Footofeminin.fr : le football au féminin

Euro 2022 - Groupe C - Repêché, le PORTUGAL sans pression

Invité de dernière minute de l’EURO 2022, le Portugal va participer à sa deuxième phase finale consécutive, avec l’objectif de continuer sa progression.



Son parcours de qualification

Longtemps au coude à coude avec la Finlande et l’Écosse durant toutes les qualifications, le Portugal a fini par glisser dans la dernière ligne droite. Après avoir concédé un nul frustrant à l’aller face aux Scandinaves avec une égalisation à la 90e minute, les Portugaises ont vu leur rêve de première place s’envoler à la 90+3e lors du duel retour face aux Finlandaises en février 2021 (0-1).
Une incapacité à concrétiser qui continuera lors des barrages, la Russie prenant le meilleur sur la Seleção grâce à un but gag encaissé à domicile lors du match aller (0-1 cumulé). Le Portugal ne doit sa présence qu’à la disqualification des Russes à la suite des évènements en Ukraine.

Groupe E : 2e
Matchs : 8
Victoires : 6
Match nul : 1
Défaite : 1
Buts inscrits : 10
Buts encaissés : 2

Les résultats

L'équipe

Nation assez jeune par rapport au football féminin européen, le Portugal a émergé aux yeux de l’Europe à la suite de sa qualification surprise en 2017, renversant notamment une Finlande bien plus expérimentée dans la dernière ligne droite pour s’inviter parmi le gratin européen.

Longtemps habitué à évoluer plutôt en 4-4-2, le Portugal s’est positionné ces derniers mois en 4-3-3, profitant notamment du talent et de l’expérience de Jessica Silva et Ana Borges sur les côtés, les deux joueuses ayant connu des clubs réputés en Europe (Lyon pour la première, Chelsea pour la seconde). Deux joueuses en électron libre devant autour d’une attaquante plus fixe, Diana Silva ayant endossé ce rôle dans la foulée de Caroline Mendes, et devant un milieu relativement stable depuis 2017 avec Dolores Silva/Tatiana Pinto/Andreia Jacinto. Andreia Norton est également fréquemment en balance avec Pinto, selon l’animation voulue par Francisco Neto.
Depuis 2017, la Seleção a également vu sa gardienne être mise en concurrence, Inês Pereira ayant peu à peu pris le pas sur Patricia Morais. De son côté, la capitaine emblématique de ces dernières années, Claudia Neto, a pris sa retraite de la sélection en septembre dernier.

En s’appuyant avant tout sur une certaine solidité défensive (seulement 3 buts encaissés en 10 matches de qualifications pour l’EURO 2022), le Portugal se montre toutefois bien timide devant malgré les profils intéressants à sa disposition. Un manque d’efficacité parfois et la contrepartie d’un système et d’une animation parfois jugée trop prudente ou trop défensive de la part de Neto. La balance entre équipe de transition et de possession est en effet parfois dure à trouver encore pour les Portugaises sur certains matchs.
Photo officielle pour le Portugal (photo FPF)
Photo officielle pour le Portugal (photo FPF)

Le sélectionneur

Arrivé à tout juste 32 ans à la tête du Portugal après le départ d’António Violante en février 2014, Francisco Neto a su marcher dans les pas de son prédécesseur pour continuer à faire progresser l’équipe. Premier sélectionneur à qualifier la Seleção pour un tournoi majeur en 2017, il s’appuie sur un même socle de joueuses depuis des années, au risque de se montrer souvent assez conservateur dans ses choix. Sa méthode semble toutefois toucher ses limites ces dernières années et un double échec à l’EURO et lors du match décisif de septembre prochain en Serbie dans la course à la qualification pour le Mondial 2023 pourrait potentiellement lui être fatal.

La joueuse clé

Francisca Nazareth
Elle est l’un des espoirs montants du football portugais. Celle qui est souvent surnommée Kika dans le monde du football a franchi les paliers plus vite que tout le monde : deux titres de championne du Portugal avec Benfica et plusieurs apparitions en Ligue des Championnes à tout juste 19 ans.
Lancée en sélection en mars 2020 à tout juste 17 ans, l’attaquante s’est offerte le 22 juin dernier ses premiers buts avec le Portugal, marquant un doublé face à la Grèce. Joueuse de rotation pour le moment, elle est amenée à être l’un des futurs fers de lance de la Seleção, elle qui est pour l’anecdote la première joueuse à avoir comme agent un certain Jorge Mendes. L’EURO pourrait potentiellement lui servir de moment clé pour se révéler au monde entier.

Le pronostic

Présent en dernière minute et amené à évoluer face à des sélections favorites telles que les Pays-Bas ou la Suède, le Portugal ne peut que difficilement envisager d’aller plus loin que la phase de groupes.
Reste à voir si les joueuses de Francisco Neto peuvent rééditer leur bonne performance de 2017, où elles avaient été proches de faire trébucher l’Angleterre, déjà favori à l’époque, lors du dernier match après avoir battu l’Ecosse. Le Portugal avait même été virtuellement qualifié en quart de finale durant de longues minutes ce soir-là.

La déclaration

Inês Pereira : « Nous ne sommes pas encore au top, mais nous allons essayer d'arriver à l'Europe dans la meilleure forme possible. Lors de la première participation du Portugal en 2017, je regardais à la maison et je rêvais de ma convocation. J'ai travaillé dur pour que ce moment arrive et maintenant je suis l'une des heureuses appelées. Nous avons eu trois matchs de préparation, dans lesquels toutes les joueuses ont pu jouer et où le Portugal a su montrer de la qualité. Je pense que nous serons très heureuses en Angleterre. »

Le fait

La FPF veut accélérer
Début mai, la fédération portugaise de football a présenté son nouveau plan de développement « Futebol 2030 ». Au sein de ce dernier, plusieurs objectifs notamment pour le football féminin au sein du pays dont deux principaux : faire du championnat national, la Liga BPI, le 6e européen d’ici huit ans (17e aujourd’hui) et faire entrer la sélection nationale dans le top 20 mondial (29e aujourd’hui).
Des points ambitieux, tout comme la volonté de multiplier par six le nombre de licenciées pour atteindre le cap des 75 000 ou encore d’augmenter l’audience de son championnat, avec un objectif de 115 000 téléspectateurs moyens d’ici 2030. Lors de son dernier plan de ce type en 2015, la FPF avait rempli une grande partie de ses objectifs, dont celui de participer à sa première grande compétition internationale comme ce fut le cas en 2017. Mais il avait déjà échoué à atteindre le top 20 des sélections mondiales d’ici 2020, repoussant donc une nouvelle fois l’objectif à 2030.

Le chiffre : 10

Le Portugal n’a marqué que 10 buts lors des qualifications pour l’EURO 2022, plus faible total parmi les nations qualifiées. Les Portugaises sont également les seules à n’avoir aucune joueuse à plus de 3 buts durant ces qualifications pour l’EURO parmi les équipes présentes sur la phase finale en 2022 (Ana Capeta meilleure buteuse à 3 buts).

La préparation

Le Portugal a alterné le bon et le moins bon durant sa préparation avant l’EURO. Intéressant dans le jeu déployé lors de son premier match face à la Grèce (4-0), il a vu son inefficacité refaire surface trois jours plus tard face au même adversaire malgré un XI de départ remanié (1-0, unique but marqué sur penalty). Son dernier duel face à l’Australie a toutefois rassuré sur sa solidité défensive, parvenant à contenir les Matildas et échouant à gagner seulement… à cause d’un manque de précision à nouveau (1-1).

>> Les résultats des matchs de préparation

Le calendrier

Portugal v Suisse le 9 juillet à 18h00
Pays-Bas v Portugal le 13 juillet à 21h00
Suède v Portugal le 17 juillet à 18h00

Les joueuses

G : 1-Inês Pereira (FC Servette Chênois, SUI, 28/0), 12-Patrícia Morais (SC Braga, 75/0), 22-Rute Costa (SL Benfica, 6/0)

D : 3-Alicia Correia (Spoting CP, 9/0), 15-Carole Costa (SL Benfica, 141/15), 2-Catarina Amado (SL Benfica, 16/0), 19-Diana Gomes (SC Braga, 21/3), 5-Joana Marchão (Sporting CP, 27/0), 17-Lúcia Alves (SL Benfica, 4/0), 4-Sílvia Rebelo (SL Benfica, 117/1)

M : 8-Andreia Norton (SL Benfica, 61/4), 6-Suzane Pires (Ferroviária, BRE, 26/0), 21-Andreia Faria (SL Benfica, 15/0), 14-Dolores Silva (SC Braga, 135/15), 13-Fátima Pinto (Sporting CP, 68/2), 20-Francisca 'Kika' Nazareth (SL Benfica, 15/2), 11-Tatiana Pinto (Levante UD, ESP, 86/2), 7-Vanessa Marques (SC Braga, 82/10)

A : 9-Ana Borges (Sporting CP, 143/11), 18-Carolina Mendes (SC Braga, 106/23), 16-Diana Silva (Sporting CP, 80/17), 10-Jéssica Silva (SL Benfica, 88/10), 23-Telma Encarnação (CS Marítimo, 14/3)

Absences majeures : Andreia Jacinto (blessée, présente dans la liste initiale, remplacée par Suzane Pires), Mónica Mendes

Participations à l'Euro

Participation : 1
Meilleur résultat : Phase de groupe (2017)
Pire résultat : Phase de groupe (2017)
Dernière participation : 2017 (Phase de groupe)

Mardi 5 Juillet 2022
Daniel Marques

Dans la même rubrique :