Footofeminin.fr : le football au féminin

Tournois amicaux : Ce qu'il faut retenir de la semaine

Comme toujours en cette première semaine de mars, il est impossible de tirer des conclusions à partir des résultats des divers tournois. Les équipes viennent disputer ces tournois amicaux avec des objectifs différents, dans des états de forme divers, et le résultat est souvent moins important que de tester des compositions, des systèmes, des nouvelles joueuses. Les prestations proposées peuvent donc grandement varier d'une rencontre à l'autre, et il faut mettre les résultats en perspective selon les équipes. Il n'est cependant pas surprenant de retrouver en finale de ces tournois amicaux des équipes telle que les Pays-Bas, la Suède, l'Italie ou l'Espagne...



Les équipes

Le Portugal : En vingt-quatre éditions de « son » tournoi, le pays-hôte n'avait jamais fait mieux qu'une huitième place, en 2009. Mais, alors que le tournoi de l'Algarve fêtait cette année ses 25 ans, le Portugal a réalisé le meilleur tournoi de son histoire, en terminant sur le podium après une victoire sur l'Australie en match de classement. Au-delà du résultat en lui-même, il faut souligner que c'est avec la manière que Francisco Neto et ses joueuses ont réussi cette performance, l'équipe se montrant à son avantage à chaque match. De quoi relancer le Portugal dans la course à la qualification pour la Coupe du monde, avec un match important en Belgique le 6 avril ?

L'Espagne : Deux corners ont permis à l'Espagne de remporter son deuxième tournoi en deux ans, après l'Algarve l'année passée. À Chypre, à l'exception de son match face à la Belgique (0-0), l'équipe s'est imposée 2-0 lors de ses trois autres rencontres, avec sérieux, et donc face à l'Italie en finale. Jorge Vilda continue d'intégrer les jeunes talents du pays, Patri Guijarro en tête. La jeune milieu de terrain, la deuxième buteuse de la finale, sera un élément-clé de l'équipe qui tentera d'accrocher un premier titre mondial cet été lors de la Coupe du monde des moins de 20 ans aux côtés de Lucia Garcia ou encore Aitana Bonmati, également présentes à Chypre. Le tournoi n'a pas permis d'apprendre quoi que ce soit à propos de la sélection, performante en amical, mais qui doit désormais faire ses preuves lors d'une grande compétition.

La France B : Certes, le tournoi d'Alanya était le moins relevé de tous, mais la France B l'a disputé avec sérieux, et l'a remporté en battant en finale le Mexique, la nation la plus cotée du tournoi, et surtout, la seule qui devrait disputer la prochaine Coupe du monde, en théorie. Si les trois premières rencontres ne pouvaient pas donner une idée précise du niveau de cette équipe, la finale a montré qu'elle avait du répondant. Dans l'optique de l'équipe de France A, certaines joueuses ont marqué des points, et devraient être rappelées.

Les équipes asiatiques

À moins d'un mois désormais du début de la Coupe d'Asie qualificative pour la Coupe du monde, cinq nations asiatiques disputaient un tournoi, mais seules quatre d'entre elles (qui évoluaient dans l'Algarve) se disputeront la qualification. Les résultats furent divers, et aucune équipe n'a su tirer son épingle du jeu, à l'exception de la Corée du Nord, la seule déjà hors-jeu. L'Australie -dont les joueuses semblent avoir particulièrement souffert du temps- a échoué à la quatrième place du tournoi sans parvenir à battre le Portugal, affronté à deux reprises. Le Japon a échoué à la sixième place du même tournoi, avec des défaites face aux Pays-Bas et au Canada, et doit encore progresser. La Chine a évité de peu le zéro pointé, en étant mené dans le match par la Russie des plus mal classés, mais a su réagir en seconde période pour accrocher la victoire. La Corée du Sud enfin, qui n'a pas été au bout de son match de classement, retiendra en particulier son match nul face à la Suède sans avoir encaissé de but.

La joueuse

Christine Sinclair : Le Canada de Kenneth-Heiner-Møller n'a pas particulièrement brillé,, même s'il a bien terminé son tournoi en dominant le Japon, mais sa capitaine, bientôt 35 ans, continue à écrire sa légende. Toujours au top, elle a inscrit trois buts dans le tournoi, et s'est approchée encore un peu plus du record de buts marqués en sélection de l'États-Unienne Abby Wambach (184), dont elle n'est plus qu'à douze unités (172). Elle ne battra pas le record de sélections de Kristine Lilly (354), mais elle pourrait devenir la troisième joueuse à atteindre la barre des 300 (266 actuellement) si elle continue l'aventure après la Coupe du monde. Elle devrait en tout cas terminer sa carrière dans le top 3, puisque Mia Hamm compte 276 sélections. Attention toutefois à Carli Lloyd, 16 sélections de moins. Mention spéciale également à sa compatriote Jessie Fleming, qui fêtera ses 20 ans dans trois jours, mais compte déjà 51 sélections, un temps de passage plus elevé que Sinclair ou Lilly.

Pas de vainqueur à l'Algarve

Cette année, la finale n'aura pas été disputée au tournoi de l'Algarve, la faute au temps, à la pluie et au vent, très présents pendant la semaine, qui auront rendu la pelouse impraticable. L'organisation du tournoi a donc décidé de déclarer vainqueur les Pays-Bas et la Suède, les deux finalistes. On peut regretter une finale qui aurait pu proposer du spectacle, les deux équipes étant portées vers l'avant. Entre les Pays-Bas en réussite, quelles que soient les joueuses sur le terrain, et la Suède, dont le nouveau sélectionneur essaie de mettre en avant son gros potentiel offensif, l'affiche était prometteuse. Du coup, les joueuses néerlandaises en ont profité pour faire quelques glissades dans la bonne humeur... Le match pour la septième place entre la Corée du Sud et la Norvège a lui été stoppé à la pause pour les mêmes raisons, les deux équipes ayant match gagné.

La diffusion des matches

En cette semaine comme toujours très chargée, près de 150 rencontres ont eu lieu en quatre tournois seniors (auxquels il faut ajouter les rencontres amicales). Dans l'ensemble, le bilan est bon puisque les rencontres de la SheBelieves Cup et de la Cyprus Cup ont toutes été diffusées.

En Turquie, après des difficultés techniques, des rencontres ont été diffusées sur Youtube (trois matches sur quatre de l'équipe de France B à disposition). Le point négatif se trouve du côté de l'Algarve, le tournoi pourtant le plus prestigieux, qui fêtait son 25e anniversaire. Quelques pays ont joué le jeu, et permis le visionnage des rencontres de leur sélection. Mais cette offre, déjà limitée, l'était encore plus avec les restrictions géographiques de certaines diffusions.

Si vous vouliez regarder les différents tournois de jeunes à La Manga, impossible. Et si vous pensiez voir l'équipe de France des moins de 20 ans disputer deux rencontres amicales face aux États-Unis à quelques mois d'une Coupe du monde organisée en Bretagne, vous n'avez été qu'à moitié servi. En résumé, il y a des progrès, mais le développement du football féminin passe également par sa diffusion, et à ce niveau, il y a encore des efforts à fournir.

Samedi 10 Mars 2018
Charlotte Vincelot

Dans la même rubrique :