Footofeminin.fr : le football au féminin

L'avant match avec Noël Le Graët, Jean-Michel Aulas et Lilian Thuram

Jean-Michel Aulas et Noël Le Graët sont arrivés à l'Hôtel des Bleues vers 15h00. Lilian Thuram était, lui, présent depuis ce matin pour soutenir les Bleues. Réactions.



L'avant match avec Noël Le Graët, Jean-Michel Aulas et Lilian Thuram
Lilian Thuram : «  Je pense à toutes ces personnes qui ont été des pionnières »
« Je parle souvent de Laura (Georges) mais je connais bien d'autres filles aussi. Les rendez-vous de l'équipe de France se sont passés à Clairefontaine et j'ai eu l'occasion de les rencontrer. Je suis très content de les voir grandir et qu'elles soient aujourd'hui en demi-finale. Je pense à toutes ces personnes qui ont été des pionnières comme Marilou (ndlr : Duringer-Eckert, la chef de délégation) qui se bat au conseil fédéral pour le foot féminin. Je pense aussi aux gens de Clairefontaine car énormément de filles sont passées par là et ça prouve le bon travail de formation qui a été fait surtout quand on regarde le faible nombre de licenciés. J'espère qu'on va assister à un très beau match et que les filles l'emporteront. »

Noël Le Graët : « Un réel plaisir »
« Les regarder jouer c'est un réel plaisir. Les journaux font des unes, la radio est là, la télé aussi. Ça montre que c'est un événement important surtout avec la qualité du jeu et l'enthousiasme que nous propose cette équipe. Elles jouent ensemble depuis pas mal de temps, c'est un groupe qui progresse, les résultats sont constants, ce n'est pas un phénomène nouveau. Contre l'Allemagne même si elles ont perdu, elles ont eu la force de revenir, elles ne sont jamais battues et elles jouent bien. C'est agréable. J'ai assisté à certains matches de Saint-Brieuc mais là on est sur du haut niveau. On a une équipe très complémentaire. Les primes ? On verra ça quand tout sera terminé. »

Jean-Michel Aulas : « Presque une finale aujourd'hui »

«On est là parce qu'on y croit. Le foot féminin est en train se se développer de manière incroyable. On l'avait peut-être senti il y a déjà quelques années. On a eu jusqu'à cinq joueuses américaines à Lyon donc on connaît bien cette équipe. L'équipe de France, c'est un peu notre ADN, sans être prétentieux. Bruno Bini était avec nous à la finale de la coupe d'Europe, on est là pour la demi et on sera là pour la finale évidemment. Ça fait partie des belles choses que le foot français peut apporter à ses supporters, il y a du souffle de la spontanéité de la technique et de la réussite aussi. Je sens que cette équipe de France peut passer mêem si ce sera très dur car l'équipe américaine est la meilleure du tournoi maintenant. C'est presque une finale aujourd'hui. Si la France retrouvait la Suède, on aurait nos douze filles en finale de la Coupe du monde, ce serait mieux que le Barça chez les garçons. »

Mercredi 13 Juillet 2011
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :