Footofeminin.fr : le football au féminin

#WEURO2017 - Tous contre l'ALLEMAGNE

L'Euro 2017 a débuté ce dimanche aux Pays-Bas. Une première édition à 16 équipes où l'octuple champion en titre sera le principal candidat à sa succession. Derrière l'homogénéité des candidats permet d'entrevoir une compétition ouverte.



A l'image de la capitaine et gardienne Angerer, plusieurs Allemandes ont pris leur retraite depuis 2013
A l'image de la capitaine et gardienne Angerer, plusieurs Allemandes ont pris leur retraite depuis 2013
L'Allemagne a changé de sélectionneur depuis l'édition 2013 remportée sous la direction de Silvia Neid mais l'esprit de la gagne reste le même avec Steffi Jones qui a connu la victoire à l'Euro en tant que joueuse à trois reprises (1997, 2001 et 2005). Les Allemandes écrasent la concurrence européenne depuis 1993, et le dernier titre obtenu par une autre nation, la Norvège. Les Norvégiennes avaient alors glané leur second titre six ans après le premier, tandis que la Suède avait décroché le premier (1984).

La formule de la compétition a changé au fil des éditions. De matchs à élimination directe en rencontres aller-retour lors de la première édition, elle fut organisée avec un tournoi à quatre entre 1987 et 1995 puis avec une phase de groupes avant les demi-finales (1997 à 2005). La compétition s'est élargie de huit à douze équipes en 2009, tout comme en 2013 avant de passer pour la première fois à 16 cet été. Un plateau élargi qui est aussi l'illustration d'un accroissement de l'intérêt porté à la pratique féminine en Europe.

La France en challenger

Mais malgré les considérables avancées en matière de structuration des sélections qui permettent d'amener une homogénéité entre un noyau d'équipes "professionnelles" telles que la France, la Suède, la Norvège, l'Espagne, l'Angleterre ou encore les Pays-Bas, l'Allemagne reste un ton au dessus. La culture de la gagne allemande, l'expérience et le potentiel du pays lui laisse une marge d'avance que ses poursuivants tenteront de combler pour mettre fin au règne germanique.

D'autres nations qui avancent sont encore loin de pouvoir rivaliser comme les nouveaux venus Portugal, Autriche, Belgique, Ecosse et Suisse. D'autres ont déjà un bagage historique mais ne figure pas parmi les favoris à l'image du Danemark, de l'Italie ou à un degré moindre l'Islande et la Russie.

La France se présente comme le principal challenger de l'Allemagne. Mais les Françaises n'ont encore rien gagné en compétitions officielles avec la sélection. Après un tournoi de Chypre, la France s'est offert la SheBelieves Cup en mars dernier avec les meilleures nations du moment. Mais ce tournoi était une préparation sous la forme de groupe et non une phase finale où il faudra passer trois matchs à élimination directe pour gagner le titre. Et la répétition de ce genre de matchs, la France n'a pas encore réussi à les enchaîner avec brio. Les titres en club glanés par les Lyonnaises donnent une culture de la gagne, avec l'apport des Parisiennes, qui auront été leurs rivales de la saison.

LES GROUPES

Groupe A: Pays-Bas, Norvège, Danemark, Belgique
Groupe B: Allemagne, Suède, Italie, Russie
Groupe C: France, Suisse, Islande, Autriche
Groupe D: Angleterre, Espagne, Ecosse, Portugal

Les deux premiers de chaque groupe seront qualifiés pour les quarts de finale

Lors des matchs à élimination directe, lors de l'éventuelle prolongation, un quatrième remplacement sera autorisé

Lundi 17 Juillet 2017
Sebastien Duret

Dans la même rubrique :