Footofeminin.fr : le football au féminin

La chronique de Laetitia au Mondial - Shirley CRUZ : « J'espère qu'elles vont aller loin »

En France depuis 2006, la milieu de terrain costaricienne actuellement au PSG connait bien les Françaises. Après son premier match en coupe du monde face à l'Espagne, elle livre ses impressions et encourage les bleues qu'elle voit parmi les favoris.



Seule Costaricienne à évoluer en Europe, Shirley Cruz est la capitaine de l'équipe nationale. Photo fifa.com
Seule Costaricienne à évoluer en Europe, Shirley Cruz est la capitaine de l'équipe nationale. Photo fifa.com
Vous avez joué à l'Olympique Lyonnais puis au PSG, vous connaissez bien les Françaises, que pensez-vous de l'équipe de France ?
Pour moi c'est une équipe qui fait partie des favoris. J'espère qu'elles vont aller loin parce qu'à chaque fois elles finissent quatrièmes. Quatrièmes, ça veut rien dire, mais j'espère que cette année ça sera la bonne pour l'équipe de France.

Contre le Costa Rica en finale ?
J'espère ! Dans le football rien n'est écrit. Et ici on est en train d'écrire l'histoire du foot féminin au Costa Rica.

C'est la première participation du Costa Rica en coupe du monde, comment avez-vous vécu ce premier match ?
C'est une très bonne expérience, on a fait match nul, donc un point, c'est important. L'équipe a bien réagi, on a réussi à vite égaliser donc pour le moment on est contente d'avoir ce point mais il reste deux matches.


"On est une famille"

En tant que capitaine, est-ce que vous avez un peu plus de pression ? Comment avez-vous vécu la rencontre plus personnellement ?
Non. Après la saison à Paris, c'était dur de revenir physiquement, je suis en train de travailler. C'était mon premier match de 90 minutes. Je commence à souffler un petit peu plus. J'espère que pour le match prochain je me sentirai un peu mieux.

On a vu une équipe du Costa Rica très soudée, on vous voyait souvent en cercle toutes ensemble, qu'est-ce que vous vous dites dans ces moments là ?
On est une famille, si on s'est qualifié c'est parce qu'on est une famille. On sait que parfois les choses ne vont pas bien se passer, à ce moment là il faut se serrer les coudes et continuer vers l'avant. C'est ce qu'on se dit : on est venu là, on doit s'amuser et tout ce qui compte c'est qu'on a marqué l'histoire du Costa Rica parce qu'on a gagné un point. On peut continuer, ce point là peut nous aider.

À Montréal, Laetitia Béraud

LIRE AUSSI SUR FOOTOFEMININ....


Mercredi 10 Juin 2015

Dans la même rubrique :