dans une moindre mesure, le Brésil, l'Asie est en pleine évolution après le déclin de la Chine. Le Japon s'est ainsi qualifié pour les quarts de finale dès le deuxième match ainsi que l'Australie, dont la fédération est récemment rattachée à la Confédération asiatique afin d'avoir de meilleures oppositions. Quant à la Corée du Nord très rajeunie, elle aura résisté honorablement dans le groupe de la mort face aux prestigieuses adversaires américaines et suédoises. Le football féminin nord-coréen semble malgré tout promis à un bel avenir, puisque la sélection des moins de 20 ans est championne du monde 2006, exploit réédité par la génération des moins de 17 ans en 2008. Leurs homologues du sud ne sont d'ailleurs pas en reste, puisque la Corée du Sud a l'an dernier gagné la Coupe du monde des moins de 17 ans. La Chine, demi-finaliste en 1995 et finaliste en 1999 de la Coupe du monde, manquait là son premier Mondial.

Tous ces bons résultats ne sont évidemment pas le fruit du hasard et constituent une occasion idéale pour faire un petit retour sur le rôle historique joué par l'Asie dans le football féminin. Tout part des années 1960 où des femmes issues des couches supérieures de Hong-Kong, Malaisie, Singapour et Taiwan s'approprient la chose footballistique. Il ne s'agit que d'initiatives ponctuelles, par des femmes exceptionnellement émancipées, essentiellement des épouses ou des filles issues des classes aisées, qui créeront en 1968 l'Asian Ladies Football Confederation (ALFC). Sa Présidente à cette époque était d'ailleurs l'épouse du chef du gouvernement de la Malaisie. Compte tenu de la faible culture foot dans ces pays, il n'y a pas d'opposition particulière de la gente masculine, qui ne se préoccupe guère de corners, penalties ou ailes de pigeon !

Les initiatives de ces femmes asiatiques avant-gardistes et passionnées de football s'intensifieront dans les années 1970, notamment sous la houlette de la nouvelle Présidente Veronica Chiu, femme d'affaires originaire de Hong-Kong, et d'une vice-présidente épouse du Président de la Malaisie (décidément !). Aussi d'autres pays (Japon, Philippines...) joignent-ils l'ALFC, des matchs de gala sont organisés, une coupe d'Asie des nations est mise sur pied (40 000 spectateurs assisteront à la victoire de Taiwan en finale en 1977), une sélection asiatique (l'Asian All Star Team) se produit en 1976 sur notre continent pour affronter les Européennes, des tournois internationaux prestigieux sont organisés...

Même si le football féminin n'est pas né en Asie, et même si on n'assiste pas à une explosion de la pratique du football chez les jeunes filles asiatiques dans les années 1960 et 1970, l'Extrême-Orient aura apporté une bouffée d'oxygène salutaire, jouant parmi d'autres le rôle de catalyseur au niveau international. Quant aux pays communistes de la région que sont la Chine et la Corée du nord, la pratique du foot féminin s'y développera vraiment à partir des années 1980. C'est dans ce contexte que la première Coupe du monde de foot féminin officielle organisée par la FIFA se déroulera en Asie.
C'était en Chine, en 1991.

Olivier Corbobesse

Jeudi 7 Juillet 2011
Olivier Corbobesse

Dans la même rubrique :