Footofeminin.fr : le football au féminin

Elisabeth Loisel : « On a senti que rien ne pouvait leur arriver »

Chef de délégation pour la FIFA à Francfort pour cette Coupe du monde, l'ancienne sélectionneure française (1997-2007) se trouvait dans l'hôtel des Bleues à Bochum juste après l'officialisation de la qualification pour les quarts de finale. Interview à chaud.



(photo: Sébastien Duret)
(photo: Sébastien Duret)
Elisabeth Loisel, quel est votre sentiment après la qualification historique de la France pour les quarts de finale ?
Je suis très contente pour les joueuses, j'en 'ai d'ailleurs eu certaines sous mes ordres lors de mes dix années passées avec la sélection. Je suis aussi très heureuse pour le foot féminin français. C'est le résultat d'un travail de tout un monde au féminin que ce soit le boulot accompli avant par les uns et les autres ou bien les moyens donnés par la Fédération pour que les Bleues deviennent une vraie locomotive. Depuis deux ans, il y a une grosse campagne promotionnelle qui a été mise en place autour de joueuses qui ont davantage de moyens pour bien s'entraîner. On regardait le onze de départ avec Bernadette Constantin dans la tribune et en dehors de Soub (Soubeyrand), elles sont presque toutes dans des situations de joueuses pro. Elles bénéficient de meilleures conditions de récupération et d'un accompagnement qui les libèrent de toutes préoccupations majeures. Tous ces éléments réunis font que c'est une belle réussite.

Et en plus, elles mettent quatre buts au Canada sixième nation mondiale.
C'était inespéré pour tout le monde. J'avais vu le match Canada – Allemagne et j'avais dit à quelques joueuses, que j'ai croisé le matin à l'hôtel, que je n'avais pas été impressionnée par le Canada. Le score ne reflétait pas la différence entre les deux équipes. Si l'Allemagne avait été en réussite, il y aurait pu y avoir 4 ou 5-0. Ce sont les deux meilleures équipes du groupe qui se sont qualifiées aujourd'hui.

« Ne pas partir dans une euphorie de qualification »

Elisabeth Loisel : « On a senti que rien ne pouvait leur arriver »
Les filles ont fait le match parfait ?
Il n'y a jamais de match parfait même si c'est une rencontre qui se rapproche de ce qu'on peut attendre du haut niveau féminin aujourd'hui. Il y a encore quelques imperfections mais je me garderais bien de les citer (rires). Bruno et les joueuses sauront tirer les enseignements de cette rencontre. Malgré tout, c'est un match où l'on a senti que rien ne pouvait leur arriver avec pratiquement 100% de réussite offensive. Il y a des jours comme ça où tout brille. Il faut savoir en profiter. Maintenant, il y a un beau match contre l'Allemagne où elles auront l'opportunité de jouer la première ou la deuxième place sans grosse pression sur les épaules. Et je n'ai jamais connu meilleure équipe de France lorsqu'elle jouait l'esprit libéré. Je ne serais pas surprise qu'elles accrochent l'Allemagne.

Jusqu'où peuvent-elles aller ?
C'est difficile de faire des pronostics. Quand on voit les résultats, on s'aperçoit que tous les pays ont beaucoup travaillé et se sont bien préparés. J'ai vu plusieurs matches, j'ai d'ailleurs été impressionnée par le rythme qu'a imposé l'Australie face au Brésil. Compte tenu de la maturité qu'a acquis l'équipe de France, les joueuses ont en majorité à peu près 26 ou 27 ans, c'est le bon moment pour bien faire même si quand on rentre en quart de finale, on n'a pas le droit de se louper.

Ce succès peut être un nouveau déclic ?
Elles vont avoir pris confiance en elles mais attention : il ne faut pas partir dans une euphorie de qualification. Il y a beaucoup de médias qui vont se pointer, les solliciter encore plus. Le résultat d'aujourd'hui va aussi être un déclic en ce sens. Alors prudence et qu'elles restent concentrées sur leur sujet.

Un pronostic pour France – Allemagne ?
Je miserais bien sur une victoire de la France par un but d'écart avec un but de loin d'Elise Bussaglia.

Thibault Simonnet, à Bochum

Vendredi 1 Juillet 2011
Thibault Simonnet

Dans la même rubrique :